Le brouillard tombe sur cette contrée lointaine

Là où l'être humain touche du doigt la haine

Là où s'éteint dans la pénombre toutes choses

Sacrifiées sur l'autel des plus belles causes

La plupart des hommes ne connaissent cette contrée

Sauf ceux qui ont dû la traverser

Qui en sont revenus semblables à des ombres

Marcheurs silencieux qui dans la folie tombent

Ce pays ne ressemble à aucun de ce monde

Noir de suie, éternelle tombe

Là où tant de chemins se sont finis

Là où la mort prend le pas sur la vie

Cet endroit n'est que la folie des hommes

S'y battant pour des raisons qu'ils croient bonnes

Là-bas qu l'on soit faible ou fort

On est tous égaux face à la mort