Bonjour à tous,

Cela fait très très très longtemps que je n'ai pas posté sur le site. Après plusieurs publications avec des maisons d'éditions, j'ai ressenti le besoin de revenir au partage de mes histoires sur internet.
Je vous confie Brice et Greg, ne soyez pas trop méchants avec eux, ils sont parfois stupides, mais au fond, ils sont gentils.

Bises.

****

Prologue :

Il était assis depuis cinq minutes dans le bureau et comme à chaque fois qu'il y venait, Brice ne pouvait pas s'empêcher de regarder les photographies au mur. Des mannequins plus ou moins connus s'affichaient sur divers clichés, parfois en séance et d'autres dans des moments volés. Ils avaient le naturel de ceux qui ont réussi et cela avait presque un effet hypnotique sur lui. Dans un coin de mur, il était là lui aussi, mais parmi ceux qui n'était encore que des « poulains » comme les appelait Petra, son agent. Assise devant lui, dans son grand fauteuil et derrière son immense bureau, elle lui parlait sans qu'il ne l'écoute vraiment, trop perdu dans ses pensées.

— Brice, tu m'écoutes ? Je suis sérieuse là, lui demanda-t-elle de sa voix rauque.

Il reporta enfin son attention sur elle. Petra était une très belle femme et elle avait fait le bon choix en se retirant des podiums. Elle n'avait pas fait l'erreur de dépérir sous les projecteurs, sans doute parce qu'elle avait toujours eu des projets : être mannequin n'avait été pour elle que le début de sa carrière. Elle avait su tirer son épingle du jeu en décidant d'accompagner des jeunes prometteurs et son parcours rendait Brice admiratif. Il aurait aimé suivre les pas de son mentor mais pour ça, il savait qu'il avait encore à apprendre, notamment à n'accepter aucun écart de conduite. Petra était intransigeante avec ses protégés, mais il savait qu'elle faisait cela pour obtenir le meilleur d'eux. Brice n'était pas le plus beau garçon de son catalogue mais elle était tout aussi attentive à son succès qu'à celui des autres. Alors, quand il lui arrivait de ne pas l'écouter, il avait le droit à un sévère remontage de bretelles, comme il risquait d'en subir un, s'il n'essayait pas de donner le change :

— Si si, bien sûr que je t'écoute.

— Alors qu'est-ce que je viens de dire ?

Brice s'empêcha de déglutir pour ne pas avoir l'air plus coupable encore qu'il ne l'était déjà, incapable de répondre à sa question. Dans un accès d'indulgence, elle ne poursuivit pas la remise en place mais préféra attraper sur son bureau un dossier que Brice avait apporté du casting qu'il avait passé la veille. Il n'avait aucune envie d'y participer mais Petra l'y avait poussé et il semblait que comme d'habitude, elle avait été bien inspirée…

— Je disais donc que c'est une opportunité pour toi de te faire connaitre. A toi de bien jouer pour ne pas tuer ta réputation.

— Tu penses que c'est une bonne idée ? Franchement, ça ne me tente pas. En plus, quand on sort de ce genre de truc, on passe souvent pour un demeuré…

Elle reposa le dossier ouvert sur la photo qu'ils avaient choisis ensemble de présenter pour ce casting. L'annonce parue disait qu'il recherchait tout type de physique et la boite de production était plutôt sérieuse. Le véritable souci venait d'ailleurs : le travail proposé était tout à fait différent de ce pourquoi Brice était chez Petra. Plutôt grand, blond et androgyne, il aurait dû plaire aux photographes mais sa carrière ne décollait pas. Aussi, il était temps selon son agent de trouver des solutions pour le faire travailler.

— Mais que ça te tente ou pas, tu n'as plus le choix si tu veux payer ton loyer ce mois-ci. C'est soit ça, soit tu retournes travailler dans le magasin de tes parents. Si tu ne le fais pas, je ne pourrai plus te garder dans l'agence Brice, je suis désolée.

Petra avait raison, il le savait. Les mois s'enchainaient sans que sa situation financière ne s'améliore et il était hors de question de retourner chez ses parents qui n'avaient jamais compris qu'il les quitte pour aller à Paris et devenir mannequin. A contrecœur, il hocha la tête.

— Parfait, commenta Petra avec un sourire.

Brice eut la sensation qu'il venait de pactiser avec le diable. Un étrange pressentiment qui s'accentua quand il songea que moins d'un mois plus tard, il ferait son entrée dans "La Villa", une émission de téléréalité.