Bonjour, bonsoir

Voilà le vingt-et-unième chapitre de mon histoire intitulée Perfect Ordure.

Bonne lecture.

Chapitre 21 : d'une journée à l'autre

Une jeune fille toussotait dans une chambre extrêmement blanche. Elle avait de longs cheveux blond attachés en queue de cheval. Ses yeux, d'un joli noir profond, transparaissaient sa douleur et sa tristesse. Son teint livide montrait visiblement qu'elle était malade. Le visage tourné vers la fenêtre elle fixait le ciel ensoleillé et sans nuage. Cette fille sursauta lorsque le bruit d'une porte parvint jusqu'à ses oreilles. Elle se redressa tant bien que mal de son lit mais ne réussit qu'à bouger uniquement le haut de son corps. En voyant un homme s'approcher d'elle un large sourire illumina son visage.

-Grand frère ! Tu ne devais pas venir demain normalement ?

-Si, si... J'avais trop envie de te voir ! Et aussi, je voulais te présenter quelqu'un...

-Laisse-moi deviner ! La fille dont tu me parles toujours quand tu viens ?

-Euh, oui, c'est bien elle.

-Tu sais... J'estime que tu n'as pas besoin de me montrer ta future copine. Je suis ta petite sœur après tout, tu n'as pas besoin de mon approbation.

-Je le sais bien. Je veux partager ça avec toi ! Faire en sorte que ton quotidien soit le meilleur possible. Au fond, je ne peux être heureux si je ne partage rien avec toi. J'aimerais t'emmener n'importe où et n'importe quand. Tant que ce n'est pas possible je te ferais parvenir l'extérieur jusqu'à toi.

-Te voir me suffit amplement.

Le sourire radieux de la fille ne s'effaça pas alors qu'elle toussait encore. Elle continuait de fixer son frère comme si elle voulait le rassurer. Assez chaleureusement il se rapprocha d'elle pour la prendre dans ses bras. Il la lâcha pendant un temps et quitta la chambre. Quelques minutes plus tard il revint avec une brune à ses côtés.

-Atsui je te présente ma copine Yuari. Yuari voici ma petite sœur ! Je vais vous laisser faire un peu connaissance.

-Ravie de te rencontrer. Il me parle beaucoup de toi. Du coup, lorsqu'il m'a proposé de venir te voir j'ai tout de suite accepté.

-Comment est mon frère dehors ? Je pense qu'il te l'a dit mais je ne peux plus sortir de l'hôpital depuis un certain temps. Je reçois uniquement ses visites.

-Parfois il semble triste, enfin je crois. Une chose est sûre. Dès qu'il me parle de toi son sourire s'agrandit.

-C'est tout lui ça ! Je suis rassurée. Euh, dis-moi...

-Qu'est-ce qu'il y a ?

-Pourrais-tu faire un truc pour moi ?

-Oui.

-J'aimerais veiller sur mon frère autant qu'il le fait avec moi ces derniers temps. Cependant je ne suis pas en capacité de sortir avant un long moment. Accepterais-tu de veiller sur lui pour moi ? Genre, faire en sorte qu'il ne lui arrive rien de mal. Est-ce possible ?

La brune pencha la tête sur un côté avant de cligner des yeux. Elle semblait réfléchir durant quelques secondes. La jeune fille dans le lit resta silencieuse. Seul le bruit des couloirs parvenait jusque dans la chambre.

-Près de moi il ne risque rien. Au club on reste toujours ensemble.

-Tu acceptes vraiment ?

-Oui. Si tu le veux aussi je reviendrais te voir.

-Avec plaisir !

Le costaud revint dans la chambre et le petit groupe continua de converser durant un temps indéterminé. Un rapprochement notable était visible entre la jeune malade et la brune. Les deux étudiants restèrent à l'hôpital jusque tard la journée. Sur le chemin du retour Yuari interpella son copain.

-Est-ce qu'elle est au courant des derniers événements ?

-L'histoire du fou ? Si je ne l'avais pas mise au courant elle l'aurait su par quelqu'un d'autre.

-Tu n'as pas peur qu'elle s'inquiète pour toi ?

-Tout le temps ! Mais je préfère qu'elle sache dans quel environnement je vis pour ne pas qu'elle soit surprise.

-Et du coup, sait-elle qu'il y a un type dangereux dans notre club ?

