Bonjour voilà une petite histoire qui j'espère vous plaira :)

Le couple est inspiré du couple d'une de mes amies et aussi je préviens c'est une romance gay avec un lemon donc si vous n'aimez pas ne lisez pas :)

Je suis ouverte à toutes les critiques par contre

Dispute

- Pourquoi tu m'as fait ça ! Cria Eiichiro, très énervé.

- Mais c'est la centième fois que je te dis que ce n'est pas ma faute ! Répondit Inahori sur le même ton.

- Mais oui c'est elle qui t'as embrassé c'est ça !? Et puis quoi encore hein !

- Ça ne sert à rien de parler avec toi tu ne m'écoutes même pas, tu ne m'écoutes jamais d'ailleurs et tu ne me fais pas confiance !

- C'est faux ! S'emporta Eiichiro.

- Ah bon alors prouve-le moi. Lui répondit Inahori.

- Euh… Ce n'est pas la question ! Ce que je veux savoir c'est pourquoi cette femme et toi étiez en train de vous embrasser !

- Et voilà, tu évites la question. Encore une fois. Tu ne changeras jamais Eiichiro et je commence à en avoir assez !

- Je n'ai pas le droit de demander pourquoi mon petit-ami me trompe maintenant ? C'est quoi ton problème ?

Inahori passa sa main dans ses cheveux brun, ramenant sa mèche bleue vers l'arrière et soupira de lassitude.

Ces querelles quotidiennes l'énervaient de plus en plus et il allait sûrement craquer dans très peu de temps. Déjà que la situation avec son petit-ami était assez bancale en ce moment, il fallait en plus qu'une collègue de travail tente sa chance en l'embrassant pile devant Eiichiro qui était venu le chercher. Et bien évidement, après avoir rejoint son petit-ami qui avait couru jusqu'à leur appartement totalement chamboulé, ce dernier ne voulait pas entendre raison. Bien sûr, Inahori aimait plus que tout Eiichiro mais forcé de constater qu'en ce moment il l'énervait au plus haut point et il n'hésiterait pas à claquer la porte cette fois-ci. Ils en étaient arrivés à un point ou Inahori se demandait si cette relation valait la peine d'être maintenue.

Eiichiro le regardait toujours méchamment, les sourcils froncés et les bras croisés, attendant une réponse de Inahori. Celui-ci soupira encore une fois et se pinça l'arrête du nez, cette dispute lui donnait un début de migraine.

- Eiichi ce n'est pas la peine de me regarder comme ça. La réponse tu la connaît déjà, je te l'ai dite plusieurs fois si tu m'écoutais. Mais apparemment ça n'a pas atteint ton cerveau alors je vais me répéter une dernière fois : cette femme est juste une collègue de travail avec qui j'entretiens une relation purement professionnelle, elle est peut-être amoureuse de moi mais ce n'est pas réciproque et puis il me semble que je suis avec quelqu'un en ce moment n'est-ce pas Eiichiro ? Je ne suis pas le genre de mec qui trompe son copain. De plus, je ne vois pas ce je ferais avec une femme vu que je suis gay au cas où tu ne l'aurais pas remarqué. Donc non ce n'est pas moi qui l'ai embrassé, c'est elle qui m'a sauté dessus. C'est bon, l'information a bien atteint ton cerveau ?

Inahori lui avait parlé lentement et en articulant bien comme à un enfant. Il fallait dire que Eiichiro en avait vraiment l'air avec tous ses caprices. D'ailleurs, celui-ci ouvrit la bouche pour répliquer mais Inahori en avait marre de l'entendre se plaindre alors il s'empressa de rajouter :

- Maintenant que j'ai encore une fois tout dis je ne me répéterais pas. La balle est dans ton camps, je te laisse réfléchir moi je sors, tes cris me font mal à la tête.

Sur ces mots et sous l'œil éberlué et quelque peu paniqué de son compagnon, il prit sa veste, son porte-feuille et ses clés puis sortit de l'appartement en claquant bien fort la porte pour montrer son énervement et tant pis pour les voisins.

Une fois dehors, Inahori se dirigea vers son bar préféré à quelques rues de chez eux. C'était la première fois qu'il partait comme ça après une dispute et cela avait surprit Eiichiro vu le regard qu'il lui avait lancé au moment de son départ. D'habitude, Inahori était le genre de type posé et calme, tout l'opposé de Eiichiro qui était agité et très susceptible. Mais après tout, ne dit-on pas « les contraires s'attirent » mais pour le coup, Inahori avait envie de foutre son poing dans le visage de celui qui avait dit ça.

