Petite fic en lien avec Jagerbomb ou thé (et par extension avec Juste un Ami) mais se lit indépendamment.

Bonne lecture !

.


Cappuccino ou mojito

.

Samuel adressa un dernier regard à l'horloge murale puis répondit au client qui l'appelait au fond de la salle. Il soupira et prit la commande sans vraiment y penser. Son esprit était autre part, occupé à imaginer toutes les raisons pour que son client quotidien soit en retard. Ce n'était pas vraiment son genre.

Tous les jours, à dix-sept heures tapantes, un blond dans la vingtaine débarquait, se posait à la même table sur la terrasse et commandait un Cappuccino. Samuel n'en aurait pas fait tout un plat s'il n'en était pas venu à attendre dix-sept heures tous les jours à cause de ce blondinet.

Au départ Samuel l'avait traité comme tout autres clients, avec politesse, mais testant tout de même le terrain pour voir s'il était gay. C'était dans sa nature, un instinct qu'il avait du mal à retenir. Au moins, il suivait sa propre règle de ne pas aller plus loin avec un client. Il avait bien d'autres moyens de trouver des proies et il n'avait pas envisagé ce blond comme tel même si sa réaction avait été adorable et positive.

Sauf qu'il était revenu.

Rien de grave, Samuel savait gérer les habitués qui ne venaient que pour tenter de le draguer. Mais Monsieur blondinet au regard de tombeur ne le draguait pas. Il semblait juste apprécier le café et sa proximité avec son travail. Il discutait parfois avec Samuel, flirtait de temps en temps et Samuel en était venu à avoir le béguin pour "appel moi Blaise, s'il te plaît" et son sourire qui faisait fondre Samuel.

"Blaise n'est pas encore là ?"

Samuel prit un air renfrogné à la question de Fabien. Celui-ci passa une main dans ses cheveux cours et crépu, son sourire moqueur ressortit sur sa peau sombre et il eut un rire bref qui ressemblait à l'aboiement d'un chien.

"Tu es vraiment accro ! Il est juste un peu en retard."

Samuel foudroya du regard l'autre serveur et jeta machinalement un regard à l'horloge. Dix minutes de retard. Il soupira, sûr que Blaise n'allait pas venir aujourd'hui. La main de Fabien se posa sur son épaule, Samuel la chassa d'un coup d'épaule.

"Lâche-moi, louveteau."

"Retourne-toi."

Samuel obéit immédiatement et vit Blaise s'asseoir à sa table habituelle. Il laissa en plan l'autre serveur pour aller vers le blond en faisant semblant de ne pas entendre dire que c'était lui le toutou. Fabien savait parfaitement qu'il avait une ouïe aussi bonne qu'un loup-garou, mais Samuel n'avait pas envie de se chamailler avec lui alors que Blaise était là.

"Salut, un mojito s'il te plaît."

"Salut Blaise. Bien sûr."

Samuel revint vers le bar, un grand sourire aux lèvres. Il ignora le sifflement moqueur de Fabien et sortit la tasse pour le cappuccino avant de se figer. Il lança un regard à Blaise qui s'agitait sur sa chaise, lui jetait un coup d'œil avant de retourner son regard à l'observation de sa table. Samuel reposa la tasse et sortit de quoi faire un mojito avec des gestes hésitants. C'était la première fois que Blaise commandait autre chose.

Le petit serveur revint vers Blaise avec son cocktail. Il reçut un merci et attendit que Blaise entame la conversation avant de se faire appeler par un autre client sans que le blond ait rouvert la bouche. Là, Samuel commença à s'inquiéter. Si Blaise ne parlait pas toujours de lui, parce qu'il n'avait rien à dire ou ne voulait pas, il demandait alors comment s'était passée la journée de Sam'.

En continuant sa tournée Samuel observa Blaise. Celui-ci soignait son verre, une main soutenait sa tête penchée au-dessus de son cocktail comme s'il cherchait au fond de son verre la réponse à une question. Le serveur revint vite vers le jeune homme pour tenter de savoir ce qui troublait Blaise, à la place, il repartit avec une autre commande pour un second verre à sa grande inquiétude.

"Est-ce que tu vas me dire ce qui se passe maintenant ?" demanda sèchement Samuel. Il se radoucit au regard hébété de Blaise et ajouta : "S'il te plait ?"

Le regard de Blaise retomba sur son verre avec lequel ses mains s'occupaient. Il se lécha la lèvre inférieure, Samuel ferma les yeux pour chasser les images qui emplissaient sa tête et il reposa les yeux sur un Blaise qui le dévorait du regard.

"Est-ce que tu veux bien coucher avec moi ? Ce soir ?"

