Ce sonnet a été inspiré par la cent cinquième nuit du FoF, un forum d'écriture francophone sur . Le thème imposé était "faute".

Je ne cautionne pas les propos de mon personnage, ni ses prises de position.


Injustifié

J'ai pas été sympa, mais c'était la galère.
Qu'elle soit dépressive ? Ben c'est pas mes affaires.
J'lui ai p'têt répété qu'elle était pas crédible,
Mais c'est pas ma faute si elle est trop sensible.

Il courait et sautait partout, fichu gamin.
Je lui ai pourtant dit de rester sur l'chemin.
J'regardais mon portabl', mais ça n'a pas duré.
Quoi ? C'est pas ma faute si le p'tit s'est blessé.

Ma copine était chiant', je l'ai mise à la porte :
Je lui avais bien dit qu'il fallait qu'elle avorte.
Le travail est idiot, le patron pas sympa.

Ma vie n'est pas terrible et je mérite mieux.
Mais je n'ai pas de chanc', je suis jamais heureux.
C'est pas ma faute à moi si j'ai cette vie-là.


Et vous, que pensez-vous de ses justifications ?


Les alexandrins que j'ai écrits sans parvenir à les placer dans le sonnet :

D'accord j'ai pas bossé mais l'examen est dur.
L'école, c'est pourri, les profs ne m'aimaient pas.

Ce n'est pas mon gamin, j'avais pas à l'garder ;
J'avais un peu de temps, et c'était pour aider.