Cette fois il avait refusé de tout encaisser, il n'y avait pas que Eiichiro qui pouvait s'énerver, lui aussi en avait marre et il ne s'était pas privé de le dire. Faire toute une montagne pour un simple bisou qu'il ne voulait même pas d'ailleurs. Franchement, Eiichiro exagérait…

Tout en ruminant ses pensées, il arriva au bar, saluant rapidement le barman en commandant une bière. À force de venir ici, Inahori était devenu ami avec lui mais une fois sa boisson en main il partit s'asseoir à une table reculée au fond de la salle sans discuter au comptoir comme il en avait l'habitude. Le barman ne s'en offensa pas, s'étant aperçu de son humeur et lui fit même un sourire compatissant, se doutant bien que son compagnon lui menait la vie dure.

Seul à sa table en compagnie de sa bière Inahori avait l'impression d'être un vieil homme aigri par la vie mais pour le coup il s'en fichait royalement.

Leurs disputes avaient commencé depuis un mois ou deux , il ne savait plus et il se souvenait encore moins des raisons de celles-ci, sûrement une vaisselle pas nettoyée ou un retour à la maison trop tardif, des raisons plus ridicules les unes que les autres s'enchaînaient dans son esprit. La seule dispute avec une raison valable était celle de ce soir là. Eiichiro avait eu raison de mettre en colère, il ne le nierait pas, si l'inverse s'était produit il aurait eu la même réaction. Non, ce qui l'énervait plus que tout était le fait que son compagnon ne l'écoutes pas. Inahori lui avait raconté toute l'histoire comme quoi ce n'était pas de sa faute, il s'était même excusé. Mais non, Eiichiro n'avait pas voulu l'écouter ou ne le croyait pas, Inahori ne le savait pas mais il savait que c'était la goutte qui a fait déborder le vase.

Inahori amena sa bière à sa bouche et en bu un bon tiers d'un coup. Il serra le poing, sa colère n'était pas encore retombé.

Eiichiro et lui s'étaient rencontrés à l'université il y a cinq ans lors d'une fête étudiante. Ça avait été le coup de foudre pour les deux. Ses cheveux bruns presque noirs, son corps fin et svelte, sa peau blanche mais c'était surtout les magnifiques yeux gris de Eiichiro qui l'avaient envoûté. Physiquement ils ne se ressemblaient pas du tout, Inahori était plus grand, un peu plus costaud, ses yeux étaient marrons et ses cheveux bruns avec une mèche teinte en bleue. Mais rien ne pouvait empêcher leur amour et moins d'une semaine plus tard ils étaient déjà inséparables, attirant les gentilles moqueries de leurs amis.

Supporter le caractère difficile de Eiichiro lui avait prit un peu de temps mais il ne l'en aimait que davantage. Ils avaient passé tant d'épreuves ensemble comme la mort du père de Inahori, le rejet des parents homophobes de Eiichiro et surtout l'homophobie ambiante de la société. Mais ils avaient tenu bon, sortant grandis de ses épreuves. Ils avaient aussi de bons moments, heureusement plus que de mauvais. Le sourire éblouissant de Eiichiro, ses yeux voilés de plaisir pendant l'acte ou pétillants quand il était de bonne humeur. Inahori soupira, maintenant son Eiichiro lui manquait...

Mais cette fois ce ne sera pas à lui de s'excuser, il l'avait déjà trop fait. C'était Eiichiro qui devait s'excuser mais Inahori savait très bien que cela n'arrivera jamais, son petit-ami était bien trop fier pour « s'abaisser » à faire des excuses.

Inahori aimait sincèrement Eiichiro mais il avait l'impression de tout gérer et de tout s'occuper dans leur couple. Un couple se construit à deux et il voudrait bien que Eiichiro fasse lui aussi des efforts. Mais bon, ce n'était malheureusement pas demain la veille.

Comme Inahori était perdu dans ses pensées, il ne vit pas un jeune homme entrer dans le bar, semblant chercher quelqu'un et se faire aider par le barman, lui montrant la personne qu'il recherchait.

