Je vois, ainsi tu es venus, tu désires apprendre quelques secrets de la conscience, bien, bien prend place mon garçon. Le sage patienta quelques instant que son disciple s'assoit prés de lui pour une discussion paisible.

- Avant toute chose, partageons un fruit si tu le veux bien.

L'homme offrit une clémentine au garçon et en pris une pour lui. Il posa le fruit sur la table et fixa le fruit sans grande conviction apparente, le disciple lui, pris l'agrume et éplucha sa nourriture, aussitôt, l'odeur emplis la pièce. Le sage ferma les yeux et inspira la douce saveur en ayant un sourire bien heureux. Le jeune garçon dévora les premier quartier sans faire attention à son maitre, quand il réalisé qu'il était le seul à manger, il fut surpris.

- Vous ne mangez pas mon maitre ?

- Ne pas manger ? Mais je ne fais que ca ! Dit t'il avec un grand sourire son élève intrigué fronce les sourcils, le sage repris la leçon

- D'ailleurs merci à toi, tu me nourrit de ton fruit… non ? Tu ne comprend pas ? Je vois que tu manges comme les occidentaux… perd donc cette habitude. Le vieille homme semblait un peu déçus mais tenta de ne rien laisser paraître.

- Regarde donc mon fruit… fixe le comme si il s'agissait la de la dernière clémentine au monde. Le vieille homme patienta un peu et demanda.

- Selon toi qu'elle est son goût ?

- Un goût de Clémentine non ? Répondit le disciple ne sachant pas quoi répondre

-Non vois plus loin, fait joué tes sens, regarde cette peau orangé, ses petit trous, le soleil qui se reflète dessus ! Si j'y met la main par dessus, vois l'orange qui s'assombrit. C'est le goût de la vie ! La vie n'est pas simplement fait de sucré de salé et d'amertume. Oublis cette vision limité des choses qu'on les occidentaux. Tu sais qu'elle est sucré car tu fait parlé tes souvenirs puisque tu en à déjà mangé une. Je te demande de ne manger qu'avec tes yeux.

L'élève s'exécuta alors et se mit à sourire pour la première fois la sage eu alors un sourire à son tour.

- Laaa mon garçon, biennn, maintenant tiens prend la, mange la avec tes mains, porte la à ton nez.

Le jeune homme semblait découvrir se fruit pour la première fois il fut tellement surpris, un fruit qu'il a manger même pas cinq minute avant semblait être totalement inconnu pour lui, il en huma l'orange longuement.

-Tu peu l'ouvrir… ajouta simplement le sage.

Quand le disciple y planta ses ongles, il fut surpris par la fraicheur du fruit, il n'arrivait déjà plus a se souvenir si sa propre clémentine était froide ou tempéré. Il en fut un peu triste mais soudain, l'odeur lui prit le nez comme jamais auparavant, il cligna des yeux son maitre n'ajouta qu'une chose.

- Ceci est la pleine conscience mon garçon, tu viens d'acquérir là ton premier savoir exécute le à chaque instant de ta vie, ressens chaque bosse, ressent le siège sous tes fesses en cette instant, regarde ma barbe, on me dit être châtain mais si tu sous cette état tu y verra en moi un feu d'artifice.

Quand le jeune garçon s'exécuta, il fut surpris de voir que son maitre avait beaucoup de poil blanc dans la barbe, ce fut comme ci c'était leur premières rencontre. Le sage détourna son regard, un peu gêné.

- Est tu fatigué mon garçon ?

Le jeune disciple lui dit que non, alors le sage l'invita à revenir le voir plus tard dans la soirée après ses corvées. Son élève arriva bien évidement, extrêmement épuisé, alors qu'ils dinèrent ensemble, le sage vit plusieurs fois la tête de son apprenti baller vers le sol, il essaya de lutter pour ne pas gêner son maitre. Ce dernier durant la conversation, lui posa une question.

- Je suis gêné, c'est peu être la vieillesse qui me guette, pourrais tu me dire ce que tu vois la bas. Il pointa son doigt dans une direction arbitraire, le jeune garçon fit un effort pour reprendre de la contenance et fixer son regard dans la direction indiquer par son maitre.

- Les poules ? La lune ? Demanda t'il

- Non plus loin concentre toi mon garçon. Fixe ton regard plus loin fait un effort !

Comme pour l'état de pleine conscience, l'élève se concentra sur sa vue, il voulait tellement faire plaisir a l'homme qu'il considérait comme un père, qu' il en oublis alors les sons aux alentours, il s'abandonna peu à peu malgré lui dans la contemplation, il en oublis son corps et sa fatigue, il en oubli son maître, il en oublis même sa propre existence, son corps fonctionnait maintenant juste a l'instinct, un souffle long et régulier. Sans faire attention, il commençait à respirer profondément.

Son maître se leva sans faire de bruit, quitta la salle à manger et laissa son élève à son état nouvellement acquis. Il fit une promenade et passa devant son élève qui soudain se réveilla, il se rendit compte alors qu'il avait eu les yeux ouvert la bouche ouverte bavant sur son linge.

- Comment te sens tu ?

- J… J… Je me sens très bien, comme si… j'ai dormi longtemps ? Comprenant que son menton etait remplis de bave qu'il essuya du revers de la main.

- Pas le moins du monde, Tu ne dormais pas, ton corps était en état de sous conscience, si tu dormais vraiment, tu ne serais pas sorti de ton état a mon arrivé. Combien d'heure s'est écoulé selon le repos de ton corps ?

Le jeune garçon sauta sur ses pieds, il avait l'impression d'avoir dormi au moins cinq heures, le maitre comme réponse, se poussa et désigna la lune

- Si tu ne me crois pas, alors fixe la lune, elle a à peine bougé, tu as dormis une heure trente mon garçon. Te voila maintenant en possession du second secret.