En cette fin de mois de septembre, les jours défilant assez vite et en même temps lentement durant les cours, nous faisons une sortie culturelle dans une galerie d'art où sont regroupés des oeuvres de toutes sortes, allant de la peinture à la sculpture traditionnelle en passant par la sculpture métallique. Original mais moche à la fois pour certaines créations. Également pour l'art graphique. A travers ça serait presque expérimental. Enrichir notre modeste connaissance. Pas avec ça en tout cas ou très peu. J'aurais préféré aller visiter un musée et admirer des oeuvres classiques. Et non pas ce qu'on appelle "Nouveaux talents" qui doivent se shouter en respirant du solvant.

Et qui je retrouve là-bas? Comment ça se fait? J'en informe ma nouvelle amie qui ne se gêne pas pour se renseigner auprès de notre prof. Notre sortie se fait en même temps que celle des terminales. Juste au courant de ça, étant la réponse. Comme par hasard, la classe dans laquelle se trouve Cauley.

Nous aurions été au lycée en temps normal avec cette petite différence d'âge, moi en tant que moi-même et lui en tant que Kerry, j'aurais réagi ainsi dans ma tête; Tiens! Voilà le maléfique, la chose machiavélique, le scarabée. Ou; Voici beurk, beurk. La nausée assurée!

Il ne m'a pas vu et je me dis que c'est tant mieux. Nous nous arrêtons un peu plus loin, douze minutes après, sentant alors quelqu'un derrière. Je me retourne, le regard très surpris.

-Ca te plaît? me questionne-t-il.

-Là oui. me sentant à l'aise à cette seconde.

-T'as pas aimé avant?

-Non. C'était pas terrible.

-T'as vu la sculpture métallique je parie.

-Moche.

-Avant-gardiste.

-Oui mais moche.

Ma réponse franche le fait sourire, très amusée, acquiesçant cependant.

-Ouais. C'est pas faux.

-Tu ne devrais pas retourner là-bas?

-Je vais y retourner. Je voulais juste venir jusqu'ici. Je t'ai reconnu de loin.

Je ne réponds pas, le trouvant culotté mais pas désagréable.

-Dites-moi, vous là-bas. Vous ne faites pas partie de notre classe. Allez rejoindre la vôtre, s'il vous plaît.

Notre prof à des yeux qui surveillent sans répit. La façon dont il lui a demandé n'a rien de brusque mais un tantinet autoritaire pour se faire respecter et comprendre. Je trouve ça marrant qu'il se soit fait prendre.

-J'y vais monsieur.

Avant de repartir, il me souhaite une bonne visite, accourant vers sa classe, mains dans les poches. Audacieux le définit bien à cette seconde avec un fond de timidité que je ressens. Pourtant, ça ne se voit pas. Bizarre ce gars quand même. Nous continuons la visite, repensant brièvement à ce que Pepper m'a dit. Si je lui plais, on verra ce qu'il inventera par la suite. Il a de l'audace, aucun doute.

Lorsque nous nous retrouvons tous en salle d'art plastique pour ce projet de spectacle la semaine d'après, je remarque bien quelques coups d'œil par ci par là sans que ça ne le freine dans ses coups de pinceau. C'est pas mal en plus, il faut l'admettre. Ca ne va pas plus loin toujours, ne tentant rien. Ca ne me dérange pas, m'arrangeant au contraire. J'en n'ai pas envie, préférant qu'on me laisse tranquille.

Octobre.

On finit à temps pour le spectacle qui a lieu ce mois-ci, tous fiers du travail que l'on a accompli et durant de longues heures, décor qui représente la nature, des rues. On s'est bien débrouillés et Pepper d'une manière royale. Très talentueuse. Cauley est aussi félicité. On assiste tous à ce spectacle quelques jours après et qui est assez réussi, chantant et un peu dansant. Nous avons droit à un buffet plus tard avec gâteaux, sodas. La soirée est très agréable, discutant avec d'autres élèves de notre classe, quatre autres qui étaient avec nous pour ce travail artistique. Cette visite dans cette galerie a bien inspiré Cauley qui a mis en oeuvre des idées originales. On pouvait lui reconnaître ce mérite. Première et dernière fois que nous avons travaillé ensemble.

On continuait à se croiser, me disant salut en coup de vent dans les escaliers ou à la sortie des cours, lui répondant parfois. Si je lui plaisais vraiment, il avait une étrange manière de se comporter. Peut-être que Pepper s'était trompée, ayant mal interprété son regard. Oh et puis, je m'en foutais. Je n'espérais rien, m'étant égal. Mes études occupaient bien comme ça mes pensées. Ca me préoccupait par moment suivant les matières. C'était pas évident, donnant du fil à retordre. Ah, le lycée!

