La course aux likes

La bite à la main

La main au porte-monnaie.

Des valeurs qui s'alignent

Des langueurs qui tapinent.

Le plus vieux métier du monde.

Modernisé, aromatisé,

Tu sais quoi, ça fait chier.

Une critique non constructive

Je remets tout en question.

Estime de moi ?

Mésestime des autres.

Confiné, chahuté, déploré.

Je m'aime, tu l'aimes, ils baisent

Tous unis, tous pute à clics.

Le sexe, ça vend.

La matrice, big brother,

L'algorithme pense donc je suis.

Oui, mais moi je.

Oui mais toi, tu.

Ça me tue, ça me troue le cul.

Au propre comme au figuré.

Chassez le naturel, il revient au garrot.

Je m'en fiche de ce que tu penses.

Je mens comme je désire.

Ta life, ta tête, ton boule, ta chatte.

Miaou. Ouaf. Bêêêêê.

Je suis un mouton

Et je t'emmerde.

Je suis un doublon

Et je m'emmerde.

Dans la vie, faut pas s'en foutre.

Il en faut peu pour être peureux.

Je suis terrifié à l'idée de me montrer tel que je suis.

Je me suis même inscrit aux narcoleptiques anonymes.

Je sais d'où je viens et dans qui je vais.

Pute à clics, pute à jus, pute à trique.

Belles phrases déformées.

Vieux adages bien usés.

Beaux membres bien formés.

Je m'assois sur vos queues,

Sur votre haine ordinaire.

Votre laxisme arbitraire.

Je continue d'être infidèle à moi-même.

Avec, pour, sans, contre toi.

Rien ne change.

Tout fout le camp.