Le discours

Un mariage, encore un, sauf que cette fois-ci, c'est moi le témoin. Pff, j'aurais préféré assister une seconde fois au mariage de Lucas et Jessica et supporter les chamailleries insupportables d'Anna et d'Éric plutôt qu'aller à celui de mon meilleur ami Nicolas et de SA future femme, Emma. Je déteste les mariages de base, et j'arrive à les esquiver en général. Mais selon Éric, c'est impoli de ne pas venir à celui où on est témoin, impossible de savoir pourquoi. Ne vous méprenez pas, j'adore mon meilleur ami, et du haut de nos 32 ans, cela fait 8 ans qu'on forme une sacrée équipe. Mais cet idiot est parti s'installer deux ans au Japon pour son boulot et lorsqu'il est revenu, sa chère et tendre était à son bras et exposait un diamant gros comme le Japon entier à l'annulaire gauche. Ah qu'est-ce que j'ai ri lorsque je les ai vues, et pleuré lorsque je suis rentré. M'enfin bref, j'ai pris sur moi et j'y suis allé à ce mariage, en prenant bien soin d'arriver le plus tard possible, en étant le plus ivre possible. Et donc voilà, je bois, encore, en regardant les deux nouveaux mariés danser sur la piste. Ou plutôt je fais de mon mieux pour éviter de les regarder. A moitié affalé sur ma chaise, je fais une inspection de la pièce. Le Dj est pas mal, pareil pour la bouffe. Par contre la salle est un peu petite, mah normal, c'est ELLE qui l'a choisi. En tournant la tête, je croise le regard réprobateur de la mère de Nicolas, faut dire, j'ai certainement l'air pitoyable. Mon Dieu si seulement elle savait, rectification, si tout le monde savait, je pense que personne n'arborerait ces têtes satisfaites et heureuses. Un nouveau mal de crâne survient, et je ne trouve qu'une chose pour le calmer, ingurgiter la chose qui me le donne. Je suis probablement la personne la plus contradictoire qui existe, et la plus dénuée de sens. Je pense que c'est pour ça qu'on en est là aujourd'hui, à cause de ma stupide fierté. Je le sais et pourtant, je sens venir la grosse boulette, grosse boulette qui sera certainement causée par nul autre que moi. Et je sens que ça ne va pas tarder à voir le regard heureux de Nicolas et celui d'appréhension d'Emma. Et oui, évidemment, il fallait qu'il arrive, le grand, le magnifique, discours du témoin ! Ha ha, vous la sentez ? Ça y est ? Vous savez, LA grosse boulette.

-Salut tout le monde, j'espère que vous passez une bonne soirée. Je vous invite à prendre place, car l'heure du discours des témoins est arrivée. Je laisse donc la parole à Léa, la demoiselle d'honneur d'Emma, mais aussi sa très chère cousine. Nicolas avait annoncé ça avec tellement de joie que j'en eu mal au cœur.

Lorsque Léa commence son discours, je m'efforce de l'écouter, qui sait, peut-être que j'aurai de quoi recycler. Alors, elle parle de leur jeunesse, oui, c'est pas mal. Hmmm, bla bla, "on rigolait beaucoup", bla bla "toujours là pour moi". Ha ha, cette blague est drôle. Bla bla, "tristelorsque tu es partie vivre au Japon" bla bla. Ouais, je crois que je vais arrêter d'écouter, surtout qu'elle se met à pleurer. Ou là ! Vite un mouchoir !

A la fin du discours de Léa, je me dis que les jeunes mariés et l'assemblé auront au moins eu un très beau moment, avec des larmes, des rires et une très belle satisfaction. Mais les choses ne pouvant rester ainsi, le Dj m'invite à prendre place au centre de la piste de danse.

-Mesdames, messieurs, bonsoir. Comme vous avez pu le constater, Nicolas à un excellent goût pour le vin, et j'ai beau eu résisté de toutes mes forces, je suis au regret de vous annoncer que la meilleure bouteille a été finie par mes soins. Outre ce manque de politesse, le véritable problème dans ce mariage, c'est le choix de cet homme nouvellement marié. En effet, il ne pouvait pas choisir pire témoin. Et je fais d'autant plus tâche, car je passe après Léa, qui nous a partagé un moment très émouvant. Je n'ai malheureusement rien de larmoyant dans mes souvenirs avec Nicolas. Huit ans déjà, et je crois que c'est avec lui que j'ai le plus rit. Je n'avais jamais rencontré quelqu'un d'aussi loyale et d'aussi patient. Ah oui parce que Nicolas ici présent mérite des éloges pour avoir supporté un type comme moi pendant tout ce temps. Mais la personne qu'il faut vraiment saluer pour son courage et sa patience, c'est bien évidemment Emma. Emma, Emma, Emma, très peu dans cette pièce le savent, mais Emma et moi, on se connaît depuis très longtemps. Je pourrai même dire, que je la connais depuis plus longtemps que Nicolas. Et quelle a été ma surprise lorsque Nicolas est revenu du Japon avec elle. Sacré moment, vous vous souvenez. Nicolas acquiesça avec un sourire, alors qu'Emma paraissait de plus en plus mal à l'aise, je crois que ma boulette est en marche. Vite que quelqu'un m'arrête. Je suis resté un moment choqué pour être honnête avec vous. Déjà, mon meilleur ami allait se marier, mais en plus avec Emma. Non, je veux dire, c'est un peu bizarre. Avec Nicolas, on a toujours eu de nombreux points communs, mais imaginer qu'un jour, on verrait tous les deux la même femme nue, il fallait le faire. Quoi que, Nicolas a fait fort, il l'a épousé. Tiens, Nicolas a perdu son sourire, et sa mère fusil du regard Emma. J'ai dit quelque chose ? Si on y réfléchit, c'est la faute de personne. Lorsque nous avons rompu avec Emma, on ne s'attendait pas à se revoir dans ces circonstances. Je veux dire, elle est quand même partie au Japon, pour être sûr de ne jamais me revoir. L'ironie à l'état pur. Et donc vous pouvez certainement comprendre ma réaction et celle évidente d'Emma, lorsque cet homme incroyable m'a demandé d'être son témoin. Pour vous dire mon état, on était toujours à l'aéroport, et j'étais toujours bloqué à "je te présente Emma, ma fiancée". Enfin bref, je m'étale sur des détails peu importants. Tout ça pour dire, que je suis très heureux que Nicolas soit heureux, même si c'est avec Emma, alias mon premier amour et la seule femme que j'ai jamais aimé. En fait, non, je ne suis pas heureux du tout, et je crois bien que j'ai gâché ce mariage, car Nicolas n'a plus l'air heureux non plus. Après, il faut me comprendre, Nicolas à de très bons goûts en matière de vin, et de femme aussi. Vite un verre. Donc pour finir cette déclaration, qui devait être un discours, je lève mon verre et je terminerai en disant, JE M'Y OPPOSE !