Samuel faillit s'étouffer sur sa propre salive. Il regarda son client les yeux écarquillés de surprise. Samuel était habitué aux demandes de sexe, allant du timide au confident, il était un incube après tout, mais il ne s'était pas attendu à ce que Blaise le lui demande. Surtout pas de cette manière. Pour être honnête avec lui-même, Samuel espérait qu'il pourrait sortir avec le jeune homme, pas en faire une proie d'un soir. Mais il n'allait pas refuser pour autant, il en garderait un bon souvenir au moins.

D'une humeur maintenant plus sombre Samuel répondit :

"D'accord, je finis à dix-huit heures."

Samuel s'éloigna pour aller prévenir Fabien qu'il partait une demi-heure avant. Le loup-garou était le fils du gérant, il avait une bonne relation avec les deux et savait qu'on lui accorderait cette faveur tant qu'il n'en abusait pas.

L'incube avait espéré que Blaise voudrait sortir avec lui parce qu'il s'intéressait à lui, que le blond n'était pas juste attiré par son corps et son attirance magique. Même s'il était déçu que son fantasme de sortir avec Blaise soit mort, Samuel était excité à l'idée de partir avec lui. L'incube jeta plusieurs coups d'œil à Blaise durant le reste de son service et capta quelques sourires timides, ce qui le fit réfléchir. Blaise ne semblait pas être un habitué de l'alcool, peut-être qu'il l'avait utilisé pour avoir assez de courage pour lui demander de coucher avec lui, mais peut-être que l'alcool le rendait aussi plus sensible à l'attraction de Samuel. Blaise pouvait avoir eu envie de l'inviter à sortir et au lieu de ça avait déclaré vouloir coucher avec lui.

Samuel pouvait tempérer son attraction surnaturelle, ne pas voler de l'énergie à Blaise pendant leur ébat et il verrait si le lendemain le blond ne le considérait pas comme un coup d'un soir. Le serveur se décida à faire cela, il n'avait pas vraiment besoin de se nourrir d'énergie de toute manière.

L'incube pu finalement partir avec Blaise était maladroit, mais Samuel ne savait pas si c'était à cause de l'alcool ou de sa nervosité.

Ils entraient à peine dans l'appartement encore plongé dans le noir de Blaise que celui-ci se jetait sur Samuel. Il le plaqua au mur en usant de sa taille plus imposante et l'embrassa sans hésitation. Samuel se tendit au mouvement brusque avant de se laisser aller.

Samuel agrippa la nuque et les hanches de Blaise pour le rapprocher alors qu'il jouait avec sa langue. Le blond avait encore le goût du citron et de l'alcool. Les mains de Blaise tremblaient sur sa joue et sa nuque, Samuel caressa doucement ses flans pour tenter de le calmer. Il inspira l'odeur du jeune homme alors qu'ils reprenaient leurs souffles.

Du thym, la fragrance du mojito et un mélange de plantes et d'épices trop nombreuses pour être toutes citées ou même identifiées.

Samuel se figea dans les bras de Blaise et lança un regard à l'appartement par-dessus l'épaule de Blaise. Un canapé, une télé, une table basse et beaucoup trop de bougies.

"Tu es un sorcier," murmura Samuel.

"Quoi ?" demanda Blaise, hébété.

Samuel tint fortement le col de Blaise et plongea son nez dans son cou, il laissa libre cours à sa partie créature et inspira. Une odeur d'électricité, de magie. Dégoutté, Samuel repoussa l'humain qui tomba sur les fesses.

"C'est une ruse pour me renvoyer dans l'autre monde ?"

L'incube foudroya du regard le sorcier au sol. Il semblait étonné d'avoir été percé à jour et resta silencieux un long moment.

"J-je … non, c'est pas ça."

"Quoi alors !" s'écria Samuel.

Il ne voulait pas être honnête avec lui-même à ce moment et réaliser toute l'ampleur de la douleur qu'il ressentait. Samuel avait fait confiance à Blaise, il avait de l'affection pour lui et en était même venu à se dire qu'un peu plus de temps avec Blaise le ferait tomber amoureux. Mais Blaise était un sorcier, prêt à le renvoyer dans le monde qu'il avait quitté. Alors il préférait être en colère contre le blond plutôt que de laisser libre cours à sa douleur.

Blaise restait sur le sol à fixer Samuel avec des yeux grands écarquillés. L'incube chercha la porte pour sortir, il n'allait pas rester là et risquer de se faire renvoyer du monde des humains. Il aimait trop l'endroit et, s'il était capable de passer entre les mondes plus facilement qu'un démon, ce n'était pas une partie de plaisir non plus.

