Bonjour, bonsoir

Voilà le premier chapitre de mon histoire intitulé Haaka x Naome.

Bonne lecture.


Chapitre 1 : fuir à tout prix

Les rayons du soleil entraient dans la pièce par la fenêtre principale. Ils baignaient petit à petit les murs, le mobilier et le lit. Des mouvements suspects provenaient de l'extérieur de cette chambre. Des bruits de pas et des cris brisaient la tranquillité des lieux. La porte s'ouvrit brusquement sur un homme avec un accoutrement assez particulier. Il avait des oreilles de félin sur la tête, de la fourrure sur tout le corps et il portait une armure métallique avec une fine lame à sa ceinture. Cet homme marchait prudemment jusqu'au lit avant de soulever la couverture. Un rictus de colère s'afficha sur son visage. Au même instant, une fille en tenue de soubrette fit son apparition au seuil de la porte. Elle avait l'air paniquée en voyant le soldat se retourner.

-Elle n'est plus dans sa chambre ! C'est toujours ainsi depuis qu'elle est petite.

-Euh, monsieur….

-Qu'est-ce qu'il y a domestique ?

-Dois-je prévenir notre seigneur ?

-Attends, je réfléchis. (dit-il en fermant les yeux).

-Avez-vous essayé de la retrouver aux endroits habituels ?

-Oui. Rien dans le jardin royal, rien à l'intérieur du palais, rien dans les deux villages principaux. Nous la cherchons partout. Si jamais vous savez où peut-elle se cacher, dîtes-le moi.

-Que pensez-vous de la forêt ou du lac ? Elle adore ces deux lieux.

-Hum, pourquoi pas entamer des recherches. Je te remercie domestique.

Le soldat s'empressa de quitter la chambre. La jeune fille, quant à elle, referma la porte après quelques minutes. Elle s'avança près du lit avant de s'asseoir dessus. Le silence revenait lentement dans cette partie du palais. La chambre, plutôt grande, comportait un bureau en bois et une énorme armoire de trois portes. Il y avait aussi un espace détente avec une chaise et un lavabo gigantesque. La domestique frappa délicatement dans ses mains en bougeant lentement ses lèvres.

-Vous pouvez sortir. Les soldats seront occupés ailleurs.

-Merci. (prononça une voix sous le lit).

-C'est la dernière fois que je vous couvre princesse. Pourquoi faîtes-vous cela chaque jour ?

-N'abuse pas. Je ne supporte pas les réunions qui parlent de mon avenir. Père voulait, encore une fois, offrir ma main à un fils d'aristocrate influant de la région. C'est intolérable.

-Vous avez seize ans. L'âge permettant aux jeunes filles de sang royal de se marier. De plus, vous êtes le seul enfant du roi.

-Je le sais très bien. Il ne pense qu'à la succession pour que je lui donne un petit-fils héritier. Seulement, moi je m'en fiche du trône des chats. Je veux juste vivre tranquillement sans que l'on vienne m'embêter avec ce genre de chose.

-Avez-vous tenté d'en discuter avec le roi ?

-Oui, mais il ne m'écoute pas.

-Que voudriez-vous faire aujourd'hui si je garde le silence sur votre petite cachette de ce matin ?

-Tu pourrais m'emmener dans le village dans lequel tu es née ? Il n'est pas loin du palais. J'aimerais bien contempler la célèbre fontaine dorée.

-C'est possible. Vous devez cependant mettre des vêtements moins sophistiqués et dissimuler votre visage sous une capuche.

-Pas de soucis.

La jeune adolescente tourna sur elle-même toute excitée. Elle avait des longs cheveux noirs avec ses oreilles de chats de même couleur, une jolie robe bleue et des collants gris. La domestique se leva du matelas en tendant un sac à la princesse. Celle-ci l'ouvrit précipitamment. Elle découvrait des vêtements utilisés par les basses-classes du royaume. Avec l'aide de la domestique, la jeune adolescente s'habilla rapidement. Elle portait désormais un ensemble noir avec une capuche. En parallèle, la fille un peu plus âgée avait elle aussi changé ses habits.

-Bon, princesse, comment allez-vous passer devant les gardes qui vous cherchent ?

-J'ai la solution à ce léger problème.

-La reine serait très mécontente de vous voir utiliser vos pouvoir de cette manière.

-Situation oblige. Je n'ai pas d'autre choix si je souhaite passer inaperçue !

-Dans tout les cas je ne peux pas vous faire changer d'avis.

-Hélas non.

-Je m'en remets à vous princesse.

-Quoi ? Tu ne vas pas m'indiquer le chemin ?

-Pour sortir du palais ? Non. Vous le connaissez comme votre poche.

-Et à l'extérieur ?

-J'aviserais de vous venir en aide.

-Méchante !

