Série Histoire d'aimer MM (HA)

Note : Pour celles qui me suivent et ... attendent cette suite depuis... O_o un moment, on va dire.

Je n'ai plus le temps... et ce n'est pas facile d'en trouver...

2017, je n'ai rien fait de plus donc 2018 sera certainement identique.

.

Alors, en attendant, je publierai ici.

Pour les autres qui arrivent... ça risque de spoiler sur le T1

Publication (premier jet) : Même si j'ai des chapitres d'avance, cela restera très aléatoire, je ne peux rien promettre. Mais toute motivation est la bienvenue :D

.

Déjà édités dans cette série sur amazon :

Eleven T1 (HA1)

Neuf mois (HA2)

Poussières de rêve (HA3)

.

En cours

Eleven T2 (HA6)

.

Résumé : 8 ans s'est écoulé depuis la fin d'Eleven T1 (sans compter les bonus) donc Eleven a 25 ans et Thomas 30.

Le résumé est susceptible d'être modifié !

Rien ne va plus, le jour où Eleven se met à renifler les chemises de Thomas. Depuis quelques temps, son mari rentre très tard et il le soupçonne d'être retourné vers la gent féminine… Le soir-même, il active la procédure « skype urgence ! ». Tous ses amis sont là et l'écoutent en tentant de le conseiller.

Thomas, après une soirée harassante, ne s'attend pas à ce que son mari l'attache nu, poignets au coin du lit et l'interroge après s'être totalement servi de lui… sexuellement, chose qu'il renouvellerait avec joie si Eleven voulait bien arrêter de croire qu'il le trompe. En avouant les raisons de ses absences, Eleven découvre le secret de Mélanie qui le fait aussi réfléchir : il veut fonder une famille.

Tous ses amis seront présent...


Prologue

.

Eleven regardait sa montre : 21h22. Ces derniers jours, il avait remarqué que Thomas rentrait tard et esquivait toutes ses questions. Un peu contrarié qu'il ne lui parle pas, il avait senti l'odeur d'un parfum féminin sur pratiquement chacune de ses chemises. Cela avait eu le malheur de lui pincer le cœur.

Cela faisait huit ans qu'ils se connaissaient et, aujourd'hui à vingt-cinq ans, onze mois après leur mariage, il avait l'impression de perdre son mari. Thomas qui manquait actuellement d'un vendeur avait passé la semaine à s'entretenir avec de jeunes diplômés. En plus de veiller au bon fonctionnement de l'entreprise, Charlotte était en congé parentale. Pourtant, il ne voyait pas quel type de femme aurait pu tourner autour de lui, et puis Thomas ne savait pas lui mentir.

Du moins, c'était ce qu'il espérait parce que, jusque-là, son mari n'était pas capable de lui cacher quoi que ce soit. Ou, est-ce que le fait qu'il puisse aller voir ailleurs le pousserait à être meilleur menteur ? Et si, finalement, il ne lui suffisait plus ? À cette pensée, sa poitrine se serra douloureusement. Eleven était un jeune marié et ne se voyait pas déjà divorcé après tant d'année à être resté auprès de Thomas. Il avait la certitude que son cœur ne s'était pas trompé et il comptait bien affronter la vipère qui oserait s'approprier son homme.

Il s'assit, désespéré, devant son ordinateur et, l'index enfoncé sur le bouton d'urgence, il n'avait plus de solution. Il devait contacter sa bande. Il sourit en apercevant Denis qui avait dû être réveillé par son appel. Son ami avait les cheveux bruns du front en houppette et son regard bleu nuit reflétait la fatigue. Denis avait bien grandi et s'était installé à l'ouest de la ville, non loin du centre commerciale. À vingt et un ans, il était déjà patron d'une entreprise de dépannage en informatique et, à ses heures perdues, il lui arrivait d'aider son père et Raymond dans leurs recherches.

— Coucou Eleven, grogna celui-ci, laisse-moi deux minutes que je me réveille.

— Ta copine n'est pas avec toi ?

— Nop. Chez ses parents.

Il observa son ami se lever et quitter son champ de vision. Cela faisait deux ans qu'il fréquentait une jeune fille de son âge.

— Hé ! Hé ! Eleven ! ricana Yann, pourquoi je ne m'étonne pas de voir qu'il n'y a que toi pour activer notre plan Skype !

— Je te dérange ? demanda-t-il en enfonçant sa tête entre ses épaules.

— Nan, c'est bon, reprit plus sérieusement son meilleur ami en glissant une main dans sa chevelure blonde, de toute façon, doudou est fatigué...

