Bonjour, bonsoir

Voilà le dixième chapitre de mon histoire intitulé Erosfantasmatique.

Bonne lecture.


Chapitre 10: voilà ce qu'il fallait faire

Une chaleur intense se propagera dans l'air. Il n'y avait presque personne à cause de la température élevée. Et pourtant deux silhouettes traînaient sur le toit. Elles étaient en position assise en face à face. Il y avait une petite planche en bois avec un plateau posé dessus. Une grande bougie qui ressemble à une petite pièce en bois de la nombreuse affaire du plateau.

-Si tu ne fais pas attention je gagnerais.

-Ce n'est pas juste! C'est la sixième partie que je risque de perdre. Quel est ton secret?

-Concentres-toi bien sur les choses les plus importantes. Ne pense plus aux futilités ... Mais l'essentiel pour arriver à ton. Si tu restes dans la noire complète sans vivre tu ne verras pas ce qui importe le plus.

-Euh, tu ... C'est ce que tu ... Pour tenir le coup?

-Je ne suis pas un très bon exemple. This is it it is it it is it it to do it it to do it it to be it ...

-Tu es fort Keitaro!

-Au contraire, je suis faible. Tu ne sais pas comment j'ai souffert ces deux dernières années. Je n'avais plus aucun repère ... La personne que j'aimais le plus avait disparu du jour au lendemain ... Au final, sans elle j'avais l'impression de ne plus vivre. Une sensation de vide s'était emparée de moi.

-Comment as-tu remonté la pente?

-Grâce au soutien de quelques filles qui s'inquiétaient pour moi. Elles souffraient de moi.

-Des filles? Celles qui traînent tout le temps autour de toi?

-Aujourd'hui je m'efforce de venir en aide à ces personnes. C'est pourquoi je pense que tu devrais trouver quelqu'un avec qui tu pourras tout partager et avancer sans penser à tes idées sombres toute la journée. Tu as le droit à quelques minutes de repos Roki.

-Vraiment? Est-ce possible tout ça? Suis-je capable de m'ouvrir à quelqu'un?

-En ce moment qu'est-ce que tu fais en moi parlant?

-Je vois, c'est si simple quand tu m'expliques ton point de vu!

-Dans tout les cas ce n'est pas ce que tu deviendras un grand stratège dans ce jeu.

-Quoi? J'ai à nouveau perdu?!

Le jeune garçon s'affala sur le dos. Des oiseaux voltaient sur son champ de vision alors qu'il se camarade en face de lui s'embrasser dans une bouteille d'eau. Le plateau était désormais vide avec toutes les pièces. Une légère bourrasque de vent indique la température de la zone.

-Du coup ... Par où commencer?

-Je te laisse l'opportunité de choisir.

-Ça ne m'aide pas! Dois-je aller vers un garçon ou une fille? Vers qui je peux m'ouvrir?

-Tout dépend de toi. Après ne pas s'ouvrir à quelqu'un et tout lui dévoiler. Il faut bien différencier ces deux aspects.

-Pourquoi les différencier?

-Il est possible de s'ouvrir aux autres sans forcément approfondir la relation qu'on entretient avec eux. Si vous dévoiliez une personne seule, une grosse partie de votre vie, votre vraie personnalité ou que vous saviez encore ... Alors ça veut dire que vous désireras beaucoup plus avec elle.

-Est-ce mal de se dévoiler?

-Le mal et le bien n'existent pas. C'est juste nous qui sommes compliqués. Honnêtement ça n'a pas d'importance. Vis ta vie comme tu le souhaite.

La porte du toit claqua subitement. La silhouette d'une fille fit son apparition. Ses couettes ondulaient autours de son visage. Sa respiration rapide montrait qu'elle était très essoufflée. Elle a ses mains jointes au niveau de sa poitrine avant de fermer les yeux. Keitaro inclina la tête sur le côté dans la direction de son amie. Il allait se lever quand elle était ouverte.

-Je te cherchais!

-Il se passe encore un jour? Chiama? Yumi?

-Oui, non et non. Cette fois-ci ça concerne la plus belle de ...

-Une blonde? Quel est le déroulement de la situation?

-Hein? Comment t'as su que je parle d'Ina?

-Simple déduction ... Si ce n'est pas Chiami, ni Yumi et toi alors c'est forcément la blonde, la déléguée ou le coeur de ma voisine. Je pense qu'Oshina m'aurait prévenu en premier ministre si j'étais concerné. Akane peut se débrouiller toute seule avec son caractère de vente. Il ne reste plus qu'une seule possibilité.

-Bref! Un groupe de garçon

-Rien de plus normal. Où se trouve-t-elle? Je vais y aller moi-même pendant que vous êtes ici.

