Cette bibliothèque étend ses longs rayons

En boucles, en cercles, en circonvolutions,

De section en section, de couloir en couloir,

Plus loin que l'œil humain ne saurait jamais voir.

0-0

Les livres n'y sont pas morts, figés, immobiles,

Mais prêts à s'échapper, s'évader de leurs piles.

Ils murmurent, s'ébrouent, s'animent et appellent

Le lecteur qui hésite à prendre tel ou tel.

0-0

Et d'entre leurs pages qui s'ouvrent, aguichantes,

Naissent d'autres mondes, d'autres vies étonnantes,

Qui font, chassant l'ennui, rêver d'autres rivages.

0-0

Lecteur, prends donc garde, qu'en parcourant ces lieux

Tu n'oublies tes amis, ta famille, tes dieux,

À jamais capturé par ces trompeuses pages.


Ce texte a été écrit dans le cadre de la centième nuit du FoF. Il fallait le composer, en une heure, sur le thème imposé de "circonvolution", et en rimes. Pour plus d'informations, vous pouvez m'envoyer un MP.