RESUME : Lui, est un ancien militaire porté disparu douze ans plus tôt lors d'une mission visant à déstabiliser la junte au pouvoir en Birmanie. Trahi par le chef de son unité secrète, il s'en est sorti par miracle, mais s'est retrouvé condamner à ne plus s'approcher de sa famille pour les protéger des menaces de ses anciens employeurs.

Elle, est avocate au barreau de Washington. Crainte de ceux qu'elle assigne sans pitié, elle défend les femmes, les enfants et tous ceux qui ont des problèmes avec des gens qui se pensent intouchables. Douze ans ont passé, mais elle n'a pas oubliée son frère. Elle est prête à tout même à mettre sa vie en danger afin de faire éclater la vérité… afin de prouver que certains commandos illicites sont envoyés en cachette par l'armée pour régler certains problèmes… afin de prouver que les hommes formant ces commandos fantômes sont sacrifiés par l'Etat Major sans aucun remord…

Bande son : "Flowers for the ghost" de THRIVING IVORY

En espérant que cela vous plaise !

Bonne lecture


ONLY HUMAN

Chapitre 3

Un van noir métallisé avec une bande verticale argenté était garé dans un coin de la rue. La porte arrière s'ouvrit et Stark en descendit avec John. Elle se retourna vers l'intérieur du véhicule où se trouvaient Mac et Kelly. Le van était équipé avec des ordinateurs de dernière génération et du matériel de tout type était stocké à l'intérieur.

- Vous restez en couverture. Je ne veux pas que nous ayons de mauvaises surprises. Personne ne doit passer dans cette rue sans que je sache si c'est un ami ou un ennemi, ajouta Stark en mettant une oreillette.

- Ne t'inquiète pas. J'ai l'œil partout, dit Kelly en souriant.

L'ancienne colonel ne releva pas la remarque de la jeune femme et avec John, elle se dirigea d'un bon pas vers le petit bar indiqué par leur cliente.

- Alors ton épaule ?

- Ça va. J'avais dû faire un faux mouvement… Et cette cliente, tu as son nom ?

- Oui, c'est une avocate. Elle est assez célèbre à New York… Alexandra Carpenter et…

Stark ne termina pas sa phrase. A ses côtés, John venait de se figer. Elle se retourna vers lui en haussant les sourcils.

- Qu'est ce qu'il t'arrive ?

John prit un drôle d'air, sortit son téléphone portable de sa poche et le regarda avec un air bizarre.

- Je suis désolé. Tu peux faire l'entretien sans moi ?

- Oui, mais…

- Je te revaudrai ça. Je vous rejoins dans une heure !

- Hein ? Mais qu'est-ce qui se passe ? Tu as des problèmes ?

- Non, rien… Lui rétorqua son ami en s'éloignant.

- Attends ! John ! … John ! … Jonathan !

Mais il était déjà parti. La voix de Mac résonna dans l'oreille de sa femme.

- Attends mais c'était quoi ça ?

- Je n'en sais rien…

- Tu veux que je te rejoigne ?

- Non reste dans le van. Kelly…

- J'arrive !

La jeune femme bondit de son siège en embarquant un micro ordinateur portable et jaillit hors du van.

- Je peux gérer du bar.

- Si je comprends bien je reste planté là moi, dit Mac.

- Surveille la rue…

Kelly rejoignit Stark et les deux femmes entrèrent dans le bar. A une des tables, elles remarquèrent immédiatement une grande blonde. Elles se dirigèrent vers elle et Stark afficha l'un de ses sourires programmés.

- Alexandra Carpenter ?

- Oui, c'est moi. Vous êtes Viviane Stark ?

- Appelez-moi juste Stark, dit cette dernière en serrant la main de l'avocate. Je vous présente mon associé Kelly Wong.

- Enchanté, dit Alexandra.

