Écrit dans le cadre du 365 Drabble Days, un truc inventé, inspiré du "The One Drawing A Day Challenge".
En gros j'écris un Drabble par jour sur le thème donné, en sachant que même si je dis "Drabble", je ne reste pas fidèle à la définition de Drabble: J'écris sur ce que je veux (fictif, réel, original, fandom etc) tant que je veux/peux. Ça peut faire une phrase comme quinze pages. J'arrête dès que je n'ai plus d'inspiration ou que je décide avoir fini. C'est un exercice que je fais pour moi, pour m'inciter à écrire et à faire appel à mon imagination sur demande. Voilà, bonne lecture!


12 - Insanity

(musique écoutée en écrivant: Madness - Ruelle & Alice Madness Returns OST)


Litina Kristina - 13ans 1m50 35kg Admise le 30/04/2012

30/04/2012
Kristina a été admise à la demande de sa mère (Daina Litina).
Lourd passif: père mort depuis environ trois mois, tombé du haut d'un escalier . D'après sa mère, Kristina est en dépression. Ne sait pas depuis quand mais a remarqué une dégradation de plus en plus flagrante.

Observation rapide: semble désorientée, visage hagard, difficulté à soutenir un regard.


2/05
La patiente a des difficultés à s'exprimer . Ne réagit pas aux stimuli visuels. Trouble de l'attention.
Accès de somnolence diurne.
Symptôme confusionnel?


7/05
La patiente a eu une crise de rage vers 11h quand on est venu prendre sa tension. Peur panique de ce qui l'enserre (brassard, ceinture)
Retour à la normale après 30min. Rien d'autre à signaler .


9/05
Semble plus propice à l'échange verbal lorsque assise à côté d'une fenêtre. La patiente aime regarder à l'extérieur jusqu'à en oublier de répondre. Trouble de l'attention omniprésent.
Aime parler de sa vie à l'école. À la mention de son père, se renferme aussitôt.


13/5
Remarqué que la patiente a un tic nerveux: elle se frotte le bras droit. En situation de stress, frotte de manière compulsive jusqu'à sembler avoir mal.
Évocation de la dépression avec elle. Semble affectée et se renferme.


18/5
La patiente s'est battue avec un autre patient. On l'a retrouvée en train de cogner au sol la tête du patient. Le patient en question est connu pour ses épisodes psychotiques aléatoires. Les aides-soignants l'ont vu sauter sur ma patiente. Il a eu le nez cassé et a dû se faire poser des points à l'arcade. Ma patiente a eu le bras fracturé.
Au moment de mettre le plâtre, elle est entrée dans une nouvelle crise de rage. Ne supporte pas d'avoir le plâtre. A dû être immobilisée dans son lit. Le fait d'être entravée et surtout enserrée aux poignets, chevilles et tronc l'a rendue hystérique. A hurlé pendant des heures. On a dû lui administrer un sédatif.


4/07
Le plâtre a été retiré. La patiente n'a pas pu quitter son lit, toujours attachée car elle était toujours hystérique lorsque le sédatif ne faisait plus effet (obligé de lui administrer régulièrement)
Redevenue calme en début de soirée.


9/ 7
Réaction surprenante. Lors d'une discussion, j'ai posé la main sur l'épaule de la patiente qui m'a dit en criant "Lâche-moi" alors qu'elle me vouvoyait jusque là . S'est ensuite rapidement excusée en revenant au vouvoiement. J'ai essayé de l'interroger sur les raisons de son rejet, sans succès.
Je me demande si cette histoire d'hystérie à l'idée d'être enserrée est à creuser .


10/ 7
J'ai abordé avec précaution le sujet de l'enserrement. Anxiété de la patiente rien qu'à l'évocation. J'ai tenté un coup de poker en lui demandant si ça avait un rapport avec son père dont elle refuse depuis de parler . Réaction immédiate. Repli sur elle-même. Irritabilité.


12/ 7
J'ai posé des questions à la mère de Kristina pour en savoir plus sur la relation entre elle et son père. Daina n'a rien remarqué de spécial. Entente qui semble cordiale d'après elle.


20/ 7
Kristina s'est enfermée dans le silence depuis le 10. N'a pas bougé de son lit depuis tout ce temps.
État catatonique manifeste. Peut-être SSPT suite à notre discussion.
Les traitements n'ont pas d'effet. On ne peut pas en augmenter la puissance à cause de son jeune âge.


