Rose des Sables, Rose des Vents

Débarrassé de son chèche, Hassan plongea un morceau de tissu dans la bassine d'eau qu'un serviteur venait d'apporter.

Le passant sur son visage, il observa son épouse.

Assise face à lui, silencieuse et immobile, illuminée par les rayons dorés du soleil, elle semblait être une vision, irréelle.

Mais ses yeux d'or étaient troublés, comme ils ne l'avaient jamais été.

Abandonnant sa toilette, il tendit la main dans sa direction.

Toujours sans rien dire, elle le rejoignit.

Il se pencha, collant leurs fronts.

Tous deux fermèrent les yeux, savourant le simple fait d'être ensembles, après neuf jours de séparation.

Ses lèvres effleurant celles de son épouse, il chuchota :

'Tu m'as manqué, femme.'

'La présence de ton fils n'était-elle donc pas suffisante ?'

'Tu connais la réponse à cette question.'

'Peut-être.'

Un demi-sourire étira les lèvres d'Hassan et il l'attira encore plus près.

Se haussant sur la pointe des pieds, elle enroula ses bras autour du cou de son époux, acceptant son baiser dans un sourire de soulagement.

Enfin, il était revenu.

Enfin, l'angoisse sourde qui enserrait son cœur pouvait disparaître…

Ooo*ooO

Quelques semaines plus tard, Mariamma Ben Khasar rejoignait son fiancé.

L'occasion pour les deux tribus de festoyer, dans la perspective de cette union et de cette alliance.

Mais si les membres de la tribu observèrent la nouvelle venue avec attention, les regards ne tardèrent pas à se poser sur le chef de la tribu et son épouse.

La jeune fiancée s'en étonna, sa future belle-sœur répondit d'un air amusé :

'Mes parents fêtent leurs 25 ans de mariage, dans quelques jours.'

'25 ans !?'

'Huhu.'

Mariamma admira alors ce couple si important.

Tout de noir vêtu, le chef portait fièrement une épée au côté, impassible.

Son épouse, quant à elle, avait la peau plus claire, les yeux scintillant.

De nombreuses rumeurs circulaient à propos d'Alinska.

On prétendait d'ailleurs qu'elle venait d'un pays lointain.

Mais pourquoi, et surtout comment était-elle arrivée dans le Sahara ?

Une ombre la recouvrait, elle leva la tête pour rencontrer les iris mordorés d'Alinska.

Celle-ci esquissa un petit sourire.

'Je te souhaite la bienvenue, Mariamma.'

'Merci beaucoup.'

'J'espère que tu te plairas, dans notre campement.'

La jeune fille acquiesça, quand son futur beau-père approcha.

Un signe de tête en direction de Mariamma et il se tournait vers Alinska.

Elle le questionna du regard, il soupira :

'Asmar insiste pour organiser la cérémonie.'

'Tu te rends compte que c'est complètement ridicule, n'est-ce pas ?'

'Pas pour lui, apparemment.'

Roulant des yeux, elle le suivit, évitant les troupeaux de chameaux ou de chèvres.

Ils disparurent alors de la vue de Mariamma qui se mit à la recherche de son promis.

Il devait certainement avoir les réponses concernant toutes les rumeurs supposées sur sa mère…


Bonus chapitre 5

$ Blonde quand sa cadette était brune, Judith Desproges avait toujours gardé espoir de retrouver Camille, laissée pourtant bien mal en point.

$ Confectionnée dans une étoffe noire, agrémentée de fils d'or, la robe mettait en valeur la chevelure brune et rehaussait le teint naturellement clair d'Alinska.

Parée de bijoux scintillant dans le soleil, les yeux rehaussés de khôl, elle avança lentement vers celui qui, depuis un quart de siècle, était son époux.

$ Elle fit le geste de quitter le lit, il la retint, l'adossant contre son torse.

Les lèvres au milieu de ses boucles carmines, il déclara avec ferveur :

« Je suis tombé amoureux de toi trois mois après ton arrivée. Tu apprenais le tamajaq avec Yara. »

$ Et dans la lumière dorée du soleil, ils s'embrassèrent, célébrant intimement 25 ans de vie commune, au gré du vent et du sable…

$ Impassible et imposant, il avait les yeux très sombres.

Des prunelles qui recelaient bon nombre de promesses…

$ La lune était montée dans le ciel, témoin silencieux de la fête, des rires et des chants.

L'odeur de viande rôtie s'élevait en volutes alléchantes comme les bambins coursaient les chiens.

$ Un petit sourire attendri et pleinement amoureux ourla les lèvres pleines d'Alinska qui passa ses mains sur les joues barbues de son époux.