Bonjour, bonsoir

Voilà le douzième chapitre de mon histoire intitulée Perfect Ordure.

Bonne lecture.


Chapitre 12 : le garçon sans amis

Plantée devant la porte l'adolescente se balançait de droite à gauche en jouant avec quelques mèches de cheveux. Elle attendait visiblement que quelque chose se passe. Parfoiss elle tendait la main vers la poignée pour ensuite stopper son geste. Elle recommença ce petit rituel sur les trente minutes qui suivirent son arrivée devant la porte. Lorsqu'elle allait renoncer l'encadrement laissa place à un garçon.

-Drôle d'occupation ! Tu pouvais toquer...

-J'avais peur de te déranger.

-Pourtant tu meurs d'envie de me demander un truc !

-Euh, oui. Je n'ai pas très bien compris pour tout à l'heure. On reçoit de la visite, c'est ça ?

-Franchement Naomi. Deux filles vont venir pour manger avec nous ce soir. Je te l'ai déjà expliqué.

-Il y aura la brune de l'autre soir ?

-Bien sûr que non. Là c'est des filles avec qui tu pourrais t'entendre à merveille.

-Et... Je peux rester moi-même ?

-Inutile de stresser ! Profites de la soirée pour penser à autre chose. C'est l'occasion pour te faire des amies.

-D'accord. Préviens-moi dès qu'elle sont là !

Un peu soulagée l'adolescente retourna dans sa chambre légèrement en désordre. Ici et là trônait un tas de feuille et de vêtement. Le lit, comparé au reste de la pièce, était l'endroit le plus rangé. En s'asseyant dessus la jeune fille pencha la tête vers le plafond comme si elle voulait s'envoler. Elle ferma ses yeux pour se calmer intérieurement. Les paroles du garçon se rembobinaient en boucle. Sans trop savoir comment elle s'assoupit quelques instants plus apaisée que ces derniers jours. Lorsqu'elle ouvre à nouveau les yeux une silhouette apparaît. C'est là qu'elle voit le garçon qui lui décoiffe les cheveux en montrant de son bras libre la porte ouverte. Elle se ressaisie un peu en approuvant le geste de son cousin puis le suivit jusqu'en bas. Elle s'étonna honnêtement d'avoir dormis un peu trop longtemps que prévu. Autour de la table du salon elle remarqua la présence de deux filles. Immédiatement elle se souvenue qu'ils recevaient des invités à la maison. Son regard jonglait entre la jolie blonde et la belle rousse. Le garçon disparu à ce moment-là dans la cuisine laissant pour l'occasion les filles entre elles.

-Salut ! Je m'appelle Mika et la rousse à mes côtés c'est Frea.

-Euh, enchantée... Naomi... Je suis la cousine de...

-On le sait. Détends-toi un peu et installes-toi avec nous.

-D'accord. Euh, il ne m'a pas trop expliqué pourquoi il vous avez...

-Rahito nous a aidé grâce à son club. Pour une certaine raison nous voulions son aide pour une petite requête personnelle.

-Ah oui, je crois t'avoir vu l'autre jour. Quelle est votre requête ?

-Nous voudrions des conseils en amour... Frea et moi sommes ensemble... Et, nous aimerions consolider notre amour.

-Des conseils en amour... Rahito ne pourra rien pour vous sur ce sujet !

Les trois filles rigolèrent aux éclats permettant ainsi de détendre l'atmosphère. Naomi s'habitua à la présence de la blonde et de la rousse pendant que son cousin préparait le repas. Elle écoutait attentivement ce qui lui racontait Mika puis donnait son avis. Une entente amicale s'était installée entre les filles. Lorsque Rahito revint avec les plats tout le monde se mit à manger dans une ambiance festive. Seul le garçon restait en retrait par rapport aux invitées. Il regardait le plafond d'un air contemplatif sans trop se soucier des choses autour de lui. Ce fut lui en premier qui quitta la table sous l'œil interrogateur de sa cousine. Celle-ci soupira brièvement pour ensuite sourire aux filles avec qui elle discutait.

-Bien, par quoi voulez-vous commencer ? Je veux bien vous donner des conseils... Mais je dois au moins savoir les fondamentaux.

-Comme je l'ai dis consolider notre relation.

-Hum, c'est une piste. Tout d'abord n'hésitez pas à vous raconter tout et aussi à garder de temps en temps vos distances pour avoir un peu de temps seule.

-Comment ça ? (demanda la rousse).

