Un vendredi soir comme un autre, j'étais assis sur la banquette arrière de la voiture de Thomas, qui nous conduisait à une soirée. On avait déjà bu quelques verres, sauf Thomas bien sûr, toujours très respectueux du code « celui qui conduit ne boit pas ».

C'est Jordan, assis à sa droite, qui nous l'a montrée. L'auto stoppeuse. Un jolie blonde qui nous faisait signe sur le bord de la route. Sa robe verte flottait dans la brise estivale. Pas méfiante, la fille. Jolie, robe courte, seule, juste un sac à dos bleu fluo sur l'épaule. Bien sûr, on s'est approché d'elle, Thomas à pilé sur le bas côté, lui à fait son petit sourire enjôleur. Elle n'a répondu que par un sourire timide, un de ces petits sourires enfantins, lèvres fermées, qui font remonter très haut les coins de la bouche. « Je vais à Lezoux » elle à dit d'une petite voix, entrouvrant à peine ses lèvres rosées. Je lui ait indiqué la place vide à côté de moi, et elle s'y est assise, confiante.

« T'as pas peur, toute seule comme ça ?.. »

Je me rapproche un peu d'elle. Elle tellement mignonne, avec ses grands yeux innocents, sa robe qui dévoile presque jusqu'au début de ses cuisses, et donnait envie de plonger la main dedans...

Avant de répondre, elle m'a fait un sourire éclatant. Un sourire d'une blancheur magnifique, dévoilant sa dentition parfaite...toutes ces petites dents, soigneusement taillées en pointe ... qui imitaient à la perfection la mâchoire d'un carnivore.

« Non...Je devrais ? »

Silence long, pour moi horrifié, pour elle … amusé ?

Je n'ose plus bouger. La lueur dans ses yeux à changé, elle me regarde droit dans les yeux, j'ai envie de détourner le regard, mais j'ai peur de ce qui pourrait arriver.

« C'est vrai qu'on me dit souvent que je suis à croquer ! »

Elle se penche alors vers mon cou, j'ai un spasme de recul mais je suis à la fois tétanisé, qu'est ce que je devrais faire ? m'éloingner ? Rire ? Répondre à sa blague ? Par sûr que la blague m'est été adressé, peut être qu'elle se la chuchote à elle même à chaque fois qu'elle… Qu'elle quoi ?

Sa tête s'approche de mon cou, ses lèvre s'y posent, ses mains enserrent doucement mes bras, comme pour un baiser.

Elle écarte les lèvres, je laisse échapper un hurlement, tente de m'éloingner.

Thomas me crie de me taire.

Les mains m'agrippent avec une poigne stupéfiante. Je me débats,du moins essaie.

Sa bouche s'ouvre en grand.

Jordan me crie dessus quand je lui met un coup de tête.

La mâchoire se referme.

Me transperce de part en part.

Mon univers se teinte d'écarlate.