Vivre Avec,

Mourir Sans, à 7, 30 ou 75 ans

J'm'appelle Quentin et j'ai 7 ans, j'sais faire mes lacets comme un grand. Je joue aux billes à la récré, et ce soir à la maison j'mettrais ma dent sous l'oreiller pour qu'la p'tite souris puisse passer! J'ai des amis super chouettes qui me font des tas de dessins, et une maîtresse avec des couettes qui vient chez moi quand j'vais pas bien. Faut que j'vous dise, je suis malade mais ça n'empêche pas de vivre ma vie, j'reste un enfant de 7 ans, avec ses jouets et ses envies.

C'est moi l'aîné, j'ai un p'tit frère et même s'il m'embête assez souvent, c'est lui qui appelle mes parents quand j'm'retrouve le cul par terre. C'est pas que j'sais pas marcher hein, j'pouvais même courir avant, mais avec une jambe en fer, j'crapahute plus bien longtemps. Pourtant elle est vachement classe c'est moi qu'ai choisi la déco ! J'en ai pris une bleue foncé, avec des motifs de robots. Au début j'voulais pas, ça m'a fait vraiment très peur, mais mon papa était là et il surveillait l'docteur.

Mon papa il est trop cool et c'est vraiment le plus fort. Il a peur de personne et vous devriez voir ses châteaux forts ! Avec maman c'est moins facile elle doit avoir des soucis, c'est peut-être à cause de son boulot, mais j'l'entends pleurer depuis mon lit. Des fois elle est au téléphone, elle peut y rester des heures. C'est souvent le soir, très tard, ou quand on a rencontré l'docteur. Pourtant il crie jamais et avec moi il est gentil, il m'fait même des p'tits dessins pour m'expliquer ma maladie.

C'est vrai que depuis quelques temps, tout le monde est super sympa ! On m'donne pleins d'bonbons et d'cadeaux, et on m'laisse manger avec mes doigts ! J'ai eu la télé dans ma chambre, mon p'tit frère en était jaloux ! Mais comme j'suis un bon grand frère j'le laisse venir et ensemble on regarde Scoubidou !

Mais faut pas croire c'est pas si cool et j'suis claqué, j'en ai assez des chimio et j'veux plus m'faire opérer. Parfois tout va bien et j'reste trois semaines à la maison, mais à la fin c'est toujours pareil, c'est toujours la même chanson. Et quand on retourne à l'hôpital et que je peux même plus m'lever, alors mes grands-parents viennent et j'recommence à rigoler. Ils me racontent des histoires et me sauvent un peu la vie, ensemble on cultive l'espoir que j'puisse un jour sortir d'ici.

Pour l'instant j'vis avec, un jour à la fois simplement.

J'm'appelais Quentin, j'avais 7 ans, j'ai jamais fêté mes 10 ans.