Tamara ou plutôt Éloïse s'apprêtait maintenant a effectuer une seconde tentative pour communiquer avec la nuée. En fait, c'était son équipe qui s'apprêtait à le faire, tandis que de son côté, elle devrait encore saboter leur essaie.

Il y avait déjà eut un contact d'effectué avec la créature, il y avait longtemps. C'était lors de leur première rencontre. Il y avait alors trois ans que le vaisseau avait quitté la Terre. Astronomiquement, cela faisait du grand départ un événement très récent.

Ils avaient rencontré la bête alors qu'ils quittaient le système d'Alpha Centauri après avoir étudié trois planètes prometteuses qui s'étaient toutes révélées décevantes. La nuée s'était rapidement déployée devant eux alors qu'ils l'avaient, au début, confondu avec une nébuleuse en formation.

À ce moment, Éloïse se faisait appeler Cynthia et elle travaillait au poste de commandement comme pilote.

Le commandant Carita était une femme d'une cinquantaine d'année. C'était la première commandante de l'Éternité, elle avait été astronaute et avait travaillé sur Mars, lors de la tentative de colonisation ratée. Mars était le premier projet d'Éloïse pour sauver l'humanité. Dès le début du projet, les problèmes s'étaient multipliés. Le terra-formage s'était avéré un processus long et coûteux avec un résultat décevant. Pas assez d'oxygène n'avait été injecté dans l'atmosphère de la planète et le sol était difficilement cultivable. Plus ils avançaient dans le projets et plus il était évident que même si la vie y était possible, la colonie dépendrait toujours de la Terre et ce n'était donc pas une option viable considérant que la Terre était à bout de ressources.

Les astronautes qui avaient travaillé sur le projet, étaient devenus membre du premier équipage de l'Éternité et la commandante Carita était celle qui avait affrontée la première crise causée par cette nuée.

Éloïse connaissait la bête par ce qu'elle en avait lu dans le livre et par l'enseignement des gardiens, mais y faire face lui avait fait réaliser à quel point son savoir était limité à ce sujet.

Le premier groupe de scientifiques formé pour l'étudier étaient venus à la même conclusion que le docteur Armen : qu'elle était vivante et qu'il fallait tenter de communiquer avec elle. Éloïse ne faisait pas partie du groupe de scientifique à ce moment-là. Elle avait cru que cette tentative leur en apprendrait plus sur l'ennemi, c'était une erreur.

Toute tentative pour communiquer avec la bête lui ouvrait toute grande la porte de leurs esprits et la gardienne ne pouvait les protéger de cette attaque mentale. Il fallait garder l'esprit fort face à ce démon. L'ignorer autant que possible et éviter tout contact.

Elle était la seule immunisée contre son pouvoir mental, alors elle avait pu suivre l'évolution du mal, dès la première tentative de communication et être témoin de la façon dont l'équipage et les passagers avaient lentement perdu le sens de la réalité plongeant progressivement vers la folie. La niveau de résistance à cette attaque différait d'une personne à l'autre, mais c'est quand les vagues de suicides avaient commencées, qu'Éloïse, alias Cynthia, avait pris les rennes. En fait, Carita, durement atteinte, avait abdiqué son poste et son second s'était suicidé. Éloïse avait décidé de prendre le commandement du vaisseau, même si techniquement, quelques officiers étaient mieux positionnés qu'elle pour ça. Elle avait rassemblé les officiers qui résistaient le mieux à l'attaque mentale et avait dévié la trajectoire du vaisseau pour les éloigner de la créature.

Quand le vaisseau s'était suffisamment éloigné, les survivants de l'attaque avaient retrouvé la raison. Carita avait repris le commandement. Éloïse avait reçu une médaille et une promotion, mais elle avait fait disparaître Cynthia quelques semaines plus tard, parce que non seulement la crise était passée, mais que cette dernière était devenu plutôt célèbre alors qu'elle devait rester dans l'ombre. Puis tranquillement, l'oublie s'était installé. Éloïse avait constaté que le souvenir de la créature s'effaçait de l'esprit des gens après chaque rencontre. Elle avait choisi, par la suite, de l'effacer aussi de la mémoire de l'ordinateur.

