Petit récit d'automne

NDA: Voici un petit texte que j'ai écrit en novembre 2015, il est certes assez court mais j'en suis très fière alors j'espère de tout cœur qu'il vous plaira tout autant qu'à moi. :)


L'automne avait débuté assez tardivement en cette année 2009.

Les arbres de la grande forêt, située principalement dans l'Essonne et bordant la Seine-Et-Marne, étaient à peine décolorés par le temps en cette fin Octobre.

La plupart des feuillages étaient encore verts et respirant la vie. Cependant, les arbres les plus jeunes voyaient leur toison virer au brun-orangé.

Les plus fragiles de ces jeunots ne résistaient pas aux légères bourrasques qui emportaient avec elles, feuilles mortes et branchages.

Ces nombreux résidus, provenant des arbres, se déposaient sur les étroits sentiers de la forêt de Sénart. Ils se mélangeaient à l'humidité et à la terre des chemins boueux, créant ainsi une odeur de pot-pourri.

Les quelques animaux qui passaient par là laissaient leurs empreintes sur le sol fraîchement mouillé par les pluies de saison.

Sur les routes les plus larges, on pouvait voir des traces de pneu multiples menant toutes vers un même lieu. Et pourtant malgré ces innombrables empreintes, seule une voiture était arrêtée sur ce carrefour situé dans cette même forêt de Sénart, aux alentours de Draveil.

Le soleil était encore couché et même malgré cette heure bien matinale, une petite fille, accompagnée de ses parents, était présente. Elle observait tristement la souche qui trônait au milieu de l'intersection.

La fillette de neuf ans était sur le point de déménager et savait bien qu'elle ne reverrait sans doute plus cette souche creuse, qu'elle admirait énormément. Cette dépouille d'arbre n'avait pourtant rien de particulier, du moins si on en restait sur sa simple apparence.

Pour cette enfant, c'était un ancien héros dont lui avait parlé un vieux monsieur, qu'elle avait rencontré sur ce lieu.

En effet, cet arbre historique à l'imposant feuillage, nommé "Chêne d'Antin", surnommé "Bellevue" durant la période révolutionnaire avait fièrement survécu à 650 ans de changement. Devenu un symbole, il avait inspiré de très nombreux artistes. Mais malheureusement, la tempête du 18 août 2000 eut raison de lui ne laissant comme traces de sa majestueuse vie que les toiles de ces grands peintres et les souvenirs nostalgiques des plus vieux.

Et c'est avec un léger sentiment de regret et de tristesse que la fillette sortit de sa poche un ruban rouge. Elle le fixa un moment et déposa dessus un petit baiser. Elle l'accrocha ensuite sur une des branches restantes avant de rejoindre sa famille et partir faire sa vie loin de cet arbre de légende qui l'avait tant fait rêver.

~The End~