Ce texte a été inspiré par le thème « étreinte » de la cent quinzième nuit du FoF, forum francophone du site fanfiction, ainsi que par un site de défis d'écriture quotidiens, qui proposait de rédiger un sonnet.


On grandit dans la peur, on grandit dans la joie,
Quand la main d'un père nous protège ou menace,
Les bras d'une mère que non rien ne remplace
Pour faire fuir les cauchemars et les effrois.

Puis on serre la main d'un ami, d'une amie,
Celle d'un inconnu, d'un futur ennemi.
Ce sont l'accolade de la belle victoire
Ou les coups qui plongent au pire désespoir.

Il y a la tendresse aux mains d'un amoureux
Ou les claques et maux d'un conjoint malheureux :
On aime ou l'on souffre au milieu des étreintes.

Moi je promets des mains dénuées de toute crainte :
Je te donne ma main pour garder tes soucis,
Pour chasser tes ennuis, pour veiller sur tes nuits.