RESUME : Il était une fois, un royaume lointain et inaccessible, bordé de hautes montagnes et de cascades somptueuses. Un royaume féerique aux arbres majestueux et aux palais de cristal. Un royaume qui semblait radieux, harmonieux et tranquille… Sauf que les apparences peuvent être des leurres et qu'une forêt aussi majestueuse soit-elle, peut cacher de sombres secrets [Faites un voeux 2020].

Cette fic a été écrite pour Syrène T dans le cadre du défi "Faites un vœux 2020" du groupe "Papotage, Ecriture, Lecture et Bonne Humeur". Pour bien débuter cette année, elle avait envie de lire une fic avec "Un conte court ou long, de noël ou non, traditionnel ou fantastique, classique ou moderne, triste ou joyeux, à vous de voir, pourvu que le côté conte soit bien présent.."

Alors voilà, j'avais eu une série d'idée sur un remodelage de certains contes bien connus. Cette idée là était dans mes tiroirs depuis quelques années et la voilà enfin écrite. J'espère qu'elle correspondra à ce que tu pouvais attendre !

En espérant que cela te plaise et vous plaise !

Bonne lecture


LA MAISON DANS LES BOIS

Il était une fois, un royaume lointain et inaccessible, bordé de hautes montagnes et de cascades somptueuses. Un royaume féerique aux arbres majestueux et aux palais de cristal. Un royaume qui semblait radieux, harmonieux et tranquille… Sauf que les apparences peuvent être des leurres et qu'une forêt aussi majestueuse soit-elle, peut cacher de sombres secrets.

Son pied se prit dans une racine, la faisant trébucher, mais elle serra les dents et se rattrapa de justesse, évitant la chute. Un grognement accompagna son geste maladroit et elle prit le temps de s'arrêter. Il était temps de faire une pause. La jeune femme fit glisser le corps qu'elle soutenait sur le sol et l'assit contre une pierre avant de lui sourire.

- Hey ! Gauthier !

Le jeune homme qu'elle aidait émit une longue plainte de douleur. Il était épuisé ; mais tenta de lui sourire. Comme elle, il devait avoir la vingtaine bien passée et partageait avec elle d'autres points communs dont sa chevelure brune ainsi que la couleur émeraude de ses yeux lorsque ce dernier trouva la force de les ouvrir. Leurs regards se croisèrent et la jeune femme fut touchée par la douleur qu'elle vit dans son attitude. Sa main pressa son épaule.

- Tu restes avec moi Gauthier.

Le jeune homme frémit. Ses mains s'étaient plaquées sur son abdomen… Des mains tâchées de sang qui tremblaient doucement. Il gémit plaintivement en guise de réponse avant de s'écrouler sur le côté, mais la jeune femme ne le laissa pas faire.

- Non ! J'ai dit « tu restes avec moi » !

- Hélèna, murmura faiblement le blessé.

La jeune femme sourit.

- Oui… Allez, il faut tenir petit frère.

- Hey… Gémit doucement le jeune homme en essayant de lui sourire. Je te rappelle que c'est moi l'aîné.

- Non, je suis née la première.

- Ce qui veut dire que j'étais là avant !

Héléna sourit. Les deux jumeaux aimaient bien se chamailler sur leur ordre et la place d'aîné. Alors, le voir essayer de continuer à le faire, alors qu'il faiblissait,la touchait. Cependant, Hélèna n'était pas dupe, elle avait bien compris que son état se dégradait lentement. Alors, elle reprit un air plus sombre et écarta doucement ses mains.

- Montre-moi.

Hélèna écarta la chemise de son frère et observa la plaie laissée par la flèche qui l'avait touché au ventre. Elle suintait toujours et il avait vraiment besoin de soins,malheureusement la jeune femme savait qu'ils n'étaient pas encore en sécurité. La forêt abritait bon nombre de créatures magiques et il leur fallait un toit avant la nuit. Pour le moment, elle devait le garder conscient et continuer à avancer… Elle devait aussi le distraire de sa douleur, alors, elle se força à lui sourire.

- Tu en fais des histoires pour une égratignure ! Lança-t-elle en pressant sa blessure pour arrêter son hémorragie.

