Je n'écris pas sur moi

Sur tout ce qui va

Je n'écris pas sur toi

Sur ce qui n'est pas

Celui qui pleure, celui qui rit

Celui qui va, celui qui part

Celui qui aime, celui qui crie

Celui qui t'aime mais qui le nie

C'est moi, sans toi

C'est moi, sans foi

Paris en pleine tempête

Les mains, les cœurs perdent la tête.

Je suis pris dans cette nuit

Ce fantasme entropique

Ce désir ludique

d'une attente lubrique

d'un arçon cynique

Je souffre d'un fantasme flaccide

D'un désir mal consommé

D'un charnel inusité

D'un amour inanimé

Mais bon, voilà

On n'écrit pas des chansons d'amour

Quand on en crève

Ne le prends pas sur toi

C'est pas toi, c'est moi

Ne le prends pas pour toi

J'ai perdu ma voix.

Celle qui enrage, celle qui rejette

Celui qui jouit, celle qui dénie

Celui qui rit, seul dans ton lit

C'est qui, c'est toi

C'est moi, c'est quoi

Lille en pleine déprime

Les pieds, les reins soudain s'emmêlent

Je suis pris dans cette nuit

Ce fantasme entropique

Ce désir ludique

d'une attente lubrique

d'un arçon cynique

Je souffre d'un fantasme flaccide

D'un désir mal consommé

D'un charnel inusité

D'un amour inanimé

Mais bon, voilà

On n'écrit pas des chansons d'amour

Quand on en crève

Les sanglots longs s'octroient

La part du lion sot

Blotti dans ses draps sales

La place du roi

Celui qui part, celui qui fuit

Celui qui jouit, celui qui risque

Celui qui rêve, celui qui crève

Celui qui sombre, perdu en mer

C'est moi, c'est moi

C'est moi, c'est moi

Rêve en plein délire

Les larmes, les cœurs enfin se meurent

Je suis pris dans cette nuit

Ce fantasme entropique

Ce désir ludique

d'une attente lubrique

d'un arçon cynique

Je souffre d'un fantasme flaccide

D'un désir mal consommé

D'un charnel inusité

D'un amour inanimé

Mais bon, voilà

On n'écrit pas des chansons d'amour

Quand on en crève

Mais ce fantasme alors, c'est quoi ?

Si je suis là, ici, en toi

Où est mon cœur si froid, si droit ?

Mais ce fantôme alors, c'est moi ?

Trop cartésien

Je suis l'arlésien

Et je répète ces mots

À tous, sauf à toi

À moi, rien qu'à moi

Je suis pris dans cette nuit

Ce fantasme entropique

Ce désir ludique

d'une attente lubrique

d'un arçon cynique

Je souffre d'un fantasme flaccide

D'un désir mal consommé

D'un charnel inusité

D'un amour inanimé

Mais bon, voilà

On n'écrit pas des chansons d'amour

Quand on en crève

s/3340623/1/