23/ 7
J'ai fait part de mon hypothèse à la mère de Kristina . Elle s'est emportée en disant que jamais son père ne lui aurait fait de mal.
Kristina réagit seulement quand je fais allusion à son père: sursaute et son visage devient exsangue.
Je n'ai pas d'autre choix que d'attendre qu'elle ne soit plus catatonique.


3/ 09
Kristina a quitté son état catatonique. Est en soins pour le moment.


7/ 9
J'ai enfin pu revoir Kristina . Son état de santé physique est déplorable. Elle est plus hagarde qu'avant.


10/ 9
J'ai emmené Kristina se promener dehors. Ne réagit pas.
Au moment de descendre les marches qui mènent au deuxième jardin, réaction étrange de Kristina: a levé les mains en s'arrêtant, s'est mise à trembler et à gémir .
Je l'ai raccompagnée à l'intérieur jusqu'à sa chambre. Je lui ai demandé si ça avait un rapport avec la mort de son père. Elle a fondu en larmes et n'a plus dit un mot.

J'ai demandé à sa mère où était Kristina quand son père est mort. M'a répondu qu'elle était chez une amie pour la journée.


11/ 9
Daina a accepté de me donner le numéro de téléphone de la mère de cette amie.
Elle a confirmé que Kristina était bien venue jouer chez elle avec sa fille. Quand j'ai demandé, m'a dit que Kristina était allée chez elle pour récupérer des affaires pour rester dormir .

J'ai demandé à Kristina si elle avait vu son père tomber dans l'escalier, ou bien si elle avait vu son corps lorsqu'elle était repassée chez elle. Elle était dans une phase de confusion et a juste hoché vaguement la tête.


15/ 9
La famille du patient psychotique qui a attaqué Kristina en Mai vient d'apprendre ce qui s'est passé. C'est une famille très puissante et influente et ont porté plainte contre Kristina et contre l'établissement. Un autre psychiatre va suivre Kristina en même temps que moi.


20/ 9
Kristina déteste le Dr Rey. Elle qui est toujours très placide, elle a eu deux crises d'hystérie lors de ses entretiens quotidiens avec lui. On l'a retrouvée en train de hurler et Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé car je n'y assiste pas. Elle ne veut rien me dire et je n'ai pas confiance en lui.


23/ 9
Le Dr Rey a demandé à être présent lors de mes entretiens avec Kristina . J'ai catégoriquement refusé, en lui rappelant qu'il met ma patiente au mieux mal à l'aise, au pire dans un état incontrôlable.
Kristina a des troubles de l'humeur depuis qu'il est ici. J'ai du mal à avoir une conversation avec elle.


24/ 9
Le directeur m'a fait savoir que dorénavant le Dr Rey peut assister à nos entretiens s'il le désire. Je soupçonne la famille du patient de faire pression sur lui.

Mon entretien avec Kristina a été complètement improductif. Elle n'a pas décroché un mot et n'a rien fait d'autre que regarder ses genoux d'un bout à l'autre.
Le Dr Rey a trop d'emprise sur la situation, je dois réfléchir à ce que je peux faire de mon côté.


29/ 9
J'ai demandé à un aide-soignant que je connais depuis longtemps et en qui j'ai confiance d'essayer de savoir qu'est-ce qui se passe pendant les entretiens entre le Dr Rey et Kristina.
Il l'a entendu essayer d'intimider Kristina, de la pousser à bout.
Il est clair qu'il essaie de lui provoquer une crise d'hystérie pour qu'elle s'attaque à lui, prouvant qu'elle est violente et que c'était elle qui a attaqué en premier le patient en Mai.

L'après-midi j'ai emmené Kristina dans le jardin. J'ai parlé du Dr Rey. S'est renfermée aussitôt.


3/ 10

Je viens d'assister à l'instant à quelque chose. Je regardais par la fenêtre et j'ai vu le Dr Rey s'apprêter à descendre les escaliers du jardin. Kristina est arrivée par derrière et l'a poussé, avant de sauter sur lui. Il lui a attrapé le bras pour la dégager, mais elle lui a agrippé les cheveux avant de lui taper le crâne contre le sol jusqu'à ce qu'il y ait une flaque de sang autour de lui. Puis elle est repartie.
Je l'ai trouvée dans la grande salle, à côté de la fenêtre où elle va habituellement. Elle n'avait l'air ni secouée, ni troublée. Elle était comme d'habitude. Lorsque je lui ai demandé si elle allait bien, elle m'a sourit. Le premier sourire qu'elle a fait depuis qu'elle est arrivée ici.
Quand je lui ai demandé pourquoi elle souriait, elle m'a dit que le Dr Rey lui rappelait son père.