Le jeune homme se cabra sous l'effet de la douleur avant de suffisamment se maîtriser pour la gratifier d'un léger sourire.

- On échange nos places quand tu veux, sœurette !

- Pourquoi pas, je suis beaucoup moins douillette que toi !

Gauthier rit doucement, se déclenchant une quinte de toux dont il se serait bien passé dans son état. Il frémit et s'écroula en arrière dans un râle sous le regard inquiet de sa sœur. Toutes traces de sourire avaient disparu de son visage. Sa main libre glissa sur sa joue.

- Je t'en prie. Reste avec moi.

- Je suis épuisé, lui avoua son frère. Laisse-moi là. Je te ralentis, ils vont nous rattraper.

- Hors de question. Nous serons tous les deux jusqu'à la fin, quelque soit la fin.

- Je t'aime petite sœur…

- Je t'aime grand frère, répondit la jeune femme les larmes aux yeux.

- Laisse-moi…

- Non, lève-toi ! S'exclama cette dernière en passant ses bras sous ses épaules pour l'aider à se relever. La nuit n'est pas encore là, notre destin n'est pas scellé !

Le jeune homme gémit mais se redressa sur ses pieds et Héléna reprit la route. Ils devaient mettre le plus de distance possible entre eux et leurs poursuivants.

OooO

La nuit tomberait dans moins de deux heures et Hélèna marchait toujours dans la forêt en soutenant au mieux son frère, mais cela lui était de plus en plus difficile parce qu'il s'était totalement écroulé contre elle, perdant connaissance malgré toutes les suppliques qu'elle lui avait adressé. En connaissant la dangerosité d'une marche nocturne, nombreux auraient été ceux qui l'auraient abandonné pour sauver sa vie, bien conscient qu'il agonisait et qu'il n'y avait déjà presque plus rien à faire, mais Héléna n'avait que faire de sa survie si elle devait le perdre… Les jumeaux étaient inséparables depuis leur naissance et aucun des deux ne pouvait abandonner l'autre dans cette situation. Des larmes brouillaient sa vue, trahissant son désespoir, mais elle continuait d'avancer, peut-être qu'elle atteindrait les Fontaines des Fées avant qu'il ne soit trop tard.

Soudain, sur sa gauche, elle aperçut un étrange de chemin pavé de dalles multicolores et de pierres gravées. Étonnée, elle pesa le pour et le contre pendant quelques instants, se disant que c'était peut-être le leurre d'un esprit frappeur, mais son frère était en train de mourir et le sentier semblait magique, alors, elle le prit, mais ne tarda pas à s'immobiliser.

En effet, au bout de quelques mètres, elle déboucha dans une clairière magnifique, parsemée de fleurs et de plantes aromatiques et se figea. La jeune femme n'aurait jamais imaginé trouver un lieu aussi enchanteur dans cette forêt en-dehors de la Fontaine des Fées, mais elle était encore à trois lieues d'ici minimum. Si ce n'était pas les fées, qui avait bien pu aménager la clairière de cette façon ? Un peu sur le qui-vive, elle fit quelques pas de plus et son regard fut attiré par une petite maison installée sous la frondaison des arbres. C'était une chaumière de pierres blanches entourée de parterres de fleurs. De la fumée s'échappait de la cheminée. Il y avait donc quelqu'un.

Hélèna tenta de réfléchir vite. Cette personne pouvait peut-être les aider, mais d'un autre côté, elle trouvait cette maison presque trop belle pour être réelle. Il fallait apprendre à se méfier des mirages. La jeune femme fit quelques pas de plus et son frère gémit doucement. Ses yeux se posèrent sur lui puis sur la chaumière et elle sut qu'elle ne pouvait pas partir sans frapper à cette porte, même si cela représentait un risque. Elle avait besoin d'aide. Pas pour elle, mais Gauthier avait besoin de soins et de repos. Il était tellement faible. Alors, elle remonta le chemin de pierre et prit quelques secondes avant de taper à la porte de la maisonnette.

Des pas se firent entendre et la porte s'ouvrit livrant le passage à une belle femme blonde d'âge mûre qui les regarda avec un air étrange.