La princesse tendait le bras vers la domestique qui accepta la main la seconde suivante. Après une incantation inaudible, les deux jeunes filles disparaissaient de la chambre. Cette pièce redevenait silencieuse jusqu'au moment où deux gardes entrèrent à nouveau dedans. Ils se regardèrent quelques minutes et continuèrent leur ronde en refermant la porte.

-Le roi va nous tuer.

-Ne dis pas ça.

-Mais c'est vrai ! Rappelle-toi ce qui est arrivé au dernier soldat qui a laissé échapper cette petite peste !

-Tais-toi !

-Je ne mens pas. Il a fini en prison pour incompétence ! J'ai pas envie que ça nous arrive à nous.

-C'est pas le moment ni l'endroit pour parler de ça ! Tu veux mourir ma parole ?

-Bien évidemment que non. Je ne pensais pas que l'on me payerais pour chercher une petite peste tout les jours.

-Je vais finir par t'envoyer voir le roi si tu continu ainsi.

-D'accord. Je garderais mes critiques pour moi-même.

-Je préfère.

-Comment tu-fais….

Le soldat s'interrompit lorsqu'il tituba légèrement. C'était comme si quelqu'un l'avait bousculé volontairement. Son compagnon d'arme haussa les épaules tellement habitué à la maladresse du jeune homme. Ils se remirent en route en sortant du palais. Les ordres étaient clairs, retrouver la princesse à tout prix. Pour cela, le roi avait ordonné à ses conseillers de mettre l'armée à la recherche de sa fille. Ils déambulaient dans les villages les plus proches ou encore les lieux que la princesse adorait particulièrement. Elle reste toutefois introuvable malgré plusieurs heures. Certains soldats découragés commencèrent à craindre pour leur vie. Ils fouillèrent alors des zones plus larges du royaume.

Le royaume est divisé en trois région qui elles-mêmes se sépare en quatre fiefs. La capitale se situe dans la région la plus grande en terme de territoire et de population. Elle comporte environ une trentaine de village dont deux principaux placés à des endroits stratégiques. Les routes permettent la libre circulation dans tout le royaume dans les différentes région. Le territoire possède aussi plusieurs forêt, montagnes et sources d'eau faisant fonctionner les secteurs essentiels au bon déroulement économique du royaume.

Non loin d'un village, la silhouette de deux personnes apparaît tout à coup. Elles semblent marcher jusqu'à l'entrée principale de ce village. Les maisons étaient construites en bois pour les plus pauvres ou dans un matériau plus résistants que l'on peut extraire des montagnes enneigées. Les rues suivaient un système précis. Elles formaient des branches et plus on avance vers le centre, plus elles deviennent des étoiles. Ce village est traversé par une rivière à l'ouest et au sud. Il a la plus jolie fontaine de la région. C'est alors que les deux personnes s'arrêtent près de la mystérieuse fontaine dorée.

-Magnifique ! Tu ne m'avais pas menti !

-Pourquoi l'aurais-je fais ?

-Bonne question !

-Des rumeurs racontent que la couleur si particulière de cette fontaine viendrait de son constructeur grâce à ses pouvoirs. Elle est aussi vielle que la construction du palais royal.

-Quand même.

-Les habitants du village pensent que l'eau est sacrée et qu'il ne faut pas détruire l'espoir qu'elle représente.

-Ah bon ?

-Oui, la fontaine symbolise la paix.

-Tu m'apprends un truc.

-Les conflits ont cessés depuis que l'eau a prit la couleur de l'or. Les villageois accordent une importance au changement inattendu du liquide dans la fontaine.

-J'ai entendu dire qu'elle avait un jour était grise. Est-ce vrai ?

-Pour l'instant, aujourd'hui elle resplendit d'or !

-Tu esquive encore mes questions !

-Toujours.

-Bon, on bouge….

Un faisceau lumineux traversa la place de la fontaine en se dirigeant vers les deux femmes. Celle vêtue de vêtements bleus et noirs se précipita sur l'autre. Contre le sol, elles évitèrent l'attaque qui aurait été fatale. Un homme se présenta devant elles avec une grande lance pleine de sang. Il souriait en fixant l'une des deux filles. Au même moment qu'il allait abattre sa lance, un attroupement de soldat sortait des rues. D'un mouvement gracieux, l'homme disparu de la fontaine sans attendre que l'on daigne l'arrêter. Les soldats se concentrèrent plus sur les deux femmes. Malheureusement pour la plus jeunes, sa capuche s'était enlevée lors de la chute et son visage était désormais visible de tous. Un des gardes s'avança les yeux grands ouverts.

-Princesse ? Que faîtes-vous là ?

-La princesse ?

-On l'a cherché partout !

-Euh, je…. Bonjour !

-Vous allez nous suivre jusqu'au palais. Votre père sera soulagé.

-Mais….

-C'est pour votre bien princesse.

