La Princesse au Cœur Berceuse
© Rose P. Katell
Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l'article L.335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle.


Il était une fois une petite princesse qui avait tant de curiosité que sa manie de fuir sa cour sans cesse la mena chez un puissant sorcier. Celui-ci, outragé d'être découvert par la belle enfant, d'un tour de main et d'un sort cruel, la condamna à ne plus bénéficier autour d'elle de la moindre aide à l'endormissement.

Brave et peu intimidable, la princesse s'en retourna chez elle sans croire à l'improbable. Mais à l'heure de rejoindre Morphée, son esprit demeura obstinément éveillé. Elle remua et remua encore entre ses draps, but une tasse de chocolat, s'étira comme un chat. Hélas, rien ne changea. Les pouvoirs du sorcier étaient explicites et, par eux, elle se voyait maudite…

Après plusieurs semaines sans sombrer dans le sommeil, la princesse se résigna à demander conseil. Elle rédigea une royale proclamation puis la confia à son messager, afin qu'il annonce à travers la région qu'un remède était mandé. Aussitôt dit, aussitôt fait, bientôt une foule se pressa sur le pont-levis, où chacun criait posséder ce qu'elle souhaitait le plus dans sa vie.

La princesse reçut tout ce beau monde, les écoutant durant de nombreuses secondes. Médecins, professeurs, devins, chercheurs… Elle accueillit des représentants de toutes les professions sans qu'ils ne lui apportent la plus petite solution. Le mauvais sort s'était enraciné. Il empêchait quiconque de l'assister.

Condamnée à l'insomnie, la princesse plongea dans une lente agonie. Elle toujours si douce envers ses gens avisa dans sa nature de profonds bouleversements. À chaque instant l'irritation la guettait, et l'énervement très souvent la tenaillait. Elle se surprenait à hurler sur ses visiteurs, puis se morigénait avec vigueur – en aucune occasion elle n'avait usé de sa position et peu importait sa terrible situation, y recourir était hors de question !

La princesse, fatiguée et désespérée, céda à la tristesse et préféra s'enfermer. Par peur de devenir blessante, elle transforma peu à peu son palais en antre. Elle s'y terra dans le silence, résignée à ses malheurs, et vu les conséquences, délaissa ses intérêts sans pleurs. Les mois défilèrent puis les saisons, mais elle ne fit plus une seule apparition. Dans son royaume, on l'oublia ; à la solitude, elle s'abandonna…

Un jour pourtant vint un garçon élégant, qui ayant entendu parler de la princesse, voulait lui apporter de l'allégresse. De la malédiction qui l'affublait, il prétendait détenir le secret ; si elle acceptait de le recevoir, il jurait de partager son savoir. La princesse y agréa sans beaucoup d'espoir et l'invita dans son salon même, où son regard cerné de noir, elle priait pour que Morphée l'emmène.

D'une voix chaude et assurée, l'inconnu prit la parole : il affirma qu'il s'était renseigné et que le sorcier était un branquignol. Dans son sort existait selon lui une faille, qui à coup sûr lui assurait d'emporter la bataille. Son courroux l'avait mené à la précipitation, c'en était pour lui presque une déception. Qu'un si grand personnage soit capable d'une telle erreur, voilà qui le tenait définitivement en horreur !

La princesse n'eut pas à insister afin qu'il continue à se confier. Il déblatéra de plus en plus vite et argua ne pas avoir de mérite. La réponse était dans le mauvais sort, dans les mots qui lui avaient causé tant de tort. Si nulle aide extérieure n'était à attendre en raison de sa condamnation, celle qualifiée d'intérieure la guérirait sans condition. Pour cela il suffisait qu'elle s'allonge sans projet, puis fouille en son sein après un don lointain. Toutes les mères le possédaient, comme la sienne autrefois ; en elle il dormait, il lui fallait avoir la foi.

En la princesse une lueur s'anima qui sa folle hardiesse enfin ressuscita. À l'étranger, elle offrit le couvert puis, dans ses quartiers, alla vérifier qu'il était sincère. Elle était prête à lui remettre une montagne d'or s'il parvenait à la délivrer de son inconfort, mais s'effrayait de ce qu'elle lui infligerait si d'aventures il s'avérait qu'il lui mentait.

Dans ses couvertures la princesse se glissa, et la moindre assistance, elle refusa. Hypnotiseur, harpiste, conteur, soliste… Pas un ne fut autorisé à l'approcher, puisqu'à tous elle demanda de s'en aller. Elle ferma ses paupières, émit une courte prière. Elle s'enfonça ensuite en elle-même, bien décidée à dénicher le don suprême ; celui que sa mère aurait eu et dont elle n'avait jamais rien su.

La princesse d'abord patienta, ne perçut que la caresse de ses draps. En son être ne subsistait que des souvenirs, un peu flous et traîtres, qu'elle aurait désiré enfouir – revivre ses périples d'avant le drame ne manquait pas de lui meurtrir l'âme. Elle tint cependant bon et du chagrin se fit une raison : passer par là était peut-être une nécessité, elle n'était personne pour en juger.

Le temps s'éternisa dans la pièce couleur lilas. Il s'égrena autour d'elle avec une lenteur cruelle, lui rappelant avec ironie qu'elle était victime de l'insomnie. Mais alors qu'elle n'y croyait plus, le miracle échut : elle entendit un son cristallin, quasiment trois fois rien. En elle résonnait une petite musique, tendre et poétique.

La princesse se concentra dessus et sa mélodie l'émut ; elle reconnaissait ce que lui chantait la reine les jours où elle ressentait de la peine. Son pouvoir apaisant n'avait pas de limite… elle en demeurait confite. La berceuse sommeillait en elle toutes ces années ! Elle se détestait de l'avoir jusque-là négligée. Le don évoqué par son visiteur était aussi réel que fort, de l'amour il était né pour lui apporter du réconfort.

La princesse enfin sereine se laissa porter, d'une tendresse pleine, vers d'éphémères contrées. La torpeur désormais trouvée, le vil sorcier elle pouvait oublier. Elle dormit, dormit et dormit encore, insensible à la course de l'astre d'or, d'un repos si convoité que l'on n'osa la déranger.

Les jours filèrent sans qu'elle ne bouge, telle une poupée posée sur sa couche. Le chant dans son esprit perdurait. Se gorgeant de quiétude elle s'oubliait. Son corps peu à peu se modifia : la princesse se métamorphosa. Sa peau devint diaphane, semblable à une fine membrane ; le plus pur des bleus envahit ses deux yeux ; ses cheveux s'allégèrent et remuèrent dans l'air. Mais le plus étonnant dans tous ses changements demeura sans aucun doute son sein gauche où un écrin carmin se dessina en ébauche. La forme d'un cœur, il possédait et d'une calme pulsation, il battait.

Lorsqu'enfin la princesse émergea, l'envie de voyager la tenailla. Son instinct lui mit en tête d'effectuer le tour de la terre, à la recherche de sa nouvelle quête dont elle ne pouvait se soustraire. Son étrange écrin s'ouvrait, il dissimulait la mélodie de sa mère. Une part d'elle sentait et se convainquait que celle-ci devait profiter à d'autres hères.

Depuis ce jour, la Princesse au Cœur Berceuse veille… sur celles et ceux qui peinent à croiser le sommeil.