Maintenant, le docteur Armen risquait de mettre le vaisseau en danger une fois de plus.

- Le message est prêt à être envoyé, dit Armen.

- Les émetteurs sont activés, répondit Éloïse, installée à la console de communication.

- Envoyez la première séquence.

- Première séquence envoyée, reprit Éloïse.

Armen se tourna vers un jeune technicien, occupant une autre console.

- Alors?

- Aucune réaction, dit-il.

- Nous ne recevons rien en retour, ajouta Éloïse.

Armen se tourna vers une autre femme qui se tenait en retrait à une autre console. Elle lui fit un petit signe de tête, il se tourna vers Éloïse.

- Envoyez la deuxième séquence.

- Deuxième séquence envoyée.

- Il n'y a toujours pas de réaction, reprit le technicien.

- Rien de mon côté, non plus, dit Éloïse.

Armen se tourna encore vers la même femme qui lui refit le même signe de tête. Il se tourna vers Éloïse.

- Envoyez la troisième séquence.

- Troisième séquence envoyée.

Cette fois, il se tourna directement vers la mystérieuse femme qui lui refit le même signe de tête. Armen fit volte face et marcha droit vers Éloïse.

- Avouez! Vous n'avez rien envoyé.

- Je vous demande pardon.

- J'avais soupçonné un sabotage lors de la dernière tentative et là, j'ai mis votre console sous surveillance.

Pour la première fois en trois siècle, elle fut pris de court. Elle n'avait pas prévue ça.

- Je n'avais pas le choix, dit-elle.

- Pourquoi? Ce n'est qu'une tentative de communication.

Ça ne donnait rien de lui expliquer, il n'aurait rien compris et il ne l'aurait pas crue.

- Ça ne change rien, dit-elle. J'ai verrouillé les émetteurs. Quoique vous tentiez, vous serez dans l'impossibilité de communiquer avec cette créature. Vous n'avez pas le choix. Il faut la traverser, tel que nous l'avions prévu.

- Ça suffit, dit une voie derrière eux!

Le commandant Lowen était resté en retrait près de la porte et il avait été témoin de toute l'opération. Il s'avança vers Éloïse

- Vous allez déverrouiller les émetteurs immédiatement.

- Je refuse.

- Ce n'est pas parce que vous êtes en désaccords que ça vous donne le droit de saboter le vaisseau. Ça ne marche pas comme ça.

- Et comment est-ce que ça marche, dit-elle sur un ton de défie?

Il la fixa avec beaucoup d'intensité, comme s'il cherchait à comprendre, puis il détourna le regard.

- Très bien, je vais vous faire mettre aux arrêts. Vous resterez enfermés tant que vous refusez de déverrouiller les émetteurs. Je vais mettre quelques techniciens là-dessus, il vont finir par trouver une façon de les déverrouiller. Et vous aurez fait tout ça pour rien.

- Cela vous prendra du temps et le vaisseau sera encore immobile longtemps avec les risques sur la santé des passagers. Vous ne prendrez pas ce risque. Je déverrouillerez les émetteurs quand nous seront loin de cette nuée.

Il parut hésiter. Elle savait qu'il ne tenait pas à faire prendre inutilement des risques au vaisseau, mais les humains, en particuliers les commandants, n'aimaient pas qu'on leur dicte leurs actions. Elle savait qu'il n'allait pas abdiquer tout de suite, mais s'il était le commandant responsable et consciencieux qu'elle devinait, il allait finir par accepter son plan.

Il se tourna vers une console et appuya sur un bouton.

- Je veux deux officiers de sécurité ici pour mettre le professeur Garth aux arrêts.

Puis, sans un regard vers elle, il quitta la pièce.