Mon kebab est trop salé

J'ai trop pleuré

Mon cœur est en pièces

Mais il bat encore

Mon âme est un meuble Ikea

J'ai perdu la notice

J'ai été pris au rebond

Tout a changé

Je peux pas me réinitialiser

Au dernier point de restauration

Mais si ça a le goût d'une relation

Si ça sonne comme une relation

Si on se touche comme dans une relation

C'est pas du lard ni du cochon

Dans polyamour, il y amour

Moi, mes plans cul jouissent pas du fion

Et tremblent entre mes mains au petit matin

Mais tu sais

Quand tu réponds plus, je miaule comme un bébé lion

Je suis tous les clichés

Du mec qui s'est fait larguer

Je couche à droite à gauche

Pour essayer d'oublier

Tenter de recoller

J'aimerais bien m'envoler

Mais j'ai les ailes brisées

Vous pleuriez ? J'en suis for aise

Eh bien, maintenant chantez

Ces nouilles sautées, ces nouilles souillées

Je suis pas prêt d'en remanger

Pour ne pas vivre seul

Des garçons baisent des garçons

À la recherche d'une fausse intimité

D'une caresse qui nous fera l'oublier

Pourtant son visage est bien là

Mais pas son envergure

Mais pas sa belle cambrure

Les discussions au coin du pieu

Les arguments dans le blanc des yeux

Alors, on rentre et on sort

On jouit encore et encore

On se vide et on remplit

On se prend comme on se retourne

Mais le vide est toujours là

Dans le silence, j'entends sa voix

Mais tu sais

Quand tu vas chez lui, je rumine comme un lion en cage

Je suis tous les clichés

Du mec qui s'est fait larguer

Je couche à droite à gauche

Pour essayer d'oublier

Tenter de recoller

J'aimerais bien m'envoler

Mais j'ai les ailes brisées

Vous pleuriez ? J'en suis for aise

Eh bien, maintenant chantez

Je suis un soldat qu'on a désormais

Désarmé si seul

Désemparé si pleutre

À pieds dans les rues parisiennes

Je couche ce texto jamais envoyé

Pour essayer de transformer l'échoué

Je cours, je marche, je crie, je pleure

Mais à l'intérieur, au fond, je me leurre

Si proche et pourtant si loin

Je me sens si seul, cherchez l'erreur

Alors je me retourne de mon côté

Je fais face au mur, face à mes peurs

Je dénis, je colère, je marchande, je déprime

Avant qu'il ne soit Ménilmontant

J'avancerai un petit peu en m'acceptant

Je reculerai un petit peu en l'acceptant

Putain, comment je mens, dit-il en chialant

Pourtant, tu vois

Quand tu rentres, je me colle à toi comme un petit chat

Je suis tous les clichés

Du mec qui s'est fait larguer

Je couche à droite à gauche

Pour essayer d'oublier

Tenter de recoller

J'aimerais bien m'envoler

Mais j'ai les ailes brisées

Vous pleuriez ? J'en suis for aise

Eh bien, maintenant chantez

Je gratte à la porte au moindre bruit

Je bouffe ton jock

Je marque mon territoire

Mais quand la clé tourne et que c'est toi,

Je piaille, je miaule, je brame, j'aboie

Encore, toujours, il n'y a que toi

Je suis tous les clichés

Du mec qui s'est fait larguer

Je couche à droite à gauche

Pour essayer d'oublier

Tenter de recoller

J'aimerais bien m'envoler

Mais j'ai les ailes brisées

Vous pleuriez ? J'en suis for aise

Eh bien, maintenant chantez

Vous pleuriez ? J'en suis for aise

Eh bien, maintenant déchantez