- Je suis désolée, bredouilla Hélèna toujours en se demandant si elle avait fait le bon choix. Mon frère est blessé et j'ai besoin d'aide.

La femme les dévisagea puis, elle hocha la tête.

- Entrez !

Elle passa une main sous l'autre bras de Gauthier et aida sa sœur à le guider jusqu'au lit sur lequel elles l'allongèrent. Ce ne fut qu'à ce moment qu'Hélèna nota la pâleur de la peau et des lèvres de son frère. Son cœur se serra et elle lui prit la main tout en se mettant à pleurer.

- Mon Dieu, je t'en supplie, ne me laisse pas…

La femme l'observa pleurer du coin de l'œil tout en prenant différents pots sur ses étagères puis, elle se rapprocha de la jeune femme.

- Mets de l'eau à bouillir dans la marmite.

La jeune femme redressa les yeux en direction de son hôte qui lui sourit et elle hocha la tête avant de se lever. Pendant ce temps, la femme en profita pour défaire la chemise de Gauthier, grimaçant un peu en découvrant la poitrine en sang du jeune homme, mais au moins, il était encore en vie.

- Qu'avez-vous affronté pour qu'il ait perdu autant de sang ?

- Oh, il existe des créatures bien étranges au cœur des bois, lui répliqua la jeune fille, restant volontairement vague.

- Je suis bien d'accord avec toi, répondit la femme en observant les bords de la blessure.

Quelques minutes plus tard, Hélèna revint vers le lit en portant une vasque remplie d'eau chaude. La femme la remercia d'un signe de tête, trempa un linge puis se mit à nettoyer doucement la poitrine et la plaie de Gauthier.

- C'est une flèche qui a fait ça ? Demanda la femme maintenant qu'elle avait une meilleure vision de la blessure.

- Oui, répondit Héléna.

- Tu n'aurais pas dû la retirer toute de suite, il a perdu beaucoup de sang à cause de ça.

- Il va mourir ?

- Heureusement pour vous deux, je connais bien la médecine.

A ces mots, la jeune femme frémit se demandant bien chez qui elle venait de mettre les pieds. Il n'y avait pas beaucoup de personnes qui pouvaient se prévaloir d'une bonne connaissance de la médecine, toutefois, elle n'en fit pas la remarque. Son frère avait besoin de soins.

En silence, la femme continua de soigner la blessure, arrêtant le sang et appliquant plusieurs onguents avant de faire un solide bandage autour de la poitrine du blessé. Puis, elle se redressa et tira la couverture sur ses épaules.

- Maintenant il faut attendre, dit-elle en ne le quittant pas des yeux.

Puis, elle se tourna vers Hélèna et lui demanda toujours en lui souriant.

- Tu veux manger quelque chose ?

L'instinct de la jeune femme l'aurait poussé à répondre par la négative, mais elle avait réellement faim alors, elle décida d'écouter son corps et répondit.

- Oui, s'il vous plaît.

La femme lui sourit de nouveau.

- Mais bien sûr…

OooO

Hélèna frémit et entrouvrit les yeux en grimaçant. La jeune femme avait l'impression de planer dans les nuages et ce n'était pas vraiment une sensation agréable. Les sons lui paraissaient lointains et les formes dansaient devant ses yeux. Quelque chose n'allait pas, mais elle ne savait pas vraiment quoi. Dans le flou le plus total, elle tenta de rassembler ses idées pour comprendre ce qui s'était passé. Il devait bien exister une raison à son état. Peu à peu des choses lui revinrent en mémoire. Elle se rappela de l'affrontement, de la blessure de Gauthier, de leur traque et de la clairière enchantée. Elle se souvint de leur hôte, de ses soins pour son frère et du repas qu'elle lui avait servi… Le repas… Plus rien ne lui revenait après le repas.

Hélèna cligna des yeux une nouvelle fois et sa vision devint plus nette. Elle était allongée sur le sol au pied de la table, dans la chaumière de cette étrange femme blonde… Quelque chose n'allait vraiment pas et elle devait comprendre. La jeune femme se tourna donc doucement en tentant de limiter les bruits et une voix lui parvint, une voix qui semblait réciter une sorte de chant ou de prière… C'était une voix gutturale et sombre… Ses poils se hérissèrent. C'était une voix cruelle et dangereuse.

