« Il était une fois une petite fille qui s'appelait le Petit Chaperon Jaune. Le Grand Père commença.

-Mais non, Rouge !La petite fille aux courts cheveux blonds protesta.

-Oh, oui ! Le petit chaperon rouge. Donc sa maman l'appela et lui dit : "Ecoute Petit Chaperon Vert…"

-Non, non ! Rouge !

-Bien sur, Rouge. Alors sa maman lui dit : "Va porter cette épluchure de pomme de terre à ta tante Ursule."

-Non ! Elle dit : "Va porter cette galette à ta grand-mère."

-C'est vrai. Alors la petite fille s'en alla dans les bois et rencontra une girafe… Papy George pris un verre de café et commença à vider le contenu.

-Quelle salade… Elle rencontra un loup ! Pas une girafe !Mika commença à se fatiguer.

-D'accords ! Le loup lui demanda : "Combien font six fois huit ?"

-Pas du tout !La fille soupira.Le loup lui demanda : "Où vas-tu ?"

-Tu as raison ! Le Petit Chaperon Noir répondit…

-Rouge ! Rouge ! Le petit chaperon Rouge ! »

Mika se leva et alla vers la cuisine pour prendre un verre d'eau et en profita pour ajuster le ruban sur sa tête quand elle passa près d'un miroir. Elle revint plus tard avec un verre dans la main et une galette dans l'autre. Elle retourne s'assoir à coté de la cheminée.

« Voilà ! Tu peux continuer.Elle espérait au plus profonds de son âme que Papy n'allait plus faire d'erreurs.

-Bon ! Elle répondit : "Je vais au marché pour acheter de la sauce tomate."

-Jamais de la vie ! "Je vais chez ma grand-mère qui est malade… Mais je me suis perdue en chemin."Les espoirs de la petite blonde fut seulement un rêve. Après tout, son grand père souffre d'Alzheimer depuis qu'il a pris la retraite. Il était autrefois un idole professionnel et la fille espérait qu'il connaissait de belles histoires feeriques.

-C'est vrai ! Alors, le cheval lui dit…

-Quel cheval ? C'était un loup ! »

La gamine enleva son pull et croqua dans la galette. Il était neuf heures du soir. La neige tomba dehors et ses parents étaient en voyage d'affaire, la laissant seul avec son Alzheimer de Grand Père.

Mika avait l'habitude, cependant. Son père était médecin et sa mère une idole et ils étaient souvent absent. La seule personne en qui la petite blonde a le plus confiance fut son grand père qui était toujours là pour l'écouter quand elle avait des ennuies à l'école.

« Bien sur ! Donc, il dit : "Prends l'autobus numéro soixante-quinze, descends à la place de la cathédrale, tournes à droite. Tu trouveras trois marches d'escaliers et un sou par terre. Ne t'occupes pas des marches d'escalier, contentes-toi de ramasser la pièce et achètes-toi une barre de chocolat…"

-Grand Père, tu ne sais vraiment pas raconter des histoires. Tu embrouilles tout le temps…La petite fille regarda en direction de la fenêtre,Tant pis… Cela ne fait rien… Cela quand même m'a donné envie d'une barre de chocolat.

-Parfait ! Voilà ton sou ! Le grand Père lui tendit un billet de 100 Francs.

-Grand Père…La fille regarda ave horreur.Ce n'est pas un sou, mais un billet. »

Avec cela, elle prit le billet et remercia son Papy avant de retourne dans sa chambre pour dormir. Le lendemain, elle ira acheter une barre de chocolat.

-Bonne nuit, Papy…

-Bonne nuit, Mika ! Fait de beaux rêves.

[-x-x-x-]

A/N :Merci à ceux qui ont lu jusqu'à la fin. En fait, deux de mes cousins m'ont aidé à écrire cette histoire. En d'autres termes, cette histoire est juste une idiotie écrit par trois idiots.