Les deux femmes s'assirent en face de l'avocate qui ouvrit un porte document avec un air déterminé. Elle avait vraiment un air sévère, froid, et Stark fut impressionnée par sa personnalité. C'était quelqu'un qui avait de la prestance et dans son métier cela devait bien l'arranger. Ses longs cheveux blonds étaient retenus en une longue queue de cheval et ses yeux bleus électrique transperçaient son interlocuteur. Même si le tailleur hors de prix devait être la tenue de ses confrères, Alexandra n'en portait pas. Elle s'était habillée en jean et portait un t-shirt noir sur lequel elle avait enfilé une chemise vert kaki laissée ouverte. Il fallait dire que le tailleur n'aurait sans doute pas put s'associer avec le casque de moto qu'elle remarqua sur la banquette à côté de la jeune femme. Alexandra sortit une paire de lunette et les mit rapidement. Stark eut l'étrange impression de la connaître, mais elle savait que c'était impossible. Une femme comme ça ne s'oubliait pas facilement. C'était bien la première fois qu'elle avait à faire à elle. L'ancienne militaire aurait bien aimé que John soit là pour lui donner son avis sur cette femme. Alexandra redressa la tête et prit un air sombre.

- Je ne suis pas du genre à demander de l'aide, mais je crois que j'ai besoin de vous. Je touche à mon but et ils vont tout tenter pour m'éliminer, mais je ne les laisserais pas faire... pas maintenant !

Dans ses propos, elle faisait preuve d'une détermination sa faille et Stark était de plus en plus impressionnée.

- Vous me comprenez bien Mme Stark, dit Alexandra avec conviction, je sais que je m'approche du but et cela les effraie. C'est pour cela qu'ils veulent m'éliminer. Mais je refuse de les laisser faire. J'y laisserais peut-être ma vie, mais cette affaire doit éclater au grand jour et c'est pour ça que j'ai besoin de votre aide.

- Attendez… Kelly m'a dit que vous ne vous étiez pas épanché spécialement sur ce qui vous amène vers moi parce que vous craigniez d'être sur écoute alors si vous repreniez tout depuis le début.

- Je suis désolée, c'est vrai qu'avec le temps parfois j'oublie que tout le monde ne connait pas mon histoire aussi bien que moi... Eh bien voilà, depuis douze ans je mène une enquête sur les commandos fantômes. Vous en avez entendu parler ?

- C'est une histoire qui tourne au sein de l'armée mais je crois que nous n'avons aucune preuve de leur existence.

- Ce n'est pas tout à fait exact Mme Stark. Je sais que ces commandos ne sont pas des légendes urbaines ! Le gouvernement refuse d'admettre qu'ils existent, car il devrait expliquer à quoi ils ont bien put servir et à quoi ils servent encore de nos jours, mais ces commandos sont réels et je vais le prouver.

- Vous m'excuserez, mais moi je ne comprends pas tout, intervint Kelly. C'est quoi ces commandos fantômes ?

- Des commandos militaires qui agiraient lors de mission non officielles hors du pays, répondit Stark.

- C'est bien plus que ça Mme Stark, dit Alexandra. Parmi les plus jeunes volontaires qui souhaitent s'engager, les instructeurs ont la charge de repérer ceux qui peuvent avoir des aptitudes au combat et qui n'ont plus de famille ou plus vraiment d'attaches. Ils leur apprennent à manier les armes à feu, toutes les techniques de combats à mains nues ou à l'arme blanche. Ils les entraînent à devenir des assassins en puissance et ils les envoient sans soutien ni portes de sorties faire leur sale boulot à l'autre bout du monde et… Et si jamais ils se font prendre comme leur matériel n'est même pas américain et qu'ils n'ont aucun tatouage d'unité, ils les laissent se faire capturer, torturer ou tuer. Pour nos dirigeants, la vie de ces hommes est une quantité négligeable ! Ce ne sont que des pions interchangeables que l'on peut sacrifier.

- C'est horrible… ne put qu'ajouter Kelly.

Stark ressentit la passion et la haine de la jeune femme pour ce qu'elle leur racontait et baissa les yeux quelques secondes sur la tasse de café qu'une jeune serveuse posa devant elle avant de prendre la parole.

- D'accord… Donc, vous enquêtez depuis douze ans sur quelque chose que personne n'a encore réussi à prouver… C'est long… Et puis ce n'est pas vraiment dans les attributions d'une avocate même s'il paraît que vous êtes brillante ?

- Vous croyez que je ne le sais pas ! Rétorqua Alexandra avec une expression encore plus sévère. Mais il faut bien que quelqu'un démontre l'existence de ces saletés de commando ! Les familles de ces hommes ont le droit que l'on reconnaisse leur sacrifice ! Je sais que ça n'émeut pas grand monde dans ce pays, mais c'est injuste ! Il faut quelqu'un pour faire éclater la vérité ? Alors je le fais !

