Bonjour, bonsoir

Voilà le vingt-troisième chapitre de mon histoire intitulé PHENOMENE.

Bonne lecture.


Chapitre 23 : dortoir

J'étais assez réticente de suivre aveuglément le plan de l'autre abruti. Je ne comprenais pas pourquoi il avait écarté Aldéric pour l'assaut final. C'est la raison pour laquelle j'ai demandé à ce dernier de me suivre vu que selon ce fameux plan j'étais la seule à être seule. En effet, Santia s'était proposée pour rester avec notre leader alors que je m'y opposais farouchement. Quant au reste du grope, les trois filles, elles ont eu la chance d'être ensemble alors que moi je le répète j'étais seule. Bien sûr, ma requête à l'égard d'Aldéric s'était réalisée dans le plus grand des secrets. Je voyais bien qu'il voulait participer. J'avais fait en sorte de partir la dernière de la maison pour m'assurer qu'il allait venir avec moi. Par la suite, nous sommes arrivés tous les deux près d'une entrée de l'académie dont j'ignorais l'existence. À ce moment-là Aldéric m'interpelle en chuchotant.

-Merci Ema ! Je te laisse faire ton truc...

-D'accord. Tu vas aller où ?

-Tu me demandes ça que maintenant ?

-Euh, oui... Désolée mais j'oublie souvent les autres lorsque la personne que j'aime est en danger à cause d'un idiot !

-Je vois... On est pareil je crois ! Ça me rassure que le groupe comporte une personne comme toi.

-De quoi parles-tu ?

-Es-tu prêtes à tout pour sauver cette fille que tu aimes ?

-Je n'ai jamais dis que c'était une fille...

-En effet, tu as raison. Je vais être franc avec toi. Depuis un certain moment j'ai nourris des sentiments à l'encontre de l'idiot qui met en danger celle que tu aimes. En sachant que lui-même s'en va vers une mort certaine je ne peux le laisser courir à sa perte. Voilà pourquoi je suis là, pour le protéger...

-Aldéric... Tu es prêt à te...

-Oui, je ne crains pas la mort si c'est pour sauver l'être aimé !

-Mais...

-Je constate que tu me comprends... Il est temps que j'y aille. Si on se revoit un jour j'espère que...

-On se reverra imbécile ! Vas sauver l'autre abruti !

Je secouais la tête frénétiquement en voyant Aldéric partir dans une autre direction que la mienne. Au fond de moi je savais qu'il avait raison. Si je savais que Santia était en danger j'irais directement vers elle pour la sauver. Elle était tout pour moi. Vivre sans elle serait tellement horrible que je quitterais ce monde dans le pire des cas. Arrivée devant l'endroit que je devais explorer je me figeais tout à coup. Les mots de cette conversation résonnaient dans mon esprit. J'admirais sincèrement la détermination de cet imbécile car je savais qu'au fond je ne pouvais pas en faire autant. Je me mordais les lèvres à cause de ce sentiment d'impuissance qui me rongeait... Rejetant une larme qui coulait sur ma joue droite j'entrais à l'intérieur du bâtiment me faisant face. Selon Ahiro il y avait sans doute une personne qui en connaissait plus que nous ici. Je n'arrivais pas à croire qu'une telle personne existait mais pourtant j'avais l'impression que cet idiot ne mentait pas. Je me suis mise à marcher durant plusieurs minutes sans vraiment chercher. Mon esprit continuait à faire défiler inlassablement les paroles de tout à l'heure. Étais-je vraiment comme lui ? Avait-il raison ? S'il ne se trompe pas sur mon cas alors pourquoi je reste là loin d'elle ?

Soudain, non loin d'un couloir j'aperçois une silhouette. En me rapprochant de plus près je pousse un petit cri de surprise. Cette fille ressemble trait pour trait à la description qu'on m'a donné. Je commence à courir vers elle lorsque son regard percute le mien. Elle pencha sa tête sur le côté avant de m'inviter à la suivre dans sa chambre. J'hésitais à continuer le plan ou à fuir. Comme hypnotisée je marchais derrière elle jusqu'à sans trop savoir comment me retrouver dans une chambre. En regardant la fenêtre je pu lire une certaine inscription. Je sursautais subitement lorsque sa voix retentit dans toute la pièce.

-Bonjour ! Je me permet d'enclencher la conversation.

-Euh, d'accord...

-Je sais que ton groupe entame des hostilités à l'instant où je te parle. Je ne pensais pas que vous agiriez aussi vite. Mais bon connaissant le comportement d'un certain garçon j'aurais dû m'en douter.

-Vous connaissez Ahiro ?

-Oui et non. S'il t'a fait venir ici c'est à cause des multiples rencontres que j'ai eu avec lui ces derniers temps. En outre, je ne le connaît pas aussi bien que ta meilleure amie.

-Il nous a bien fait comprendre que vous en saviez plus qu'il n'y paraît...

-Peut-être... Il aurait dû vous dire que je ne peux pas trop agir à ma guise et que mes informations ne doivent pas être utilisées à mauvais terme.

-Je ne comprends pas ! Quelle est la signification de tout cela ?

-Qui sait. Ah tiens, une voix viens de s'éteindre... Désolée pour...

-Une voix ? Comment ça ?