-Je t'avouerais que je ne lui ai rien dit concernant Rahito. Pour le moment je ne sais pas trop comment définir ses actes.

-Si Iigami lui donne trop de pouvoir il mènera le club à sa perte.

-Peut-être... Il a fait en sorte que le moins de monde...

-Je ne veux pas entendre les mêmes arguments du président au sujet des derniers événements.

-Dans ce cas à voir ce qu'il fera pour les prochains cas. J'ai entendu dire qu'il s'occupait d'une fille avec sa cousine.

-Il n'a consultait personne pour faire d'elle le neuvième cas ! C'est intolérable !

-De ce que j'ai compris elle semble instable. Peut-être qu'il compte la surveiller. Je crois que c'est la fille qui se trouvait avec lui avant la dernière explosion.

-Si c'est vrai je ne ferais pas confiance à cette fille. Je l'ai déjà vu quelque part. Elle est une Shinki et par conséquent une membre de l'assemblée.

-Tu fais bien partie de leur groupe et tu n'es pourtant pas dangereuse.

-Car je n'accepte pas leurs idées ! Tant qu'on ne peut pas être sûre que cette fille n'est pas manipulée par l'assemblée je considérerais que l'autre abruti et elle sont dangereux !

-De toute façon tu le détestes quoiqu'il fasse. Bon, je t'invite au restuarant ce soir. Tu veux bien ?

-Une soirée tranquille chez toi c'est mieux ?! Regarder un film par example.

-D'accord.

Quelque part ailleurs dans la ville. Un groupe de trois personne marchait le long d'un parc. Le seul garçon était en arrière et regardait les lieux avoisinants. À sa droite se tenait la fille aux cheveux blanc tandis que devant courait celle à la chevelure noire. Tout était calme autour d'eux. Assez timidement l'adolescente aux côtés du garçon lui tira la manche de sa veste.

-Tu... Tu n'es vraiment pas obligé d'en faire autant pour moi...

-Ah bon ? Je te propose mon aide donc c'est bon ! Au fond, si tu as trop peur on peut tout arrêter. Cependant, saches que je suis là quoiqu'il arrive. J'accepterais ton choix final comme promis.

-Je me demande parfois à quoi tu penses. C'est très difficile d'imaginer les choses qui traversent ton esprits.

-Dans tous les cas je t'ai tendu la main. À toi de voir ce que tu vas en faire.

-En regardant ta cousine je crois que je fais le bon choix...

-Alors profites de ta journée avec nous !

L'adolescente à la chevelure noire balançait ses bras de droite à gauche pour faire signe aux deux autres personnes du groupe. Elle se trouvait devant une énorme entrée du parc. De la verdure partout et quelques fontaines étaient ici et là. Des chemins de plus en plus nombreux apparaissaient et disparaissaient. Ce petit groupe continuait d'avancer jusqu'à un certain endroit. Le garçon s'approcha d'une table et d'un banc puis déposa un sac au-dessus. Il indiqua aux filles de venir s'y installer. Rapidement ils se mirent à manger tout en contemplant les lieux. Les deux adolescentes s'étaient installées l'une à côté de l'autre. Un lien commençait petit à petit àse créer entre elles. En retrait, le garçon fixait le ciel légèrement nuageux. Il était tellement concentré qu'il n'entendit même pas la conversation des filles.

-Il y a d'autres endroits que t'aimerais visiter ? On peut t'emmener partout !

-Euh, je dois encore y réfléchir. C'est gentil de ta part de t'impliquer.

-Oh, tu sais... Nous sommes identiques sur certains points. Tu m'as toi même dis que tu étais une Shinki, non ?

-Je n'ai jamais aimé être l'une des leurs ! Dans le meilleur des cas ils me considèrent comme Rahito.

-Maintenant tu es loin d'eux ! Tu verras on respire mieux sans les avoir dans les jambes.

-Vous êtes vraiment particulier tous les deux. Aider une inconnue comme ça sans rien attendre en retour. Comment faîtes-vous ?

-Hum, je ne peux répondre que pour moi-même. Je dirais que c'est une philosophie de vie qu'il m' apprise depuis que je vis avec lui. J'ai toujours eu peur qu'il me rejette mais il m'a toujours tendu une main. J'essaye donc d'en faire autant et de reproduire la même chose autour de moi.

-Ah, je vois ! Il est spécial...