-Si vous traînez trop ensemble il se peut que dès fois vous vous étouffiez sans le savoir. Donc, si vous faîtes des trucs seule, genre pendant trente minutes, et que vous retrouvez juste après vous aurez du plaisir à être ensemble. Après tout dépend du lien qui vous uni. Vous pouvez très bien rester ensemble des heures sans vous en lasser. Il faut juste trouver le bon équilibre.

-Je vois... Pour remettre dans le contexte... Avant que ton cousin nous aide j'avais dès responsabilités au sein de ma classe et je ne pouvais pas prendre du temps pour voir Mika. Nous étions toutes les deux mal à cause de cette situation. Grâce à Rahito j'ai quitté mes responsabilités.

-C'est une bonne progression. Vous vous sentez mieux depuis ?

-Oui totalement.

-Étant donné que vous disposez de beaucoup de temps libre pourquoi ne pas envisager des sorties ? Parc, aquarium...

-C'est une idée que nous avons imaginé. Un voyage nous ferait le plus grand bien. Au fait Naomi, y-a-t-il une personne que tu aimes ? (interrogea la blonde).

-Euh... Hum, oui... C'est un peu compliqué pour moi...

-Pourquoi ? Tu ne t'appliques pas tes propres conseils ?

-Si, si ! Disons que l'être aimé n'est pas très réceptif à mon charme... Enfin, je n'en sais rien honnêtement. Il garde ses distances pour ne pas que je m'approche trop près de lui. Malgré tout cela je continue d'être franche avec lui et quand j'en ai besoin je reste seule. Cependant vu que j'ai quelques difficultés à le cerner ma relation avec lui reste au statut quo.

-Ah bon ? Tu n'essayes pas de le forcer ? (dirent en même temps les deux invitées).

-Ça ne servirait à rien. J'aurais l'impression de le voler à quelqu'un d'autre. Je ne veux pas le perdre mais je préfère qu'il soit heureux. Si je ne fais pas partie de son bonheur alors je ferais tout pour le soutenir à distance. Mon cas est un peu particulier.

-Et ça te convient cette situation ?

-C'est mieux ainsi. En étant près de lui je suis préservée... Sur ce coup je ne peux pas trop en dévoiler. Désolée les filles...

-Ne t'inquiète pas Naomi. Si besoin nous sommes à l'écoute.

La conversation des filles retourna sur des sujets banales. Naomi avait même fait la promesse de revoir les filles autre part et de devenir amie avec elles. La suite de la soirée se déroula plutôt bien. Rahito avait débarrassé la table lors de son retour en bas. Il trouva ainsi la rousse qui rigolait à une blaque de sa copine alors que sa cousine se retenait de rire. Après un long moment de rigolade les deux invitées se préparèrent à partir. Elles saluèrent le garçon et Naomi laissant ces derniers seuls. Rahito commença à monter les marches au même moment où sa cousine eut un léger vertige. Il avança vers elle puis l'aida à aller jusqu'à l'étage. Il la guida jusque dans sa chambre en la laissant dans le lit. Avant de quitter la pièce il tapota la tête de la fille.

- « L'être aimé » ?!

-Tu m'as dis que je pouvais être moi-même.

-Je le sais. Très belle histoire.

-Ne te moques pas de moi !

-En aucun cas...

-C'est pour ton bonheur... Pour que tu sois heureux !

-Ne fais pas comme eux ! Ne décides pas à la place des autres ! Tu ne sais pas ce qui pourrait me rendre heureux ! Je ne recherche pas le bonheur... Je vis tout simplement.

-Tu es si fort Rahito ! Je t'envie !

- « Fort » ? Au contraire, je suis loin de l'être. Mais après tout tu me vois à travers ta vision des choses. Une fille entravée par des chaînes invisibles qui espère trouver le bonheur chez la seule personne qui l'accepte telle qu'elle est. Vu sous cette angle je suis ton sauveur...

-Idiot ! Tu fais tout pour m'éloigner de toi ! Je ne suis pas stupide...

-Si c'était vraiment le cas penses-tu réellement que tu serais encore « libre » ?

La voix du garçon était ferme voir presque sévère mais on pouvait y remarquer une pointe de crainte. Il quitta la chambre en fermant la porte derrière lui pour ne pas que la fille continue la conversation. Celle-ci était troublée par certaines paroles. Elle eut du mal à s'endormir cette nuit. Le lendemain matin Rahito était partit de bonne heure pour se rendre au club. Il rencontra sur le chemin le garçon avait qui il avait brièvement discuté l'autre jour. Il le salua sans lui adresser la parole. Comme s'il savait où se dirigeait Rahito le garçon entreprit de le suivre. Ils marchèrent ainsi à eux vers l'académie dans un silence de mort. Ils passèrent la grille, montèrent des escaliers pour enfin ouvrir la porte du club. Meze, la brune et le président étaient déjà présents.