-Une vie si tu préfères. De ton groupe en plus.

-Qui ?

-J'en sais rien. Tout ce que je peux te dire... Hum, voyons, deux ombres et une lumière en plus du cadavre...

Je reculais de quelques pas. Quel est le réel sens à tout ça ? Cette fille connaisait-elle vraiment des choses qui pourraient nous aider ? Je soupçonnais Ahiro de m'avoir trompé pour garder Santia auprès de lui. Je serrais fortement les dents en imaginant le pire. Je devais éloigner mon amour du monstre qu'il était.

-Ne te trompe pas d'ennemi jeune fille !

-Hein ?

-L'état d'esprit de ce garçon te permettra sans doute de vivre la vie que tu espères. Crois en lui pour lui donner de la force. Enfin, si ça marche bien sûr.

-Mais qui êtes-vous à la fin ?

-Question compliqué et simple à la fois. Et toi, qui crois-tu être en réalité ? Il n'y a pas de réponse à proprement parler. Nous faisons qu'exister dans ce monde dans lequel nous définissons les limites de nos croyances. Ce phénomène, comme vous l'appelez si bien, n'est-il pas le résultat des peurs et de l'espoir qui sommeillent en chacun de nous ? Si tu as l'intention de sauver tes amis dépêches-toi !

Je restais perplexes à l'écoute de ces paroles. J'étais partagée entre incompréhension et approbation... La minute d'après j'étais dans le couloir pour sortir des dortoirs. Je me devais de protéger Santia et le groupe comme le fait si bien l'autre imbécile. Une fois dehors je regarde autour de moi afin de vérifier si je suis seule dans ce lieu. Réssurée je reprends ma course vers le bâtiment principal en espérant retrouver Aldéric. J'ai bien peur que la fameuse « voix » soit la sienne. Tout à coup près d'un autre bâtiment je me cogne contre quelqu'un. Je me relève rapidement en me mettant en position d'attaque...

-Ema ? C'est bien toi (demanda une certaine voix).

-Hein ? Comment ? Melia, Aretha, que faîtes-vous là ? Vous n'étiez pas au jardin botanique ?

-Et toi au dortoir ?

-Si, mais j'ai peur pour Aldéric ! La personne que j'ai vu m'a dit qu'une voix s'était éteinte !

-Il n'est pas là. Selon le plan il est encore au QG. Retrouvons Ahiro on doit lui parler du danger... Steff est morte !

L'annonce de la mort d'un membre du groupe me glaça le sang. Ce que je redoutais le plus pouvait désormais arriver plus tôt que je ne voulais le croire. En fixant les deux filles je pouvais constater l'état pitoyable de Melia qui semblait très dévastée. À cet instant, sans trop comprendre pourquoi, je m'élance vers le bâtiment principal avec la peur au ventre. Est-ce possible ? Avons-nous fait le bon choix ? J'entends les bruits de pas des filles derrière moi alors que j'entre dans un couloir. Si je ne me trompe pas notre leader doit se trouver là-bas. Et dans ce cas, si tout va bien... Lui aussi sera là... Je continue de courir oubliant la fatigue. Au bout d'un moment j'aperçois des débris de verre lorsque le couloir s'agrandit. Examinant l'endroit je remarque qu'une fenêtre a été brisée. Instinctivement je jette un coup d'œil rapide avant de crier... Melia, qui venait d'arriver près de moi, étouffa elle aussi un cri en plaçant ses mains devant sa bouche. Je ne pouvais pas croire que tout cela était réel. Je franchis l'encadrement de la fenêtre afin de vérifier s'il respire encore. Mais... Une flaque de sang m'indique que le pire est arrivé.

-Les filles ! On doit le sauver ! (m'écriais-je en tremblant).

-Ema... Je crois qu'il est trop tard... Tout comme pour Steff... Nous ne pouvons rien faire !

-Nous n'allons quand même pas l'abandonner ici ?! C'est un membre de notre groupe !

-Je sais... Mais il est mort... Si tu veux on reviendra le récupérer à la fin...

-À la fin ? Si ça continue nous finirons tous comme lui et Santia. Je ne l'accepterais jamais ! Je ne pardonnerais jamais à Ahiro...

-Il n'a rien a avoir là-dedans ! Nous étions tous conscients du danger que nous encourions en venant ici.

-N'essaye pas de minimiser son implication dans cette histoire Melia ! C'est à cause de lui qu'on en est là ! Je le détesterais à vie si Santia venait à souffrir de sa faute !

-Ne joue pas les idiotes ! Tu vois bien qu'Aldéric était conscient du risque...

-Il n'avait pas besoin de mourir pour notre leader ! Un incompétent qui laisse les autres mourir à sa place !

-Tu ne comprends rien ! Ahiro a tout fait pour ne pas nous impliquer directement dans ce conflit. Rappelles-toi la nuit où il a disparu.

-Ce n'est qu'un abruti ! Il pouvait bien y rester là-bas !

Alors que nous étions en train de nous disputer Melia et moi un énorme bruit éclata dans l'air. Tournant la tête dans tous les sens je pu distinguer un bout du bâtiment principal tomber au sol. Que vient-il de se passer ? Est-ce une explosion ?


Qu'en avez-vous pensé ?

À bientôt pour le chapitre 24.