Inahori ne leva les yeux que quand il entendit la chaise en face de lui racler le sol. Et c'était avec surprise qu'il put voir devant lui Eiichiro visiblement gêné et n'osant le regarder en face. Inahori était heureux que ça soit lui que le rejoigne et qui fasse le premier pas mais il ne le montra pas et mit en place un visage ennuyé et quelque peu en colère. Il ne fallait pas faire croire à Eiichiro que la victoire était trop facile même s'il rêvait de le serrer dans ses bras. Eiichiro lui jeta un petit coup d'œil qu'il détourna aussitôt en voyant l'expression faciale de son compagnon.

Il gigota sur sa chaise, mal à l'aise, et se tortilla les doigts avant de commencer à parler :

- Euh… Inahori, je… Je m'excuse pour tout à l'heure, je me suis rendu compte que j'étais allé trop loin et que tu as toutes les raisons d'être en colère contre moi !

Après un début assez hésitant, il avait tout dit d'une traite comme si il voulait s'en débarrasser, ce n'était pas dans ses habitudes d'accepter ses tords. Il avait fermé les yeux très fort et des rougeurs s'étaient étalées sur tout son visage. Eiichiro releva ses grands yeux gris sur Inahori, attendant une réaction de sa part qui ne vint pas. Il avait toujours le visage impassible. Alors Eiichiro continua d'un ton plus suppliant :

- S'il te plaît dis-moi quelque chose, je ne veux pas que cette dispute et toutes le autres ruinent notre couple. Et même si je ne te le dis pas souvent je… je t'aime Ina, je ne veux pas que tu partes…

Inahori ne s'attendait pas à ça et il en fut ému. La vision de son petit Eiichiro rougissant et s'excusant le fit sourire, il le trouvait vraiment adorable et de mettre sa colère et la dispute derrière lui. De toute façon dès que le plus petit était apparu devant lui dans le bar, il lui avait déjà pardonné, le fait que son petit-ami s'excuse ainsi était un geste exceptionnel en soi qu'il fallait prendre en compte.

Inahori posa sa main sur celle de Eiichiro qui releva vivement la tête qu'il avait baissé piteusement après sa déclaration. Inahori lui sourit et lui dit gentiment :

- Je te pardonne mais il te faudra faire plus d'efforts pour que je reste avec toi. Si tu ne t'étais pas excusé je ne serais pas revenu vers toi, tu le sais. Moi aussi je t'aime, énormément figure-toi mais j'en ai marre de faire à chaque fois le premier pas et de faire des concessions pour que notre couple dure. C'est aussi à toi de prendre les responsabilités et s'il te plaît, plus de crise comme celle-là. Finit-il en riant.

- D'accord je te promet de faire plus d'efforts mais toi aussi ne va pas embrasser des femmes ! C'est aussi en partie de te faute ! Répondit Eiichiro.

Mais il démontra ses propos en croisant leurs doigts ensemble. Inahori rit légèrement, décidément le caractère de son amoureux ne changera jamais. Il se releva et incita le plus petit à faire de même tout en gardant leurs mains entrelacées.

- Maintenant on rentre à l'appart, il va falloir que tu t'excuse différemment, déclara-t-il en lui envoyant un clin d'œil suggestif qui fit instantanément rougir Eiichiro.

- Franchement tu ne penses qu'à ça… Grommela-t-il pour la forme puisqu'il le tira vers la sortie, sous le regard amusé de son compagnon.

Ils se dépêchèrent de rentrer, le sous-entendus de Inahori les ayant quelque peu réchauffé.

À peine la porte d'entrée fermée, Inahori fondit sur les lèvres de Eiichiro qui ouvrit immédiatement la bouche pour permettre à leurs langues de se rejoindre dans un ballet langoureux. C'était bestial, primitif mais tellement bon, la tendresse n'était pas au rendez-vous.

Le plus petit crocheta ses bars autour du cou de Inahori qui passa ses mains sous ses cuisses et le souleva vers lui afin que Eiichiro noue ses jambes autour de sa taille. Leurs bouches toujours collées ensemble, ne se séparaient que pour respirer. Cette position permettait à leurs érections de se frôler à travers leurs pantalons, leur arrachant à tous les deux des grognements de plaisir. Ils en voulaient plus, ils ne se lasseraient jamais du corps de l'autre. Inahori se rendit compte qu'ils étaient restés dans l'entrée alors il entreprit avec beaucoup de difficultés de rejoindre leur chambre. Mais c'était sans compter son adorable fardeau qui le déstabilisait en lui embrassant le cou, s'attardant à un endroit précis derrière l'oreille qui envoyait à Inahori des frissons de plaisir partout dans son corps notamment dans son sexe déjà tendu à son maximum. Pour se venger, il se saisit sans douceur des fesses de son amant qui gémit de plaisir.