- Vous êtes réellement sûre qu'ils existent.

- Je n'en suis pas sûre, je le sais ! Cela fait toute la différence ! Et vous savez pourquoi je le sais ? Parce que pendant ces douze ans on a essayé par tous les moyens possibles de m'empêcher d'enquêter. J'ai passé plusieurs nuits en prison à cause de différentes accusations pour diffamations ! On m'a insulté ! On m'a harcelé ! On m'a menacé ! On a cambriolé cinq fois ma maison ! On a poussé ma voiture dans le fossé ! On a même tenté de faire peur à mes filles ! Mais je refuse de laisser tomber !

- Ça a dû être horrible, dit Kelly. Comment avez-vous trouvé la force de continuer après tout ça ?

- Cela n'a rien à voir avec moi Melle Wong ! Je n'ai pas le droit d'abandonner. Je viens de vous le dire. Les familles de ces hommes ont le droit que nous reconnaissons le sacrifice de leurs enfants, de leurs oncles ou de leurs frères. Elles ont le droit de savoir ce qu'ils leur aient arrivés et eux… Ils ont le droit que nous reconnaissons enfin leurs sacrifices. Je ne peux pas les laisser tomber !

- Je vous sens profondément touchée… Vous faites partie de ces familles ? Demanda Stark en fixant l'avocate droit dans les yeux.

Cette dernière marqua un temps d'arrêt pendant quelques secondes avant de murmurer dans un souffle.

- Oui… J'en fais parti… Les commandos fantômes m'ont arraché mon petit frère… et... et Il n'y a pas un jour qui passe où je ne pense pas à lui. C'était quelqu'un d'intelligent, de brillant… Il aurait pu faire tellement d'autres choses dans la vie, mais nous n'avons pas eu une enfance facile… L'armée en a profité… L'une des règles imposées étaient qu'il ne devait parler de son unité à personne, mais je suis… enfin j'étais très proche de mon petit frère… Il a fini par me le dire et la dernière fois que je l'ai vu il devait partir avec ses hommes en Birmanie. Ça fait douze ans Mme Stark… Douze ans ! J'avais fini mes études de droit depuis peu alors j'ai décidé de me lancer à sa recherche et de faire éclater cette vérité. Vous comprenez ? Je ne pouvais pas l'abandonner. Récemment, j'ai réussi à trouver deux certificats de décès pour des hommes de son commando lors de cette fameuse mission qui n'est censée n'avoir jamais eu lieu, mais rien sur lui… Je ne sais toujours pas ce qui lui ait arrivé…

- Ça doit être horrible de ne pas savoir… dit Kelly.

- Ça me hante Melle Wong… Si je suis devenue ce que je suis aujourd'hui c'est grâce à mon frère, mais moi… je n'ai rien pu faire pour lui. Et ce n'est pas normal. J'aurais du le protéger. C'était moi l'ainée.

Kelly et Stark virent bien qu'Alexandra était bouleversée par la perte de son jeune frère. Son assurance avait disparu et elle avait les larmes au bord des yeux. Même plus de dix ans après, la jeune femme semblait avoir tellement de mal à se remettre de sa disparition. L'avocate fit une pause avant de reprendre.

- Ecoutez-moi bien. Je ne voulais pas venir vous voir, mais ma fille a réussi à me convaincre que ce serai une bonne idée alors je suis venu. Ils ont fait tuer le jeune hacker que j'avais engagé et qui m'a permis de trouver les certificats de décès !

Kelly sursauta.

- De quoi ! Ils ont fait tuer un hacker ! Mais comment il s'appelait ?

- Jimmy Robinson…

- Non pas ça, son nom de hacker ?

- Je ne sais plus… Phantom, je crois…

- Phantom ! Ce type était l'un des meilleurs du pays ! Je le connais bien ! Il est tellement prudent ! Je suis sûr qu'il avait camouflé toutes ses traces ! C'est impossible !

- Eh bien pourtant il est mort d'une balle dans la tête et ils ont tentés de me tuer moi aussi !

Kelly se tut. En tant qu'hacker, elle avait du mal à accepter que l'un des membres de sa communauté vienne de se faire tuer.

- Il faut prendre cette affaire Stark !