0~~~~~~~~~~0

Il ne se passa rien de passionnant durant les mois qui suivirent. Ce n'est qu'au mois de mai qu'un changement s'opéra. Tout commence à partir de là. Le plus important du début de cette histoire.

Je reçus une invitation par oral de la part du futur petit ami. Pourquoi pas un cinéma? Il n'était pas question d'une sortie en tête à tête mais en bande pour aller voir un film. Quatre mois plus tôt, les; Salut! S'étaient transformés en parlotte pour devenir plus consistant. Court mais plus engageant. Des rapports amicaux, arrivant à déjeuner ensemble à la cantine, rejoignant notre table à l'improviste,après permission demandée cependant. Sans que ça devienne trop une habitude. On avait commencé à faire connaissance finalement, l'air de rien. C'était quelqu'un de réservé en fin de compte.

Je me retrouvais à présent comme au pied du mur, ne sachant quoi répondre.

-Je dois réfléchir.

Qu'est-ce que je pouvais répondre d'autre?

-Bon. Tu me diras.

Il s'en alla, me trouvant idiote. J'avais étais honnête. Le problème est que je ne savais pas si il fallait dire oui. Je n'avais rien contre, partante même mais c'était une sorte de rencart. J'avais envie d'accepter et passer une bonne journée. Je pense que j'allais dire oui.

D'après ce que j'avais compris, il m'avait remarqué avant que l'on ne se rencontre pour ce projet de création. L'avouer avec embarras, pensant peut-être que je le prendrais pour un épieur. Ca n'aurait pas été impossible. Est-ce que ça faisait partie de son caractère de marcher sur des œufs en ma présence? Je ne savais sur quel pied danser et lui non plus à mon avis. Atypique.

Sans le faire languir, je répondis oui comme je l'avais pressenti. En revenant chez moi, je me demandais si j'avais eu raison finalement. Très inconstant dans ma tête. Aller au cinéma m'avait certainement poussé. En groupe, une première. Ça ne l'embêtait pas que Pepper vienne, il me l'aurait même proposé. Sans hésiter, elle répondit oui, trouvant sympa de faire ce genre de sortie.

-T'as pas envie d'être seule avec lui si je comprends.

-Plaisante pas.

-Mais si. Ca détend.

J'en souris avec ma joyeuse copine qui ajouta que ça irait. Qu'elle se joigne à nous me soulageait en effet mais c'était également l'occasion de faire cette sortie ensemble aussi.

-On va voir quoi?

-J'en sais rien.

-On va choisir à pile ou face.

Je souris de nouveau, me disant que ça pourrait être probable.

-Pas de romance j'espère.

-Pas le genre.

-Non mais si il y a des filles qui ont l'art et a manière de convaincre. Certaines peuvent se montrer persuasives. Si c'est ça, je m'en vais, je te préviens.

-Un film d'horreur?

-Ou d'action?

-J'espère pas. Je m'en vais sur le champs autrement.

-Vous vous êtes donnés rendez-vous où?

J'extériorisais un rire nerveux, répondant que je ne savais pas non plus.

-C'est quoi ce genre d'invitation? Bonjour l'organisation!

-Il ne le sait sans doute pas lui-même.

-Quand on parle du loup! le pointant du doigt.

Cauley s'accroupit quelques secondes plus tard face à nous, nous informant comment et le jour.

On allait procéder ainsi. Ce serait donc mercredi, devant le Ranch History Park à 13h00. Concernant le film, on verrait une fois au cinéma et voir quel long-métrage ferait l'unanimité. Moi et Pepper nous nous regardâmes, se disant qu'on ferait avec, étant déjà pas mal de connaître le lieu de regroupement contrairement à ceux qui viendraient. Des copains à lui dont deux avec leur petite-amie. Pepper avait bien deviné, étirant un petit sourire nerveux à son tour.

-Ca vous va?

-Ouais.

Avant de repartir, sa main se posa furtivement sur mon avant-bras. Mon amie écarquilla les yeux sur ce geste, ne s'étant apparemment pas trompée.

-Tu sais à quoi t'en tenir.

-Ca ne veut rien dire peut-être.

-Là. Non.

-Ca a l'air de t'amuser.

-Oui. Il ne sait pas comment s'y prendre avec toi. Il nage entre deux eaux.

-Moi aussi.

-Ca promet mercredi.

J'acquiesçais. Et si je changeais d'avis après tout. Ca résoudrait le problème.

0~~~~~~~~~~~~0

Finalement, je n'avais pas fait marche arrière, y voyant plus clair chaque matin jusqu'au jour du rendez-vous.

Arrivées à 13h00, Pepper et moi sommes les premières devant les portes du parc. 13h10, 13h16, 13h22. Heureusement qu'on avait convenu d'une heure précise! Je partage une pensée dû à ce retard, mon amie n'y croyant pas.

-Il s'est peut-être moqué de moi.

