Dans la cours de récréation, un garçon blanc se promenait seul à travers la foule d'enfants, pour défiler le temps. Il aperçoit au loin un garçon noir recroquevillé dans un coin. Intrigué par son apparence, le garçon blanc s'approche et le demande:

-Pourquoi tu es noir?

-Parce que...mes parents sont noirs? Répond t-il, effrayé.

-Et...tu ne peux pas le changer?

-J'aimerai bien changer la couleur de peau, si mes parents n'étaient pas noirs, je n'aurai pas ces maltraitances!

-Pourquoi maltraitance? Tu es un garçon gentil, je ne vois pas pourquoi ils te feront ça...

-On me rejette parce que je suis noir! Explique t-il dans ses larmes.

-Quoi, on te maltraite pour ta couleur de peau!? Mais, tu es un Homme! Tu as les mêmes contours que nous! Ils ne devront pas faire ça!

-Mais ils continuent à me maltraiter!

-C'est horrible! C'est comme si on jugeait quelqu'un par son style vestimentaire! Injuste!

-Oui et je resterai noir toute ma vie! Pleure t-il.

Les pas s'entendaient et les deux garçons se retournent vers un professeur blanc.

-Je vois que vous êtes dans une conversation intéressante, mes chers élèves! S'introduit-il avec un sourire.

-Monsieur, pouvez-vous nous expliquer pourquoi il est noir?

-Ha, la couleur de peau, c'est génétique.

-Génétique? Questionne le jeune ébène.

-Oui, c'est un caractère héréditaire qu'on a tout au long de la vie, comme la couleur des yeux ou la couleur des cheveux! C'est une chose qu'on ne peut pas changer.

-Si c'est génétique, alors, c'est une malédiction! S'exclame le garçon blanc. C'est affreux! Il faut leur apprendre que de juger quelqu'un par son apparence est inhumain! Ce n'est pas de sa faute!

A ses mots, le garçon blanc rassemble la foule d'élèves pour leur expliquer que l'apparence n'est pas un objet de préjudice. Il montre en exemple la variété présente dans la cours, quelque soit la couleur de peau, des yeux ou des cheveux, être un Homme est le point commun de tous. Ils sont innés avec le pouvoir de la contribution. Le professeur approfondi l'explication en introduisant un professeur noir, ce qui surpris le groupe maltraitant le petit ébène. La sonnerie met un point à l'explication et la foule se disperse avec une nouvelle leçon. Le garçon noir remercie le messager d'avoir apporté du confort dans son environnement. Depuis ce jour, les élèves l'accueillent et baptisent un lien d'amitié.