Praefari

J'ai l'honneur de vous présenter la seconde version de mon conte autobiographique, Les Vagabonds de l'Eternité. Il me faut commencer par définir ce que j'entends par conte autobiographique. L'expression est toujours une difficulté pour moi, mis à part à travers le dessin qui s'est très rapidement imposé comme le moyen d'expression le plus adapté. Ainsi mon conte est un peu une illustration de mes dessins, car ces derniers précèdent l'écriture dans la majorité des cas. J'essaye de saisir ma vie dans son évolution, voilà pourquoi plusieurs versions sont nécessaires. Or la forme la plus adaptée à mes dessins s'est avérée être le conte, peut-être parce que je conçois ma vie de cette manière. Nous pourrions même aller jusqu'à qualifier ce type d'œuvre de mythe autobiographique puisqu'il mêle des faits réels et des choses qui me paraissent exceptionnelles, mais je ne pense pas être la mieux placée pour faire ce genre de distinction.

Cependant la forme du conte ou mythique ne doit justement pas empêcher que mon récit soit autobiographique, il doit au contraire le permettre. Bien que les évènements relatés ne respectent pas l'ordre chronologique (car je les synthétise pour rendre l'évolution plus claire), ils relèvent tous de mon existence, de mes souvenirs, du rêve, ou de la volonté… volonté qui s'est souvent transformée en souvenir, mais ne cherchez pas à comprendre cela tout de suite, vous le découvrirez au dernier chapitre de ce conte.

Je rédige un journal dont je me sers pour pouvoir retranscrire ces évènements tels que je les perçois, car je n'ai pas le temps de le faire au quotidien. Tenez par exemple, j'ai écrit cette préface durant l'un de mes cours sur une page d'agenda (que j'ai ensuite recopiée et corrigée à l'ordinateur bien-sûr), profitant d'un moment d'ennui pour me le permettre. D'un autre côté cela me pousse à ne pas me lancer trop vite et à réfléchir, il m'arrive souvent d'avoir des illuminations en cours ! Mais encore une fois, le manque de temps pose un problème le résultat, l'histoire finale s'éloigne souvent de ce que je voulais exprimer, je suis toujours déçue en terminant une histoire. Je m'améliore à chacune des versions, mais l'amélioration n'est jamais parfaite, il est donc possible que j'enchaîne les versions durant toute ma vie ! Ce qui est logique puisque j'en ai compulsivement besoin pour ma santé mentale.

En effet, un des autres rôles de cet ouvrage est d'acquérir une certaine sagesse à partir de ma propre existence, et d'apprendre à gérer ma folie, mes relations au monde et à moi-même. On peut également le considérer comme un hommage aux gens que j'aime, même s'il m'arrive d'être un peu dure dans mon jugement, ce que j'essaye de faire ressortir est l'amour que nous nous portons mutuellement, et j'espère y être parvenue. Ce que je reproche à cette version est de ne pas assez soulever le fait que sans eux je n'aurais pas survécu jusqu'ici, et que par conséquent je n'aurais pas pu écrire ce que je vous présente aujourd'hui.

Maintenant que j'ai défini ce que j'entendais par conte autobiographique, il me faut préciser en quoi cette version est particulière en comparaison des précédentes et des suivantes. Je dis « des » précédentes, alors que je n'en ai rédigée qu'une auparavant dans sa totalité, parce que j'estime que celles que je n'ai jamais terminées, et jetées pour la plupart, ont été constitutives bien que je ne veuille pas les partager. Elles ne sont pas capitales pour comprendre celles qui ont suivies, ce qui est important est de savoir que la première version achevée n'est pas en réalité la première version. Ceci illustre la complexité de mon évolution, partagée selon moi par de nombreux enfants, et ma grande difficulté à l'exprimer. Difficulté qui me pousse à aller toujours plus loin.

En quoi donc cette version est-elle différente des autres ? Eh bien je me suis finalement rendue compte qu'elle était beaucoup moins synthétique que la première, j'ai eu tendance à simplement relater les faits. Ceci est principalement dû au fait que je n'ai pas synthétisé les personnages, j'ai voulu présenter chacun d'entre eux individuellement, ce qui n'était pas le cas dans l'autre version. En effet, dans la précédente, un personnage correspondait à plusieurs personnes de mon entourage. Ayant quitté ma solitude, cette nouvelle version ne pouvait suivre cette forme. Je pense que cette transition vous paraîtra un peu bancale, je n'ai sûrement pas pris assez le temps détailler la personnalité précise de chaque personnage, et je trouve ça bien dommage. Mais je compte m'améliorer dans la prochaine version ! Finalement je trouve que cette version montre la difficulté de la fin de mon isolement, et ma redécouverte des liens sociaux, mêlée d'angoisse et d'admiration.