Les deux filles échangèrent un regard complice tout en observant Rahito. Ce dernier était encore en train de fixer le ciel. Elles rigolèrent lorsqu'il bougea son corps de côté et que son regard croisa le leur. Le reste de la journée se déroula plutôt bien pour ce petit groupe. Après la balade dans le parc ils rentrèrent tard le soir.

Deux jours plus tard un jeune homme faisait les cents pas aux pieds d'un escalier. Une hésitation intense le submergeait de toute part. Il tenait dans ses mains un bout de papier froissé. Finalement, comme si réfléchir allait le faire explosé, le jeune homme entreprit de monter les marches une par une. Une boule au ventre grandissait au fur et à mesure. Très stressé il s'arrêta devant une porte avec l'inscription sur son papier. Du bruit provenait de l'intérieur. Prenant son courage à deux mains le jeune homme toqua e entra dans la salle. En face de lui, autour d'une table ronde, se trouvait un groupe de personne jouant probablement aux cartes. Il reconnu immédiatement la rousse. Alors qu'il s'apprêtait à avancer un garçon se leva de sa chaise pour l'accueillir.

-Bonjour ! Que pouvons-nous faire pour toi ?

-L'une des votre m'a dit qu'on trouverait peut-être une solution à mon problème ici ! (dit-il en montrant le prospectus dans ses mains).

-Ah ! Je me souviens de toi ! (s'exclama la rousse).

-Je suis le président de ce club. Je t'invite donc à t'asseoir avec nous pour discuter de ta requête !

-Euh, d'accord. Tous les membres sont là ?

-Non, il y en a en mission et d'autre en repos. Voici assit à ta gauche Osamu et la blonde en face de toi c'est Mika.

-Ravi de tous vous rencontrer. Par quoi commencer... Veuillez m'excuser si je ne trouve pas mes mots. J'ai tendance à avoir pleins de truc en tête.

-T'inquiète pas tu as tout ton temps. (rassura la blonde).

-Je... Dans ma classe... Une personne que j'aime... Comment dire ! J'ai besoin de votre aide pour me déclarer à lui.

Le jeune homme regarda autour de lui. Il s'attendait à des remarques quelconques mais seul le dénommé Osamu était indifférent. Les deux filles souriaient tout en hochant la tête. Quant en président il se gratta le menton comme pour réfléchir un peu. Un léger silence perturba le garçon qui attendait patiemment une réponse. Il fut soulagé lorsque quelqu'un ouvrit enfin la parole.

-Est-ce que tu peux revenir dès demain dans cette salle ? Et les jours suivants ?

-Oui pourquoi ?

-J'ai envie de t'aider personnellement. Je crois que Frea et Mika ont l'intention de le faire aussi. Je souhaiterais donc que tu reviennes tous les jours jusqu'à la résolution de ton soucis pour discuter d'un plan. Tu pourras rencontrer les autres membres et ont saura qui voudra bien t'aider.

-Vraiment ? Vous acceptez vraiment de ?

-J'offre toujours mon soutien pour les gens dans le besoin. Voilà ce qu'est le Perfect Ordure ! On peut donc commencer dès maintenant si tu le veux bien !

-Encore merci !

-Bon ! Moi je vais vous laisser ! J'ai un truc à faire ! (intervint Osamu après avoir quitté sa chaise).

-Aucun soucis ! Préviens les autres qu'on a un nouveau cas !

-Bien reçu président !

Lors d'une soirée Yume avait insisté pour rester seul avec le garçon qui l'héberge. Ce dernier, n'étant pas contre, proposa une balade nocturne. C'est ainsi que tous les deux l'un à côté de l'autre qu'ils marchèrent de longues minutes en ville. Parfois Yume commentait ce qu'elle voyait. Le ciel étoilé, de grands arbres ou encore les lumières des bâtiments. Elle semblait de plus en plus joyeuse avec ce garçon unique. Grâce à lui elle souriait à nouveau. Après une longue marche ils finissent par s'asseoir sur un banc non loin d'une petite supérette.

-Ça ne te dérange pas si on en refait de temps en temps ? J'aime bien me balader la nuit sans réel but.

-Aucun problème pour moi. Je le faisais déjà avant. Puis, je peux comprendre que tu veuilles passer un peu de temps avec moi uniquement.

-J'adore ta cousine c'est vrai... Mais ce n'est pas avec elle que je trouverais ce que je recherche. En plus c'est toi qui comptes m'aider.