"C'est pas ça."

Samuel se retourna au ton plaintif de Blaise, il savait qu'il ne devrait pas. Qui sait ce qu'allait faire le sorcier ? L'amadouer pour le trahir à nouveau en l'emmenant vers la porte entre les mondes qu'il avait du cacher.

"Je suis pas un chasseur de créatures," dit Blaise, son regard humide croissant celui de Samuel. "En fait, on est plutôt partisan du 'laisser vivre' dans ma famille. Je voulais-... "

"Tu voulais quoi ?" cracha Samuel.

"Je voulais-... je savais que tu étais un incube et je me suis dit-" la voix de Blaise mourut avant qu'il finisse sa phrase. Il renifla piteusement et essuya son nez sur sa manche. "J'ai un problème, je n'arrive jamais à être attiré par quelqu'un. Femme ou homme. Ils sont justes … beaux. Mais ça me donne pas envie de coucher avec eux. Je l'ai quand même fait, parce que j'en avais envie sur le moment."

Samuel resta immobile, atterré, alors que Blaise vidait son sac devant lui en pleurnichant. Il n'avait pas l'alcool joyeux le sorcier.

"Tout le monde dit que le sexe est génial, et ils soupirent après quelqu'un de sexy et j'ai jamais ressenti ça ! Alors je pensais que je le- le faisait mal ou que j'étais juste difficile. Et tu es un incube, tous les sorciers savent comme vous êtes doué. Alors je me suis dit que tu pourrais m'aider."

"T'aider à ressentir de l'attraction sexuelle ?" clarifia Samuel.

Il observa le sorcier assit sur le sol de son propre appartement qui devenait de plus en plus noir alors que l'heure avançait. Blaise haussa une épaule et renifla. Samuel ne put s'empêcher de le trouver attendrissant, si ce n'est un peu idiot.

"Tu sais que certaines personnes n'en ressentent juste pas ?" demanda avec prudence Samuel. En voyant le regard perplexe de Blaise, il s'écria : "Merde ! Mais utilise internet ! C'est l'une des meilleures inventions des humains !"

"Je suis pas le seul ?"

"Bien sûr que non ! Et tu n'as pas un problème non plus. Il y a des gens qui sont facilement attirés, d'autre moins et d'autre encore pas du tout. Certaines personnes aiment le sexe et d'autres trouvent que c'est juste sympa. Bordel, vous apprenez quoi à l'école ?"

Samuel n'était plus en colère, mais irrité de devoir faire un cours d'éducation sexuelle -un peu expéditif- au sorcier qui l'écoutait avec attention.

"Pas la même chose que les démons, visiblement," répondit Blaise.

Samuel eut un rire bref. Il croisa les bras et regarda le sorcier calmé de sa crise de larmes, il semblait être en pleine réflexion sur ce que lui avait dit Samuel. Mais il n'aimait pas trop ça, cela laissait libre cours à ses propres réflexions.

"Alors c'était juste pour mon corps que tu t'intéressais à moi ?" demanda l'incube pour rire.

Samuel se mordit la langue en sentant ses yeux lui piquer, il avait voulu alléger l'ambiance, mais il avait touché du doigt une blessure qu'il n'avait même pas réalisé avoir. Il eut un rire amer, attendant que Blaise réponde avec une plaisanterie à son tour.

"C'est parce que je t'aime bien que j'aie voulu faire ça avec toi," murmura Blaise.

L'incube renifla et inspira, il n'allait pas pleurer pour ça, n'est-ce pas ? Il s'approcha de Blaise et lui tendit la main. Le sorcier se releva avec les gestes hachés de toute personne ivre, il n'avait vraiment pas l'habitude d'en boire visiblement.

"Ça sert à rien de le faire si t'en a pas envie à la basse," dit Samuel. "Aller viens, je te mets au lit."

Blaise rougit violemment, "Je suis pas un gamin, pas besoin de me border."

"Peut-être que j'en ai envie, parce que je t'aime bien."

Le blond se tut et désigna à Samuel sa chambre, il se laissa mettre au lit, mais garda une belle teinte rouge à cause de son embarras. L'incube ne résista pas à l'envi de lui caresser la tête et de l'embrasser sur le front.

"Bonne nuit, idiot."

Samuel se dirigea vers la porte et entendit un "bonne nuit" étouffé par les coussins. Il quitta l'appartement le pas vif et léger, un sourire aux lèvres. Il espérait juste que Blaise dépasserait son embarras à cette soirée catastrophique et serait de retour le lendemain au bar-café pour commander un cappuccino.

Samuel avait bon espoir de lui donner son numéro cette fois.

.

.