On vivait dans un endroit fermé

Entre les quatre murs des archives

De nos mémoires, de notre vie et de nos savoirs

Indispensables pour notre projet en cours

Nos pensées ricochent entre les murs

Nos pas se coincent sur la ligne monotone

Parce qu'on possède que les mêmes archives

Dont nos expériences les ré-utilisent en cycle

Une étagère, poussiéreuse, frisonne un appel

Elle nous attire vers ses espaces remplies de livres

Que font-ils ici? Telle horreur avec une raison:

Difficile à lire et à comprendre, on refuse

Et on s'étiole, on s'étrangle, on s'étouffe

Alors, on ouvre leurs pages rapidement

Et sous leur couverture se dévoile une clé

Elle transperce les murs et ouvre les rayons

Nous mène à la sortie et au point de la réussite

Notre connaissance s'écoule en plusieurs rives

Et fertilise les habitants de nouvelles horizons

La bibliothèque se révèle une grande puissance

Elle créée de nouvelles possibilités et avancées

Qu'une personne peut survivre seule sur leur trajet

La connaissance est la clé créatrice du monde