— Ce n'est pas vrai ! hurla une voix derrière Yann. Je suis peut-être aveugle mais pas sourd !

— Toujours aussi mal luné, rit doucement Eleven en imaginant Aidan avec sa barbe de trois jours.

Son ami allait répondre mais il fut coupé par l'arrivée d'Alicia.

— Amis du soir ! Bonsoir !

Lorsque Denis réapparut, Eleven put exposer son problème. Alicia fut la première à répondre :

— T'en es sûr ?

— Ça fait une semaine qu'il rentre tard, expliqua-t-il. Quand je mets sa lessive à tourner, je sens le parfum d'une femme.

— C'est bizarre, parce que Thomas est le premier à bouder si quelqu'un te fait du gringue, lui fit remarquer Yann.

— Bah, je n'y comprends rien alors.

— Avec Charlotte en congé et sa recherche d'un vendeur, il doit s'arracher les cheveux, tenta de le consoler sa belle-sœur.

— Je suis d'accord, mais, quand même ! Il est 21 heures passées ! D'habitude, il y reste au plus tard jusqu'à 20 h...

— Tu veux que je lui parle ? lui demanda-t-elle.

— Non, merci Alicia. Je sais que c'est ton frère et...

— Tu l'es tout autant Eleven ! Si jamais il te trompe vraiment ! J'arrache les yeux à la pétasse qui te le vole et je lui ferais ensuite vivre un enfer !

— Okay, coupa calmement Yann. Pas de précipitation. Est-ce que Thomas t'ignore ? Je veux dire, il ne te regarde plus ? Ne te touche plus ?

— Si, répondit-il rassuré, il m'embrasse comme tous les matins, dors contre moi... enfin, de ce côté-là, ça n'a pas changé...

— Je serais à ta place, intervint Denis d'un air sérieux, je l'attacherai au lit en prévision de le... heu, enfin, tu vois, hein, ensuite je lui soutirerai toutes les réponses d'une manière peu conventionnelle mais je suis sûr que ça marcherait...

Yann et Alicia éclatèrent de rire au moment où Aidan apparut derrière son meilleur ami.

— Il n'a pas tort, si Thomas t'aime vraiment, je suis certain que sous la torture, il te répondra. Regarde, c'est comme ça que j'ai eu mon lutin...

Eleven rit à son tour en voyant Yann secouer la tête tout en rougissant. Il ne savait pas vraiment quoi penser de la situation. Thomas n'oubliait jamais de l'embrasser avant de partir travailler, de l'appeler quand il bossait avec Kenzo et de lui envoyer de temps en temps un SMS pour l'avertir de son retard. Sauf que ces derniers jours, il n'avait plus reçu le moindre message et c'était cela qui le gênait, en plus du maudit parfum.

Lorsqu'il finit de prendre des nouvelles de tout le monde, il s'allongea sur le canapé, attendant le retour de son mari. Il jeta un œil à sa montre : 22h12. Il roula et ferma ses yeux. Il se sentait à la fois déçu et affolé de le perdre pour de bon. Peut-être, devrait-il vraiment l'attacher au lit et... Eleven se redressa, les joues empourprées.

C'était ce qu'il allait faire. Si Thomas était encore amoureux de lui, son compagnon ne pourrait pas échapper à son charme. Sur cette merveilleuse idée, il chercha deux ceintures où il fit quelques trous supplémentaires à chacun. Il les testa avec un sourire espiègle au bord des lèvres, ravi de pouvoir clouer Thomas au lit. Ce fut à cette seconde qu'il reçut un SMS « je ne tarde pas mon cœur, désolé ». Il dévisagea le mot, le regard noir et déterminé à le torturer. Si son mari avait quelque chose à lui cacher, il était temps qu'il lui avoue tout.

.

Thomas qui était dans l'ascenseur se demandait pendant combien de temps il allait devoir se taire. Il connaissait assez Eleven pour savoir que ce dernier allait lui faire une scène. Lorsqu'il arriva à son étage, il soupira et poussa la porte de leur appartement. Il la referma à peine qu'il fut assailli par les lèvres d'Eleven, les mains lui ôtant agressivement sa veste et l'attirant tout en l'embrassant jusque dans la chambre.

Il oublia bien vite son problème du moment et se laissa guider par ses envies. Il lâcha un gémissement à travers le baiser ardent que lui imposa Eleven. Sa chaleur corporelle monta d'un cran et, son sexe dur plaqué contre le bassin de son mari, il se retrouva rapidement nu dans les minutes qui suivirent.

Thomas, totalement soumis à Eleven, ne réalisa pas une seconde ce que son amant était sur le point de faire...