-Pour le moment comment te sens-tu ? Ça fait déjà quelques jours que tu vis chez nous.

-Euh, libre... Sereine je dirais aussi. Enfin, tout ça grâce à toi.

-On continue ainsi ?

-Tant que tu me le permets je resterais près de toi ! Tu m'as montré que tu ne mentais pas.

-Je peux mentir mais j'en vois pas l'intérêt. Je préfère être sincère quitte à tout perdre. Tu vois le résultat ?

-Hum... Tu nous as nous ? Ta cousine et moi ?

-Voilà !

-Et, euh... Ta blessure ?

-Pour le moment ça va !

Dans cette ambiance paisible l'adolescente glissa l'une de ses mains pour tenir celle de gauche du garçon. Elle tourna légèrement son visage vers le ciel pour cacher ses joues rouges. À sa grande surprise il accepta ce geste et resserra ses doigts sur la main. Ils restèrent ainsi durant plusieurs minutes. Au bout d'un certain temps il fut contraint de la lâcher et d'aller à la supérette pour chercher une boisson et de quoi grignoter un peu. Seule, Yume contempla les étoiles. Une sensation de chaleur se propagea dans son corps. Elle ressentait des choses qu'elle n'aurait jamais cru possible chez elle. Regardant sa main longuement elle ne remarqua pas la silhouette de deux individus qui s'approchent du banc. Elle fut donc surprise de voir quelqu'un qui tente de la faire tomber en lui agrippant le bras. Une douleur intense l'a fit crier. Le bruit d'un sachet tombant au sol attire son attention. C'est à ce moment-là qu'elle aperçoit Rahito maîtrise facilement les deux personnes. Avant que ces dernières réagissent il lui prend la main et récupère le sac pour partir en courant. Ils continuent un bon moment avant de s'arrêter quelque part.

-Je suis désolée...

-Pourquoi tu t'excuses ?

-C'est de ma faute !

-Non. Je suis le seul fautif. Ou alors nous deux ! Enfin, peu importe. Rentrons !

-D'accord... Rahito ! Je ne veux pas rester seule ce soir...

-Comme si j'allais te laisser !

De retour à la maison Yume monta directement dans la chambre de son hôte. Celui-ci l'accompagna le sachet en main qu'il déposa sur la commode près du lit. L'adolescente s'assit sur le lit la mine plus triste que tout à l'heure. Elle accepta la bouteille qu'il lui tendait et le regarda s'agenouiller face à elle. Afin de vérifier s'il était vraiment présent elle tendit le bras gauche pour lui caresser les cheveux. Elle continua son geste comme rassurée...

-Ils ne t'ont pas fais trop mal ?

-Un peu au bras...

-Tu m'autorise ?

-Hum... C'est gênant ! Mais je te fais confiance !

-Avec moi tout ira bien ! (dit-il tout en massant le bras plein de taillade de la jeune fille).

-Je... Ça ne te dérange pas que je reste dans ta chambre...

-À force de me côtoyer tu comprendras qu'il est inutile de me dire ce genre de chose. Si je fais un truc c'est que au fond j'ai jugé qu'il était nécessaire !

-Je vois... Je n'ai pas encore l'habitude.

-Dis ! Que penses-tu de rejoindre le Perfect Ordure ? Tu seras toujours près de moi et de ma cousine !

-Est-ce vraiment une bonne idée ?

-Selon moi oui. En voyant ce qu'on fabrique dans ce club tu auras une plus grande idée de l'aide que je peux t'apporter. Et tu pourras prendre ta décision finale le moment venu !

-Toujours à penser à moi et mon désir ! Si je fais le premier pas arriveras-tu à changer ma vie ?

-Ce changement ne s'opérera pas en si peu de jours. Il faut voir ça sur du long terme ! Constater si tu veux vivre d'une journée à l'autre. C'est pourquoi je t'accompagnerais quoiqu'il arrive, quoique tu décides.

-T'es un gars spécial...

Poussée par une envie l'adolescente s'agenouilla face au garçon et l'embrassa. En cette soirée peu ordinaire elle était sûre d'une chose... Tant qu'elle n'aura pas prit une décision définitive elle pourra vivre des jours fabuleux à ses côtés. Voilà ce à quoi elle pensait en l'embrassant. Elle se sentait pour la première fois de sa vie très heureuse.

Qu'en avez-vous pensé ?

À dans deux semaines pour le chapitre 22.