À chaque fois que je me regarde devant ce miroir, il me reflète la triste réalité qui est devenu la mienne. Deux yeux pauvres d'expression forment mon regard, ces yeux qui pourraient être si jolis, passant du vert au bleu, mais qui sont aussi laids que la forme en diamant de mon visage. Mon teint blanc est d'une laideur reprochable, couvert de larmes asséchées et de tristes traits fastidieux creusant ma peau aride. Des cheveux courts, noirs et abîmés de partout encadre ce visage pittoresque, et je dois me rendre à l'évidence : je suis d'une laideur immonde.

Lorsque j'essaie de voir au travers mon affreux physique pour vérifier le dire populaire que « ce qui est laid à l'extérieur est magnifique à l'intérieur », je ne peux donner raison à celui-ci tant mon être me semble ignoble.

Sarcasme et jalousie – je suis empreinte de raillerie, de misère et de snobisme. Non, vous n'avez pas le droit d'être meilleur que moi. Je vous ferais suer sans remords, vous emplissant de honte et calomniant votre être, votre aspect et votre personnalité. Je vous suis jalouse pour tout ce que vous êtes, car je sais que je ne pourrais jamais vous ressembler. J'aurais aimé être comme vous.

Égoïsme et imprudence – je m'aventure aux pays lointains, touchant de mes mains empoisonnées tout ce que je trouve attirant tant ma laideur me tend vers son contraire. J'ignore que je les abîme, que je les envenime ou plutôt je feins de l'ignorer : je suis bien trop égoïste. Je veux que tout le monde songe à moi, mon pauvre petit malheur, ma personne si triste et rebutante, oh pauvre moi, pauvre moi! Des problèmes, oh, vous en avez également? Étrange coincidence, mais cela ne m'intéresse peu!

Ensuite, je me demande pourquoi les gens ne m'aiment pas, me tiennent à bout de bras, prêts à me mentir pour mieux se débarrasser de ma curiosité et de mon venin mal place. C'est normal que vous me rejettez, je peux comprendre parfaitement. Vous n'avez pas besoin de ma laideur, de mes défauts ni de ma vantardise de narcissique ésseulée.

Le suicide étreint mes pensées durant ces moments, je vous jure que je me hais pour mourir.

Mais de toutes façons, je ne vaux même pas la peine d'être tuée.