-Non. C'était sincère. Ou alors c'est un très bon comédien.

Elle regarde alors au loin, apercevant un petit groupe qui se dirige vers nous.

-Tiens! Les voilà.

Cauley nous fait signe, me demandant ce que je fais là. Suis-je à ma place? Et voyant de plus près le physique des deux petites amies de deux de ses copains, il serait plus assorti avec le genre Californienne.

-Salut.

Nous lui répondons presque en même temps, enviant à cet instant mon amie, l'élocution facile, à l'aise. Je me sens empotée. J'aurais dû dire non. Cauley nous présente ensuite sa petite bande. Terry le blond et grand, type anglais, cheveux un peu long qui descend sur la nuque. Joey, dans le même style que Cauley, avec des cheveux longs, brun. Ce sont les deux garçons non célibataires. Puis deux autres, Hemer, ressemblant un peu à Kurt Cobain, le look grunge. En 93, cette musique règne, le rock en général. Et Sammy. Gracieux, jovial, sociable, le trouvant sympa ainsi que Pepper. Ca se dégage de lui sans oublier Terry. Gentils. Des copains d'enfance, le précisant.

Quant aux petites amies, elles se montrent cordiales, bien accrochées à leur petit copain respectif comme chasse gardée. Pas forcément vis-à-vis de nous, ne représentant pas une menace à leurs yeux. Du tout. Simplement leur attitude naturelle. Ils s'excusent ensuite de leur retard, celui-ci causé par un copain qui s'est désisté au dernier moment. Pas grave!

-On y va.

Nous répondons oui, Cauley et son pote Hemer marchant à nos côtés, les autres devant. Nous papotons durant le début du trajet, sentant le bras de monsieur se coller parfois contre le mien. J'ai l'impression qu'il aimerait me tenir la main mais n'ose pas. On ne se connaît pas parfaitement, ça joue. Et je ne prendrais pas cette initiative, n'étant pas mon tempérament d'un et ne le voulant pas. S'il se décide, comment réagirai-je? Faites que non! Pas maintenant. Je me sens à nouveau perdue. C'en est même troublant.

Lorsque nous arrivons au cinéma, nous optons pour un film d'horreur, y compris Tiphaine et Emma. Ouf! Cauley achète du pop-corn, assez gros même, pour deux ainsi qu'un autre pour Pepper qui a opté pour un gabarie plus moyen.

-Il est sympa. me chuchote-t-elle peu après.

Je hoche la tête, lui demandant si elle pense que c'est une stratégie pour se rapprocher et mettre l'amie dans sa poche. Pepper le regarde du coin de l'œil puis répond par un non.

-C'est un mec correct, je pense.

Quelques minutes plus tard, nous nous installons entre le milieu et le fond, ne réussissant à être assis, tous réunis. Sièges déjà pris. Cependant, à proximité. Les deux couples derrière avec Sammy et nous devant eux avec Hemer et Pepper qui semblent bien s'entendre. Les lumières s'éteignent sept minutes après, pour nous diffuser leur interminables publicités. C'est pénible!

Ce n'est qu'en milieu de film que Cauley pose très prudemment sa main sur la mienne, la serrant légèrement. Mes lèvres étirent simplement un sourire nerveux une nouvelle fois sans la dégager de la sienne. Sa tête se rapprocha au bout d'un temps largement espacé, appréhendant ce qui suivrait. Ou pas. Il ne tenta rien de plus, m'étonnant. Il redoutait peut-être de se prendre un râteau. Ou par timidité. S'embrasser en public, les copains autour, même dans la pénombre, ça reste gênant pour beaucoup. Ca me convenait à merveille, passant tous un excellent après-midi néanmoins. Rien ne urgeait. A part l'envie d'une glace que nous dégustâmes chez Häagen-Dazs après la séance. Nous n'avions pas mangé tout le pop-corn. Avaler quoi que ce soit devant un film d'horreur n'est pas recommandé. Voir des tiques mutantes rentrées dans la peau des personnages, coupe littéralement l'appétit.

Ce n'est qu'au samedi de la semaine d'après, retournant presque tous ensemble au cinéma, Pepper avec un copain, une copine de notre classe, Hemer et nous deux, que ça se concrétisa. Ses autres amis de la première sortie avaient planifiés différents projets séparément bien sûr. Nous nous étions donc donnés rendez-vous cette fois-ci au centre commercial et choisi une comédie, assis tous ensemble dans la même rangée de sièges. Le copain de Cauley et mon amie maintenaient une relation platonique. Elle m'avait confié précédemment au lycée que c'était un gars très intéressant, mignon mais n'envisageant rien pour l'instant tout comme lui.

Il n'y eut uniquement que notre statut qui changea, passant du très chaste au concret. C'était devenu officiel. Ce baiser avait donné naissance à une nouvelle relation. Nous y étions!