-Elle est proche de l'escalier principal.

Cinq ou six ... Elle était bloquée entre eux sans pouvoir s'échapper. Elle avait mal à compter leur nombre réel. Elle savait ce qu'il en était entre trois. Bizarrement le couloir restait vide de monde. Appuyée contre le mur, la jeune fille tente de retenir sa respiration afin de ne pas paraître paniquée. Quelques instants, elle a remarqué un petit détail sur l'uniforme des garçons. Elle voyait un objet rond accroché à leur poitrine. Une inscription attira ses yeux. «Vive notre Déesse INA».

-Vous êtes ...

-Des membres de ton fan club! Nous t'aimons tous Déesse!

-Euh, vous vous trompez! Je ne suis pas une ...

-Reprenez-vous Déesse! Ce vaurien ne mérite pas de vous côtoyer! Il ne doit pas respirer le même air que vous! C'est intolérable qu'il se soit tenu à votre côté alors que nous sommes là pour le combler tout vos désirs.

-Alors ça vient de là les rumeurs qui circulent sur moi? Je suis un démon pour les filles qui idolâtrent la plus belle fille ... Ne me faîtes pas rire. Pourquoi je craindre alors que je ne suis rien!

Tous se sont retournés à l'instant où une voix grave Le moment d'après la blonde s'échappe de l'emprise des garçons. Elle se faufile entre eux pour se glisser derrière Keitaro. La tension s'en va quand l'un des garçons décide de partir sans broncher. Une fois seule avec son sauveur la jeune fille soupire bruyamment.

-Que voulaient-ils?

-Euh ... M'écarter de toi je pense.

-Ah, je vois. Je m'attendais bien que ... Enfin bref, si ça ne m'arrive jamais de me prévenir immédiatement.

-D'accord. Qu'allons-nous faire?

-Rien pour le moment. As-tu envie de rentrer maintenant?

-Je ne veux pas être seule.

-Hum, demain je peux rester avec toi toute la journée. Une balade ça te tente?

Du bruit provenait du bar. Certains chantaient alors que d'autres discutaient à voix haute. Dans cette ambiance, une femme s'affale sur un petit meuble en bois en pleurant. Elle cache son visage avec sa chevelure châtain. Autour of it y avait une douzaine de bouteille d'alcool vide. Le verre dans sa main ne comportait presque plus aucun liquide. Au bout d'un certain temps, le soir tombé, elle quittait le bar en chancelant. Sur le trottoir elle trébucha à cause de ses chaussures à talon et percuta une personne. L'esprit embrouillé elle tenta de se lever mais chutait à nouveau.

-Vous allez bien madame?

-O ... Oui.

-Je peux vous laisser?

-Euh ... je ...

-Mame?

Progressivement ses yeux se fermèrent. Elle perdit connaissance à cause du trop plein d'alcool dans son chanté. Tout devint noir autour d'elle. Elle sentit tout de même que quelque chose a choisi bougeait. Lorsqu'elle revient à elle un trépied. Elle se trouve dans une chambre qu'elle ne connaissait pas du tout. Soudainement elle constata la présence d'une personne qui n'est pas inconnue.

-Keita ... Commentaire?

-Je constate que vous allez mieux. Vous avez perdu connaissance près du bar où je vous ai trouvé.

-Où suis-je?

-Chez moi. Mes amies ne sont pas là alors ne craignez rien. Une personne enseignée se reposer dans la maison de ses élèves.

-Hein? Je suis...

-Tenez! De l'eau! Je pense que ça vous fera du bien.

-Euh ... Merci.

-Bon je vais aller dans une autre pièce ...

-Attends!