Hélèna parvint à tourner la tête et découvrit leur hôte debout devant le lit sur lequel reposait Gauthier. La tête penchée en avant, sa belle chevelure blonde la drapait comme des rayons de soleil et la voix… La voix était la sienne… Hélèna frémit. C'était incompréhensible ! Elle ne lui avait pas parlé avec cette voix-là. La jeune femme frémit et ses yeux balayèrent la pièce. Ils tombèrent sur un miroir, accroché au mur, et se figèrent. Le lit et leur hôte se reflétaient dans un angle du miroir, une hôte qui ne ressemblait en rien à ce qu'elle avait sous les yeux.

Dans le miroir, elle était brune, voûtée, avec une peau verdâtre et ridée. Le cœur de la jeune femme fit un bond dans sa poitrine. Une sorcière ! Elle était dans la maison d'une sorcière. Elle tenta de se lever, mais ses muscles ne lui obéirent pas et la jeune femme comprit avec angoisse qu'elle l'avait surement droguée au moment du repas. Héléna frémit… Ce n'était pas une bonne nouvelle parce que la situation devenait périlleuse !

En effet, la sorcière se mit à réciter plus fort sa litanie et sortit un poignard des pans de son manteau, un poignard qu'elle brandit au-dessus de Gauthier, prête à le transpercer. Le cœur d'Héléna accéléra… C'était donc ça… Elle leur avait ouvert sa porte pour en faire ses victimes dans d'occultes rituels. Elle savait bien qu'elle aurait dû se méfier de cette vision trop parfaite La jeune femme tenta une nouvelle fois de se redresser pour venir en aide à son frère, mais ses muscles ne lui répondirent toujours pas.

En face d'elle, la sorcière finit son étrange incantation en poussant un cri et la jeune femme vit avec horreur sa lame sur le point de frapper à mort son frère. Terrifiée, elle trouva la force de se mettre à hurler.

- Non !

Son cri traversa la pièce et un éclair se forma. Il partit du corps de la jeune femme et frappa celui de son frère, illuminant toute la pièce. La sorcière recula de deux pas pendant qu'Héléna retrouva l'usage de ses membres.

D'un bond, la jeune femme fut sur pied et courut vers le lit pendant que la sorcière hurla.

- Non, ce n'est pas possible ! Des jumeaux ! Vous êtes des vrais jumeaux !

- Eh oui ! Et tu n'as encore rien vu ! S'exclama la jeune femme en empoignant l'épée de son frère.

La sorcière siffla de rage et prit son apparence démoniaque avant de foncer sur elle, mais Héléna n'était pas une novice, bien au contraire. C'était même ce genre de traque qui les avait menés là. Avec souplesse, elle évita facilement sa charge et leva une main. Un éclair en partit et repoussa la sorcière qui butta contre le mur avant de charger une nouvelle fois. Hélèna se mit sur ses appuis et tournoya sur la droite, décapitant l'immonde créature d'un geste brusque et précis.

La tête de la sorcière alla rouler jusqu'à l'âtre, à l'autre bout de la pièce, pendant que son corps s'effondra sur le sol. En une fraction de seconde, les deux se transformèrent en poussière noire laissant une trace brune sur le parquet. Hélèna sourit et se redressa au moment où une voix lui demandant doucement.

- J'ai manqué quelque chose ?

Son sourire se fit plus grand et la jeune femme se jeta sur le bord du lit, se penchant au-dessus de Gauthier et caressa doucement sa joue. Il avait retrouvé des couleurs, prouvant que son état s'était grandement amélioré. Apparemment, la sorcière avait besoin de victime en bonne santé. Alors, elle lui répondit avec un air narquois.

- Rien de bien passionnant… Juste une sorcière. Je te laisserai la prochaine c'est promis.

Gauthier sourit à son tour et lui répondit malicieusement.

- Et moi, je te laisse les trölls ?

Le frère et la sœur se mirent à rire ensemble. Leurs vies n'étaient pas ordinaires, mais au moins, ils étaient ensembles…