L'un des soldats serra fortement le bras de la jeune fille. Elle ne pouvait plus fuir. Ils l'amenèrent finalement au palais. Durant le trajet elle gardait le silence. On pouvait voir les hommes soulagés de constater la princesse encore en vie. Dans la salle du trône, le roi affichait un visage colérique. Il regardait sa fille debout devant lui.

-Quand vas-tu comprendre que tu as des responsabilités au sein de mon royaume ? Tu es obligée de participer aux réunions pour lesquelles tu as reçu une convocation.

-Père, je ne tolère pas vos méthodes !

-Silence ! Tu dois écouter ton roi. C'est l'avenir du royaume que tu mets en péril !

-Toujours le royaume, tu ne vois pas que je souffre d'être seulement la princesse qui te donnera un petit-fils comme héritier.

-Nous pouvons éviter une crise si tu arrête de faire un tas de caprices ! Je n'aurais jamais imaginé aller jusque-là ! Tu passeras un petit séjour dans les prisons du palais afin que tu comprennes que tu ne peux pas faire tout ce que tu veux.

-Hein ?

-C'est un ordre.

-Comment ça ? Tu oserais mettre ta propre fille en prison ?

La seule réponse qu'elle reçoit n'est autre qu'un simple haussement d'épaule de la part de son père. Un garde l'emmena dans les sous-sols du palais et jeta sans une once de pitié le frêle corps de la jeune fille. Il ferma ensuite à clé la cellule. La lumière ne rentrais pas dans cette partie du palais. La princesse était donc dans le noir entrain de se morfondre sur la situation actuelle. Elle commençait maintenant à mesurer l'ampleur du pouvoir qu'exerce son père. Sa cellule était complètement vide. Le sol dur lui faisait mal au dos lorsqu'elle s'allongeait. Plus le temps lui paraissait long, moins elle arrivait à savoir l'heure exact qu'il était. Elle désirait sortir de cette prison, quitter le palais et fuir le royaume. Autant de choses qu'elle ne pouvait pas faire car incapable de penser correctement. Afin de déstabiliser la princesse, les soldats ne donnaient pas le repas aux mêmes horaires. Ils avaient même reçu l'ordre dans donner tantôt un par jour, tantôt trois par jour, voir aucun par moment.

Deux semaines plus tard, une réunion avait lieu au sein du palais. Des responsables de haut rang ont été invités par le roi en personne. Ils vont principalement discuter de l'économie du royaume et du comportement inapproprié de la princesse. C'est alors, durant la réception du buffet, qu'un soldat doit descendre dans les sous-sols pour récupérer la fille du roi et la remonter pour qu'elle participe à la réunion. Avec une torche allumée, il explora la prison jusqu'à stopper sa marche devant la bonne cellule. Il ouvrit la porte légèrement angoissé.

-Princesse ! Le roi vous demande de bien vouloir monter en haut et de participer à la réunion du jour. Je serais vous, je me dépêcherais avant de m'attirer les foudres du roi. Ne jouez pas les idiotes princesse ! Ne m'obligez pas à sévir !

Très énervé, le jeune homme en armure fit quelques pas dans la cellule. Il remarqua le corps de la princesse en boule presque inerte. Inquiet, il s'accroupit près de la jeune adolescente. Après une dizaine de secondes d'hésitations, le soldat tapota l'épaule fragile de la fille. Soudain, le corps s'envola en poussière. Le front en sueur, le soldat s'empressa de remonter les marches. Essoufflé, il tomba au sol dans la salle de réunion.

-Votre majesté ! C'est horrible !

-Je t'écoute soldat !

-Votre fille…. Elle…. Elle n'est plus dans la cellule !

-Je vois…. Comment ça ?

-Elle n'est plus dans l'enceinte du palais !

-Bon sang ! Envoyez des soldats aux quatre coins du territoire. Nous devons la retrouver à tout prix.

-compris votre majesté !

Les invités se demandaient les raisons possibles qui aurait poussé la princesse à fuir le palais alors que tout le monde savait que le roi l'avait gardé dans la prison royale. La rumeur de la disparition de la princesse se répandait aussi vite que les soldats qui fouillaient chaque village. Bientôt, presque la totalité du royaume paniquait à l'idée de perdre la fille du roi. Personne ne savait où elle se trouvait. L'agitation prenait l'ensemble du territoire. Une crise venait à peine de débuter.

Dans une forêt, une personne courait sans s'arrêter. Elle ne regardait pas derrière elle. Des bruits d'armures et des voix retentissaient parmi les arbres. Au bout d'un moment, la forêt laisse place à une plaine verdoyante. Une lumière intense éclate alors en son centre. La jeune fille épuisée redoubla d'effort pour atteindre ce dernier espoir. Une arme vola jusqu'à sa position…. Du sang coula légèrement de son visage. Elle ne devait pas flancher maintenant. Voilà pourquoi elle sauta à l'intérieur de la lumière en fermant ses yeux.


Qu'en avez-vous pensé ?

À dans deux semaines pour le chapitre 2.