-Salut les abrutis ! Je vous amène une âme égarée !

-Ah ! Un nouveau cas ? (demanda Iigami).

-Je m'appelle Osamu Matsuda ! Je suis transféré depuis peu. Je souhaiterais m'amuser et me faire des amis pendant ce festival ! J'ai entendu parler des compétition sportives...

-J'avais l'intention de faire participer mon club à ces dernières. J'accepte ton cas. Joints-toi à nous !

-Merci !

Suite à certaines rumeurs le garçon qui avait fait du mal à la jeune Aame Toozuki évitait de se retrouver près d'un membre du Perfect Ordure. Il avait peur qu'à son tour il subisse un contre-coup certain. Dès qu'il marchait dans un couloir il jetait un coup d'œil rapide dans tous les sens. Au bout de deux ou trois jours il fut rassuré que rien ne lui arriva. C'est ainsi, pensant être en sécurité, il participa à la première compétition sportive du festival. Celle-ci consistait à mettre des petit boulet dans un panier situé à quelques mètres. Pour cela il fallait être en équipe de deux, un porteur et un lanceur. Le porteur avait la lourde de tâche comme le stipule son titre de porter le lanceur. Le second équipier devait bien évidemment jeter le boulet dans le panier tout en restant en équilibre sur les épaules du porteur. Jouant un peu de son petit réseau le garçon obligea l'un de ses amies très baraqué à le porter. Très vite il enchaîna les bons lancés profitant de la grande taille et de la force de son ami. Tout fonctionnait bien pour lui jusqu'au moment fatidique où...

Une brune portée par un garçon aux allures de délinquant passa devant lui tout en l'ignorant. Tout de suite il reconnu l'inscription sur leurs maillots. Son regard suivait le mouvement qu'ils faisaient. Une peur intense s'insuffla à l'intérieur de lui. Il voulait fuir à tout prix ce groupe. Selon les rumeurs il pouvait en mourir. La brune lança un boulet dans un panier, puis un autre avant de retourner en chercher d'autres. Le garçon enclencha un mouvement brusque. Son ami très baraqué tenta de le maintenir mais malheureusement ils trébuchèrent ensemble. Le garçon se cogna la tête au sol alors qu'au loin la brune recevait un boulet de la main d'un type étrange et trop souriant. Sans dire quoi ce soit le garçon laissa son ami par terre puis s'en alla de la zone. Il était hors de question que l'un des membres de ce foutu club s'approche trop de lui. C'est ce qui l'espérait sincèrement.

Alors qu'il donnait un boulet à la brune le jeune homme se retourna avec un sourire honnête. Derrière lui Rahito était assit sur une chaise en train d'analyser la zone. Une fois que Meze repartit avec la fille le jeune homme s'avança vers une seconde chaise.

-C'est trop amusant cette compétition !

-Sans doute ! Je ne vois pas trop ce qu'il y a d'amusant là-dessus !

-Dis pas ça ! Moi j'aime bien cette ambiance.

-Au fait ! Tu n'as pas dis lorsque l'abruti a accepté ta requête que tu voulais te faire des amis ?

-T'es le genre de type à retenir tout ce qu'on dit ?

-Dans ce cas... Pourquoi tu ne viens parler qu'à moi ? Les autres membres du club peuvent tout aussi bien tenir une conversation.

-T'ignores même ma remarque ! Trop marrant ! Je ne peux pas trop parler à la brune et au costaud car ils participent à la compétition. Quant à la blonde et la rousse j'ai l'impression qu'il faut les laisser un peu tranquille. Le président m'a l'air moins abordable que toi.

-Remarquer tous ces détails en si peu de jours... Bravo !

-C'est parce que je n'ai pas d'amis que j'analyse le comportement des gens. Comment pourrais-je les aborder si je n'arrive pas à déterminer...

-Bof ! Un peu de solitude ça ne fait pas de mal.

-Peut-être ! Tiens, j'ai vu un gars partir en courant lorsqu'il a aperçut la brune.

-Fais pas attention à ce type. Il y a quelques jours, au début du festival, il a frappé une fille qui avait demandé notre aide pour lui déclarer sa flamme. Bilan, il a peur de nous à cause de rumeur.

Assez perplexe le jeune homme haussa un sourcil. Il retourna son attention sur la zone où la compétition sportives se déroulait. Le garçon baraqué s'était relevé en pestant contre son ami. La brune jetait les boulets dans le panier et empêchait une autre équipe de faire de même.

-Des rumeurs ?

