Chapitre I : La lionne et l'araignée

Une nuit, une jeune femme se promenait dans la cité. Elle avait de beaux cheveux frisés et clairs, ils ressemblaient à une crinière. Malgré la fraicheur elle portait une courte salopette rouge et un large tee-shirt avec des motifs jaunes-orangés. Que faisait une si jolie fille à se balader seule à une heure tardive ? Etait-elle perdue ? Etait-elle inconsciente ? Peut-être les deux...

Elle vit un groupe au loin une impressionnante femme était entourée par quatre hommes qui ne semblaient pas l'agresser, ils devaient être ses serviteurs. La jeune fille était intriguée par cette femme, elle décida de s'en approcher afin de comprendre pourquoi. Elle fut surprise de découvrir que ce qu'elle croyait être un imposant jupon était en réalité des pattes d'araignées.

« — Capitaine… Dit l'un des hommes en désignant la jeune fille imprudente.

— Ne traîne pas dans le coin si tu tiens à la vie. Avertit la femme.

—Avant de partir je veux savoir qui tu es ! Clama la jeune femme avec assurance.

— Je suis la Faucheuse, tu dois être folle si tu ne me crains pas.

— Je n'ai pas de raison de craindre ce que je connais, or je sais ton nom désormais !

— Insolente ! Ne prétend pas me connaître par mon nom ! Kalach, charge-toi d'elle. »

Le concerné se jeta sur la jeune fille, et contre toute attente, elle eut le réflexe de se protéger de chacun des coups. Kalach, impatient, arrêta d'essayer de l'atteindre pour réfléchir à une autre stratégie. Sa bêtise permis à la jeune fille de réagir très rapidement. Elle lui assena un coup de pied, avec ses grosses chaussures, en pleine tête. Il tomba comme un sac, ce qui fit rire les autres. La jeune fille sautait d'un pied à l'autre comme une boxeuse attendant le prochain round. Son enthousiasme séduisit la Faucheuse, elle fit signe aux autres sbires d'attaquer.

Le premier, Tov, essaya de la distraire pour permettre à Bazoo de surmonter sa lenteur, ce dernier comptait l'assommer d'un seul coup, selon sa spécialité. Mais il ne fallut pas beaucoup de temps à la jeune femme pour deviner leur intention, il suffisait de regarder la corpulence de Bazoo pour comprendre qu'il ne pourrait pas agir très rapidement. Elle s'empressa donc de neutraliser Tov, parce qu'en plus d'être réactive et de savoir se défendre, elle possédait une force inattendue. Bazoo resta les yeux écarquillés, n'ayant aucun plan B sous la main. Comme il n'essaya pas de l'attaquer, elle n'essaya pas non plus.

La Faucheuse fit signe au dernier de ses hommes, Mitraille, de réagir. Il était extrêmement rapide, la jeune femme n'arrivait pas à l'atteindre, elle ne pouvait que se défendre et encore… Mitraille la manquait parfois de justesse. Alors soudainement elle poussa un rugissement très puissant qui perturba Mitraille à vrai dire, c'était la première fois qu'il entendait un être humain rugir comme un lion. Elle en profita pour bondir et le frapper sur le haut du crâne en joignant ses poings. Le choc propulsa sa tête contre le sol et l'assomma. Bazoo gémi de désespoir en voyant ses amis tomber un à un en si peu de temps, comme de la simple pâture jetée aux lions.

« —C'est bon Bazoo, dit doucement la Faucheuse. Tu m'as surprise jeune fille, j'aimerais, à mon tour, connaître ton nom.

—Je m'appelle Trubli Lionne. Et tu as raison, on ne peut pas connaître quelqu'un juste en apprenant son nom… alors permet-moi de pouvoir mieux te connaître ! Pourquoi tes hommes t-ont-ils appelé capitaine ? Et pourquoi étais-je sensée te craindre ?

— Tu poses beaucoup trop de questions, fait attention, ça pourrait te porter préjudice ici…

— Je sais bien, on me dit soit que je suis trop curieuse, soit que je perds mon temps à me poser des questions inutiles. Je ne comprends vraiment pas leur réaction ! Les gens sont d'une étrange étrangeté ! Le monde est si étonnant que nous devrions passer notre vie à nous poser des questions, vous ne croyez pas ?

— Tu devrais devenir philosophe ma petite.

— Philosophe ?! Avec une si grande prétention on me fera brûler, les hommes ne veulent pas laisser les femmes s'exprimer ici.

— Que dirais-tu de rejoindre mon équipage et de changer tout ça jeune fille? »