Arrivés à leur chambre, Inahori lança avec précaution son Eiichiro sur le lit. Ce dernier en profita pour prendre une pose lascive et remonter son haut sur son torse laissant apparaître ses tétons durcit d'excitation. Inahori ne put résister à cette vision et se jeta sur lui, empoignant son haut pour le lui retirer sauvagement sous le rire de son compagnon qui entreprit lui aussi de lui enlever la chemise, faisant sauter quelques boutons au passage.

Ils se retrouvèrent très vite tous les deux presque nus, seuls leurs boxers cachaient encore leurs virilités tendues.

Inahori se mit à quatre pattes, surplombant le corps de Eiichiro et se mit à l'admirer. Ses beaux cheveux noirs, ses magnifiques yeux gris voilés de plaisir, sa bouche rougie par les baisers, sa peau douce et pâle faisant ressortir ses adorables petits tétons rose. Ah ! Inahori aimait tellement son amant, surtout dans ces moments là.

Eiichiro, gêné par cette soudaine inspection, poussa Inahori sur le côté et l'enjamba, s'asseyant sur son bassin et collant leurs virilités ensemble, les faisant gémir de plaisir. Mais le plus petit ne s'arrêta pas là et se mit à lui embrasser le cou, plaquant son torse contre celui de Inahori, peau contre peau. Le plus grand le laissa faire, caressant sensuellement les flancs de son petit-ami. Mais son envie se fit plus présente alors il bouscula le brun sous lui, s'attirant un regard courroucé qui disparu lorsque Inahori retira leurs boxers, se retrouvant tous les deux nus.

Inahori soupira de plaisir en voyant le sexe tendu de son compagnon. Il embrassa Eiichiro langoureusement, le laissant tout pantois une fois le baiser finit, pour ensuite descendre sur son torse où il mordilla son téton droit tout en pinçant celui de gauche. Ce traitement fit gémir encore plus fort Eiichiro qui passa ses mains dans les cheveux courts du plus grand pour approfondir le contact. Mais Inahori descendit encore plus jusqu'à son nombril, puis finalement jusqu'à son sexe fièrement dressé.

Il embrassa le gland, ses mains glissant sur toute sa longueur, se nourrissant des gémissements rauques de Eiichiro. Inahori ne tint plus et le prit en bouche d'un coup, laissant ses mains se perdre un peu plus bas pour le préparer en même temps.

Ses doigts adoptèrent le même mouvement que sa bouche et bientôt, subissant les assauts avec plaisir, Eiichiro ne put plus articuler le moindre mot, seuls des halètements et des gémissements sortaient de sa bouche. Mais Inahori s'arrêta avant qu'il puisse jouir.

Après une dernière caresse sur le membre tendu, il retira ses doigts sous le grognement mécontent du plus petit. Inahori rit légèrement, il avait oublié d'ajouter impatient à la liste des défauts de son compagnon mais pour une fois, lui aussi était impatient de plonger dans le corps chaud sous lui. D'habitude il voulait faire durer le plaisir.

Alors, avec un sourire de prédateur, il écarta largement les jambes de Eiichiro et appuya son gland contre son entrée. Il n'entra pas tout de suite, guettant les réactions du plus petit. Eiichiro grogna devant son immobilité et poussa les fesses de Inahori avec ses pieds afin qu'il entre d'un seul mouvement jusqu'à la garde. Eiichiro geignit un peu sous la douleur pendant que le plus grand appréciait l'étroitesse de son corps. Très vite la douleur fit place au plaisir sous les violents coup de reins d Inahori. Ce dernier connaissait très bien le corps de son amant alors il savait exactement quel angle adopter pour toucher sa prostate à chaque coup.

Eiichiro criait de plaisir et Inahori grognait des « Eiichi » rauque chaque fois qu'il s'enfonçait en lui. Mais bientôt la jouissance vint. Inahori se baissa pour attraper voracement la bouche de plus petit, couvrant leurs cris de jouissance pendant qu'il venait dans Eiichiro et que celui-ci jouissait sur leurs ventres.

Inahori se retira et s'affala sans grâce près de Eiichiro, les deux avaient le souffle court après ce moment sportif.

- Ne me laisse plus partir. Déclara le plus grand en prenant son amoureux dans ses bras.

- J'y compte bien. Répondit Eiichiro en grommelant.

De toute façon il n'y avait pas de meilleur endroit que dans les bras de la personne aimée.