Elle buvait une gorgée dans son verre. Son regard fixé était intensément le garçon qu'elle voulait protéger. Ce garçon, qui était déjà l'un de ses élèves, l'intriguait énormément. Elle se sentait étrangement calme malgré cette situation plutôt bizarre. Elle se retrouvait un jour dans la maison d'un lycéen. Ses muscles se détendaient et sa respiration était plus lente. Inconsciemment elle retira sa chemise, son pantalon et ses collants gris-noirs. Elle était désormais assises en sous-vêtements face au garçon encore debout au seuil de la porte. Elle est à venir près d'elle avec un signe de tête. Elle avait un soutien-gorge noir combiné avec une culotte de même couleur avec une jolie dentelle. Ses joues sont devenues réalité quand le garçon agenouilla devant elle en mettant les mains sur ses cuisses. Sa peau était pâle car elle n'aimait pas trop sortir dehors. Elle sursauta légèrement en ressentant la droite du garçon qui s'est dégagée de son soutien-gorge. La seconde après elle a été surprise. D'ordinaire elle n'était pas trop forte en valeur ses seins parce qu'elle était trop belle en réalité ce que son corps ne s'est jamais plairait jamais aux hommes. Elle enfouie son visage dans le coude de Keitaro pour cacher son embarras. This last massait minutieusement chaque fois que la peau est entourée de la poitrine en passant par les tétons, le cou, le ventre ... Sans doute pour les effets de la peau, le jeune femme avait toutes ses sensations. Elle ne réagit pas alors quand le garçon descend totalement la culotte jusqu'à ses pieds. En un instant, elle ne voulait qu'une seule fois, elle s'abandonne entièrement au plaisir que ce garçon puisse lui procurer. Elle se laissa donc tomber dans l'arrière avec les grandes jambes ouvertes. Elle découvrit pour la première fois à ce moment-là les biens faits de l'amour. Keitaro léchait tant que la peau des cuisses, tant que l'intimité de l'intimité offerte à lui.

Son corps réagi aux coups de langues sur ses lèvres. Elle se demandait si elle ne rêvait pas. Ayant une base d'imagination et une désireuse de connaître les choses liées à son corps et à l'amour ... Elle ne peut s'empêcher de fantasmer sur tout et n'importe quoi de l'instant qu'elle est seule avec un homme. L'alcool n'a pas connu son rêve ou ce qu'il est passé dans cette pièce. Ainsi, lorsque son regard est devenu beaucoup plus long. Comme s'il avait compris son souhait le plus profond il écarta encore plus les jambes pour ensuite venir en elle. Tout d'abord, les lèvres se sont très étroites. The Young Woman Sentit ses parois Se Contracter sur le membre du Lycéen. Elle ne pouvait plus se retenir. Du sang coulé petit à petit de ses lèvres alors que les coups continuaient à pleuvoir en douceur. Une chaleur intense se propage en elle. Elle brûlait d'entrée, elle en voulait plus. Mais tout s'arrêta durant quelques minutes. Elle se demandait alors que ce rêve avait prit fin. Seulement, comme pour le rassurant, la présence du garçon était toujours là. Elle se décala un peu plus dans la liste pour ensuite s'ouvrir sur le côté droit. Tout ce qui suit après sa jambe gauche a été maintenue dans l'air et elle a été améliorée. Tout son corps s'enflama. Dans son cou elle ressentait des légers baisers, au niveau de sa poitrine délicate lui caresser tendrement ses deux seins et ses lèvres plus qu'humide recevait une énorme quantité de plaisir. Tout s'accéléra autour d'elle. La seule a choisi de ne pas se rappeler avant de s'endormir c'est la chaleur inconnue d'un liquide à l'intérieur de son intimité.

Un léger bruit résonna dans sa tête. Elle savait dès qu'une migraine avait pointé son nez. Encore une fois, ou comme toujours, elle s'était mise à boire pour oublier son célibat dans son bar favori. Elle commence à avoir l'habitude de ce petit rituel qu'elle a installé depuis la première fois qu'elle a touché une boisson alcoolisée. La solitude plongée dans une spirale infernale. Elle ouvrit doucement les yeux avant de découvrir un mur qu'elle ne connaissait pas. Lentement, elle comprit qu'elle ne s'est pas passée chez elle dans son petit appartement avec uniquement une chambre et la cuisine. Elle allait se retourner lorsqu'une a choisi agrippa son sein gauche. Elle était surprise par l'arrivée soudaine d'une autre chose que la sienne. Dans son dos sentit la chaleur d'un autre corps. Progressivement elle a mis ses idées en place pour comprendre comment elle est arrivée là. Elle se retourna finalement redoutant la réalité.

-Keita ... Keitaro?

-Bonjour madame!

-Comment? Je ... Nous, nous ...

-Oui, nous avons fait.

-Euh, vraiment?

-C'est même vous qui ...

-Moi et un élève? Comment j'ai pu faire ça ...

-Vous allez bien Madame?

-Rumia! Appelles-moi Rumia. Je n'ai jamais aimé que tu ... Je m'égare un peu. Sinon, que penses-tu de moi?

-C'est une question bizarre! Hum, en tant qu'enseignant je suis toujours trouvé chiante. Mais en tant que femme vous êtes très attirant.

-Vraiment?

-Oui, je le pense vraiment. D'ailleurs, je crois que je vais suivre votre conseil.

-Lequel?

-Celui de créer un club pour aller de l'avant. Donc, tu veux bien dire que je voudrais que tu m'aide.


Qu'as-tu pensé?

À dans deux semaines pour le chapitre 11.