- Attends, ne t'emballes pas Kelly… Dites-moi ce que vous voulez vraiment de nous Mme Carpenter…

- Au jour d'aujourd'hui, je veux que tout ça s'arrête Mme Stark, que ces commandos fantômes soient démantelés, que l'Etat Major de notre armée donne à ces hommes de vrais statuts et que les familles, comme moi, qui ne savent pas ce que sont devenus leurs proches le sachent enfin.

- En faisant éclater la vérité sur les commandos fantômes vous pensez faire remonter le dossier de votre frère à la surface ?

- Et alors ? Vous ne trouvez pas ça normal Stark ? Cela fait douze ans ! Douze longues années ! Et je ne sais même pas si mon frère est mort ou non ? Il est peut-être en train de croupir au fond d'une prison birmane, de se faire torturer et tout le monde s'en moque ? A moins qu'il soit encore en vie et quelqu'un l'empêche de reprendre contact avec moi… Peut-être qu'il a été menacé ? Peut-être qu'une explosion l'a rendu amnésique ? Vous ne savez pas le nombre de scénarios que je me suis inventés pendant toutes ces années et je ne dois pas être la seule ? Vous pourriez vivre vous avec cette incertitude ?

Stark ne lui répondit rien, mais pensa qu'il était sans doute difficile de vivre avec tel manque, surtout qu'Alexandra avait l'air d'aimer tellement son jeune frère. Elle décida d'hocher la tête et lui répondit en se penchant vers elle.

- Soyez assuré que je comprends votre démarche Mme Carpenter. Vous pouvez nous attendre ici quelques instants ? Je dois parler avec mon équipe et au moins dans ce bar, vous ne risquez rien pour le moment.

- Vous devez faire des vérifications… Je comprends ça.

- Prenez ce que vous voulez, ce sera sur ma note, dit Stark en se levant et en donnant une tape sur l'épaule de Kelly.

La jeune hacker ferma son PC et se leva pour suivre son associé. Quelques secondes plus tard, avec Kelly, Stark sortit du bar et traversa la route pour gagner le camion. Elles ouvrirent la porte et entrèrent à l'intérieur. Kelly reprit sa place derrière son ordinateur et vérifia deux ou trois caméras de surveillance. Stark demanda.

- John n'est pas revenu ?

- Non, répondit Mac. Et je me demande bien ce qui a pu lui passer par la tête !

- Je t'avoue que moi non plus… Si l'un de vous a des nouvelles avant moi, tenez-moi au courant... Quelque soit son problème nous devons l'aider… Sinon, je pense que cette femme est sincère. Elle veut vraiment mettre en pleine lumière ces commandos fantômes pour tenter de retrouver la trace de son frère. Qu'est-ce que l'on sait d'elle ?

Kelly tapa deux ou trois choses sur le clavier de son ordinateur.

- Eh bien… Voilà ce que j'ai, dit Kelly en faisant défiler une série de photos sur l'écran de son ordinateur. Alexandra Carpenter, 40 ans. Avocate au barreau de Washington depuis dix ans. C'est la star du barreau. Elle a un taux de réussite qui frôle les 98 % ! Elle est spécialisée dans les causes qui paraissant difficiles : agressions, corruption… Tout ce qui met en présence des gens normaux qui tentent de se battre contre des politiciens ou des grosses entreprises. Une vraie Robin des bois en robe d'avocat ! … Elle est mariée à Ted Carpenter, journaliste free lance célèbre pour avoir fait plusieurs reportages de guerre. C'est son petit ami du lycée. Ils sont mariés depuis vingt ans. Ensembles ils forment une équipe de choc. Ils ont fait éclatés trois gros scandales ces six dernières années… Sinon, Alexandra est originaire d'une petite ville du Texas. Orpheline de mère à 7 ans. Elle a trois enfants. Amanda 19 ans. Elle est à la fac où elle fait des études d'histoire. En plus, elle est ceinture noire de kempo karaté. Elle partage ses week-ends entre ses compétitions et un petit club country où elle chante en jouant de la guitare.

Stark observait la photo de la jeune femme aux longs cheveux blonds vénitiens retenus en une seule tresse et aux yeux bleus qui était apparue sur l'écran. Elle paraissait aussi déterminée et combattante que sa mère, mais son air lui rappelait quelqu'un d'autre… Mais c'était impossible... Stark se demandait si elle n'était pas en train de rêver.