J'ai toujours peur que l'histoire soit ennuyante pour le lecteur puisqu'elle relate ma propre vie, et surtout parce qu'ici elle est plus longue, moins synthétique. La partie de Lumière notamment me semble être un énorme bla bla pour comprendre le changement entre les premières parties et les suivantes. Elle est pertinente pour moi-même, car elle m'a réellement permis de comprendre les actions de mon entourage et mes réactions faces à elles. Cependant je ne suis pas sûre que cette compréhension vous sera utile, je l'espère malgré tout parce que j'aimerais que mon contenu d'expérience vous apporte quelque chose. Ça serait génial de satisfaire involontairement votre intérêt en satisfaisant le mien, non ?

Avant de vous souhaiter une bonne lecture il me semble nécessaire de vous expliquer la structure de l'histoire. Elle est divisée en sept parties, la première est le préambule qui permet d'introduire le problème de l'histoire. Il m'a permis également de me détacher un peu de moi et n'intégrant pas la présence de mon personnage tout de suite. Les six parties suivantes correspondent à mes six personnalités. Je ne remercierai jamais assez mon amie Jinmyeung de m'avoir appris à les distinguer, je me porte beaucoup mieux depuis, car puisque je les connais je peux désormais mieux les gérer. Voici leur description afin que vous compreniez mieux l'évolution de Hime tout au long de l'histoire :

Color, dite la petite princesse, prend la vie pour un jeu et vit dans son univers. Elle veut simplement s'amuser et rendre les gens heureux. Elle déborde de joie de vivre, elle est toujours souriante et passe son temps à faire le pitre. Elle ne sait pas faire la différence entre les rêves et la réalité, parce qu'elle n'a pas conscience que sa vie lui appartient. Pour elle, c'est simplement un rôle à jouer.

Lumière est une intellectuelle qui a fini par devenir philosophe sur les bords à force de se poser tout un tas de question sur le monde. Elle passe chaque seconde de sa vie à assouvir son amour pour la connaissance et sa curiosité, elle ne comprend pas comment il est possible de s'ennuyer.

(Son amour de la connaissance est sûrement né de la curiosité enfantine de Color).

Mirror est une artiste, sa passion pour la beauté du monde la rend talentueuse, mais elle est très narcissique. Toute son œuvre tourne principalement, directement ou indirectement, autour de sa propre existence. Cette tendance est née de la solitude ; elle a commencé à représenter ce qu'elle avait devant les yeux et dans son esprit, elle-même et son univers mental.

(C'est finalement l'amour de la connaissance de Lumière qui permet à Mirror de maîtriser les techniques nécessaire à son expression artistique).

Lilith est une prédatrice, elle possède un fort instinct de domination, et pour couronner le tout elle est machiavélique à souhait. Mais elle possède une importante faiblesse, c'est une grande amoureuse, elle ne peut pas s'empêcher de chercher son équivalent masculin, c'est une véritable obsession.

(Cette obsession vient de la passion de Mirror pour la beauté, et de son narcissisme).

Némésis est la plus violente car elle ne supporte pas la méchanceté et le manque de respect envers elle, ou tout autre agression de ce genre, à tous les degrés. Elle part au quart de tour et décuple une force inhabituelle. Elle juge le comportement d'autrui par rapport au sien, ce qui la rend trop exigeante et haineuse. Mais c'est lorsque l'un de ses proches est touché qu'elle fait le moins preuve de pitié envers celui qui leur a fait de la peine.

(C'est l'instinct de domination de Lilith qui provoque cette nervosité chez Némésis).

Chaos est une erreur de la nature, une démone dévorée par l'amour qu'on lui porte, car il l'enchaîne dans des sentiments contradictoires. Son désespoir se nourrit des sentiments négatifs, à force d'observer la douleur d'autrui, et de souffrir elle-même, elle est aveuglée par la vanité de l'humanité et de sa propre existence.

Elle a été la plus difficile à décrire, voilà pourquoi ce n'est pas très clair.

Ces descriptions devraient vous permettre de comprendre pourquoi les rapports de Hime avec les autres personnages et son attitude changent. Je ne sais même pas si ces changements seront très visibles durant votre lecture, mais je préférais vous décrire chaque personnalité pour que la compréhension soit plus simple. Que vous ne soyez pas étonnés lorsque Hime s'énerve d'un seul coup dans la partie de Némésis par exemple, ou lorsque Lumière se consacre à l'amour de la connaissance alors que Lilith et Color étaient très proches du prince… Mais je vous présente là des changements de ma personnalité qui ont vraiment eu lieu, sauf que je les ai tous en quelque sorte « rangés » par chaque personnalité, alors que dans mon quotidien je passe d'une personnalité à l'autre d'un jour à l'autre, parfois même en quelques heures. Si je ne les avais pas rangées ainsi l'histoire aurait été encore plus incompréhensible je pense, ça aurait été très difficile de suivre chacun des changements. C'est aussi à cause de ce détail que je ne peux pas relater les faits parfaitement chronologiquement d'ailleurs.

Bon tout cela doit vous faire l'effet d'un gros charabia, si vous n'avez rien compris n'y prenez pas garde, peut-être que l'histoire sera plus claire que mes explications maladroites ! Sur ce, je vous souhaite une très bonne lecture, et je vous remercie d'avoir le courage de me lire.