-Bah, rien de bien méchant. On lui fait juste croire à des futures représailles.

-Vous espérez ainsi qu'il se ridiculise tout seul ?

-Ce n'est pas ce qu'il vient de faire tout à l'heure ?

-Si, j'ai bien vu la scène. Il avait trop peur...

-Avec un peu de chance sa passera. Ce n'est que des rumeurs. S'il était tombé contre une mauvaise bande je crois qu'ils l'auraient tabasser à mort.

-Ouais, bof !

Le Perfect Ordure manqua de peu de gagner la première compétition sportive. Ce club se rattrapa avec la suivante. Quelques jours après le terrain d'athlétisme avait été sécurisé pour organiser une course. Seulement Mika et Osamu participèrent à cette compétition. L'objectif de la course consistait à effectuer plusieurs tour du terrain et d'arriver le premier. Une petite foule s'était amassée tout autour pour regarder la course. Lorsque le coup de sifflet annonça le départ une multitude d'applaudissement s'éleva. Les participants s'acharnaient pour rester en première place. Les moins performants s'essoufflèrent au bout du cinquième tour. Parmi tous les participants il y avait ce garçon qui quelques jours auparavant avait fuit la première compétition. Il se trouvait dans les premiers en tête de liste. Assez confiant il se disait mentalement que rien ne pouvait lui arrivait et que s'il continuait à courir comme ça il serait victorieux. Il déchanta rapidement en apercevant comme l'autre jour la silhouette d'une personne qui ne voulait pas rencontrer. Prit de panique il accéléra la cadence. À ce moment-là il manqua de peu de percuter une jeune fille. Il allait s'excuser mais se ravisa en voyant que c'était une blonde. On lui avait dit qu'une blonde et une rousse avaient rejoints leur rang. Encore plus terrifié il détalla comme un dingue sans regarder devant lui. Il trébucha à nouveau et dans son élan il agrippa le maillot dans participant en face de lui. S'en suivit une chute en chaîne avec plusieurs personnes tombées par terre. Ceux qui ont évité la chute continuèrent de ocurir pour terminer cette compétition. Au vingtième tour Osamu fut le premier à franchir la ligne d'arrivée. Mika quant à elle a obtenu la quatrième place.

Le trophée de la course trônait désormais sur la table dans la salle du club. Osamu s'extasiait encore de sa victoire. Jamais il aurait cru un jour gagner une telle compétition. Dès lors où l'euphorie quitta son corps et qu'il remarqua qu'il était seul avec le président il se tourna vers ce dernier avec une mine songeuse. Iigami tenait dans sa main un papier blanc et rouge. Il le chiffonna puis le remit dans sa poche.

-C'est quoi ?

-Oh, rien de spécial ! Bravo pour la course.

-Ce n'est rien. J'ai vu le gars tomber... C'est le même qui a fuit lors de la première ?

-Tout à fait. Le plan fonctionne à merveille. Je crois même que le cas de Aame sera bientôt conclue. D'ailleurs celui de Meze est une réussite.

-Moi je suis le cinquième cas, c'est ça ? Vous choisissez comment les gens ?

-Ça dépend. Soit c'est un membre du club qui ramène quelqu'un ou c'est justement la personne qui vient de son plein gré. Outre notre aide que l'on t'apporte durant ce festival je profite de l'occasion pour faire la promotion de mon club.

-De cette manière tu auras beaucoup plus de cas ! C'est pas mal comme idée.

-Oui. Tu t'amuses bien avec nous Osamu ?

-Énormément. Je ne me suis jamais sentis aussi bien. J'aime bien l'ambiance de ton club.

-Justement... Que dirais-tu d'en devenir un membre officiel une fois que ton cas sera terminé ?

-Vraiment ? Je peux ? Trop génial ! J'accepte volontiers.

-Tu comptes participer à la prochaine compétition ?

-Hum, je sais pas. Je vais peut-être rester avec ceux qui regarderont pour discuter un peu avec eux. Je souhaite en effet m'amuser mais je veux aussi me faire des amis.

-Euh, excusez-moi !

Une jeune fille apparaît dans l'encadrement de la porte. Elle a de longs cheveux noirs avec de légers reflets violets. Sur sa jupe et sa veste étaient disposés des stickers en forme de micro ou de guitare. Les onglets de ses mains avaient du vernis rouge et noir. Dans son dos elle portait ce qui ressemblait probablement à un instrument. Lorsqu'elle obtiens l'attention des deux garçon elle s'inclina tête en avant pour les saluer. À la vue de cette fille Osamu se mit à rougir instantanément.


Qu'en avez-vous pensé ?

À dans deux semaines pour le chapitre 13.