- Après il y a Abigaël, 15 ans qui a l'air de prendre le même chemin de sa sœur. Elle est plutôt douée mais elle préfère l'aïkido. Elle a déjà gagné plusieurs compétions. Et enfin le petit dernier, Jonathan, 11 ans.

Cette fois Stark comprit qu'elle n'était peut-être pas en train d'halluciner.

- Attends Kelly… Dis moi si on t'arrachait ton frère que tu as l'air d'aimer plus que tout et que moins d'un an après tu accouches de ton premier garçon tu ne lui donnerais pas son prénom ?

- Si peut-être, mais pourquoi ?

- C'est quoi son nom de jeune fille ?

- Son nom de jeune fille ?

- Oui, Carpenter c'est bien le nom de son mari ? Alors je te demande son nom de jeune fille. Ce n'est pourtant pas compliqué.

La hacker ne comprit pas où voulait en venir Stark, mais elle fit défiler une liste et se figea avant de murmurer dans un souffle.

- Ce n'est pas croyable.

- Dis toujours…

- Walker…

Stark qui était debout à côté de la porte ouverte du van, croisa les bras et conclut devant les yeux ébahis de ses amis.

- Ça veut dire que si elle divorce son fils s'appellera Jonathan Walker ?

Stark détailla ses deux amis et comprit qu'ils étaient abasourdis. Elle aussi était sous le choc et elle murmura dans un souffle.

- C'est pour ça qu'il a disparu quand j'ai prononcé son nom et son métier ? C'est la sœur de John ?

- Mais ce n'est pas possible Stark, dit Kelly.

- Si … Je suis sûr que c'est ça… Et il n'y a pas que ça. Réfléchis. Il a disparu il y douze ans… La fille ainée avait sept ans. A cet âge là on se rappelle de certaines choses… Et qu'est-ce que nous savons sur Jonathan ?

Ses amis ne répondirent pas et Stark termina sa pensée.

- Il pratique l'aïkido et le kempo. Quand il a cinq minutes de libre ou de calme, il joue de la guitare et il chante plutôt bien.

- Attends tu crois que… Commença Kelly.

- Oui… Kelly, trouve-le moi et vite ! S'il s'en prend ouvertement à Ferguson, il va se faire tuer !

- Je voudrais bien, mais c'est impossible, il a éteint son téléphone et il n'a plus son oreillette.

- Personne ne sait où il est ?

- Non, dit Mac. Il n'a rien dit. Tu le sais, il était avec toi quand il a décidé de mettre les voiles !

Même s'il jouait sur l'ironie, Stark sentait que Mac était inquiet et elle devait bien admettre qu'elle l'était elle aussi.

- D'accord… Est-ce que l'on sait qui a tenté de tuer Alexandra ? Demanda-t-elle à Kelly. Parce que si nous venons de voir juste et qu'il s'agit vraiment de sa sœur, nous avons intérêt à le trouver avant lui. Je ne tiens pas à ce qu'il fasse quelque chose qu'il puisse regretter par la suite.

- Mais on ne sait même pas si c'est sa sœur ! S'exclama Kelly.

- Facile ! Nous allons vérifier !

Stark fit un rapide demi-tour et regagna le bar. Bien décidé à connaître le fin mot de l'histoire, Kelly la suivit.

- Pas de problème ! Je surveille la rue ! Marmonna Mac, déçu de n'avoir pas été invité à les suivre.

L'une derrière l'autre les deux femmes entrèrent dans le bar et s'assirent de nouveau à la table d'Alexandra

- Alors qu'en dit votre équipe Mme Stark ?

- Nous allons vous aider.

- Je vous remercie…

- Je sais que c'est difficile pour vous, mais vous n'auriez pas une photo de votre frère ?

- J'en ai toujours une sur moi, mais elle date de douze ans.

- Ne vous inquiétez pas, nous avons les logiciels qu'il faut pour la vieillir si nous en avons besoin.

La jeune femme hocha la tête et ouvrit son portefeuille. Stark remarqua en premier une photo de sa famille. La jeune femme la déplaça et continua à chercher. L'avocate sortit enfin une photo et la posa sur la table. Sur celle-ci un jeune homme qui devait avoir 24 ans tenait sur ses genoux une fillette d'environ six ou sept ans, sans doute Amanda, et lui montrait un accord de guitare. Le jeune homme souriait en regardant l'objectif. Il avait les cheveux plus courts, mais Stark le reconnut instantanément. C'était bien Jonathan… Un Jonathan qui ressemblait au gamin de 18 ans qu'elle avait contribué à former et elle comprit qu'involontairement qu'elle avait participé à l'éclatement de sa famille. Une envie d'égorger Ferguson remonta en elle, mais elle tenta de se maîtriser et de garder les pieds sur terre. Cependant, abasourdie par ce qu'elle venait de confirmer, même si elle le soupçonnait, Stark avait du mal à détacher son regard de la photo. Au bout de quelques secondes, elle regarda Kelly pour voir sa réaction et murmura.

- C'est votre frère ?

- Oui… C'est la dernière photo que j'ai de lui. Juste avant qu'il ne parte pour la Birmanie. Il apprenait la guitare à Amanda. Il avait un tel talent pour la musique…

Alexandra sourit et murmura en fixant la photo de son frère.

- Je me souviens quand il avait appris à jouer de la guitare seul et contre l'avis de notre père dans le grenier. Il pouvait y passer des heures…

Mentionné ses souvenirs de Jonathan bouleversèrent Alexandra qui fut à deux doigts de se mettre à pleurer. De leur côté, Stark et Kelly ne savaient plus que faire. En allant à ce rendez-vous, elles ne s'attendaient certainement pas à ça. L'avocate se reprit et releva la tête.

- Je veux faire tomber ces hommes Mme Stark. Je veux qu'ils paient pour mon petit frère et pour tous ceux qu'ils ont envoyés se faire tuer sans le moindre remord à l'autre bout du monde. Je sais que je suis proche du but et c'est pour ça qu'ils ont essayés de me tuer, mais je refuse de laisser tomber.

- Nous allons vous aider.

Alexandra Carpenter tendit la photo à Stark.

- Alors prenez là. Je ne veux plus vivre dans l'incertitude.

D'un pas rapide, Stark traversa la route et ouvrit en grand la porte coulissante de la camionnette de l'équipe où l'attendait Mac. Ce dernier semblait l'attendre avec impatience. Stark tendit la photo à son mari qui la prit et la détailla avec de grands yeux écarquillés. Stark se tourna vers l'ordinateur de son hacker.

- Cette fois, plus de place au doute. Il faut retrouver John et vite !

- Mais je ne comprends pas, dit Kelly en s'installant de nouveau derrière son ordinateur. Nous ne travaillons quand même pas avec un mort-vivant ? John est en vie. Pourquoi il n'a plus jamais donné signe de vie à sa famille après cette mission en Birmanie ?

Stark, perdue dans ses pensées ne répondit pas tout de suite et murmura pour elle-même.

- La Birmanie…

Stark se tourna vers Kelly et lui demanda.

- Il n'est pas condamné à mort dans ce pays ?

- Pourquoi tu me regardes comme ça ? Demanda Kelly. Tu crois que j'ai appris votre pedigree par cœur !

- Kelly… ne joue pas à ça avec moi. Je sais comment tu fonctionnes et je sais très bien que quand tu t'ennuies tu fais des dossiers sur tout et tout le monde alors répond-moi ! La Birmanie ?

- Bon d'accord… Il y a un mandat international contre lui et oui, il y risque la peine de mort. Les autorités offrent même 500 000 dollars pour sa capture mort ou vif. Mais comment tu sais que je fais des dossiers ?

- Je ne suis pas tombée de la dernière pluie… Mais pour en revenir à John, je ne sais pas ce qui s'est passé en Birmanie, mais quelque chose a certainement mal tourné. Il faut à tous prix le retrouver avant qu'il fasse quelque chose qu'il pourrait regretter.

- Ou qu'il lui arrive quelque chose ajouta Mac. Tu sais à quel point il peut foncer tête baissée quand quelque chose le touche.

Stark fut surprise par la réaction de Mac, mais il paraissait véritablement inquiet. Kelly aussi. La jeune femme ne pouvait pas détacher son regard de la photo de Jonathan. Son sourire était franc et ses yeux n'avaient pas encore cette lueur sombre qui ne le quittait jamais. A cette époque il était heureux et Kelly sentit son cœur se serrer, Jonathan avait eu une vie compliquée, mais c'était peut-être l'occasion d'en apprendre plus sur lui et de l'aider à aller mieux.