RESUME : Pendant les préparatifs de la Fête du Printemps, une démoniaque Femme de Feu jaillit du Volcan Vilmir et fond sans pitié sur la cité de Talmor, ville la plus septentrionale du Royaume de Lergrand. Avec elle resurgit le souvenir des légendes anciennes, des légendes qui parlent d'une guerrière des glaces ancestrales, seule rempart contre cette démone de feu, mais ce n'est qu'une légende, à moins que...

Bonne Lecture !


LA GUERRIÈRE DES GLACES

Chapitre 4 : La citadelle perdue de Baltorang

Kalex fit faire un pas en avant à son cheval. Il se demandait bien qui se cachait sous cette étrange cape noire. Inquiète, Morgana lui prit le bras.

- Viens ! Ne restons pas là !

- Non ! Il nous a sauvé la vie je tiens à savoir pourquoi et qui il est !

- C'est peut être un autre démon qui veut le médaillon pour son usage personnel ! Nous ne pouvons pas prendre ce risque !

- Non ! Je ne pense pas. J'ai l'impression de me souvenir de quelque chose, mais je n'arrive pas à savoir quoi. Je ne crois pas qu'il soit une menace.

- Et tu as raison ! Lui répliqua la silhouette en s'approchant

Morgana et Kalex se figèrent, de sous cette cape sombre venait de s'élever une voix de femme. Elle leva les mains et fit glisser sa capuche. Le frère et la sœur purent alors dévisager la personne qui leur avait sauvé la vie.

- J'ai bien cru que vous n'arriverez jamais ! Vous avez du retard cette fois. Un peu plus et Fédorande aurait réussi à vous attraper avant que vous n'atteignez la forêt !

Estomaqués, Kalex et Morgana ne surent pas quoi lui répondre. La femme qui se tenait devant eux était brune avec des cheveux courts et des yeux sombres perçants. Elle avait une haute stature et devait bien dépasser le frère et la sœur en taille de plusieurs pouces. Sous sa cape noire, ils pouvaient apercevoir un plastron de métal brillant orné de deux chevaux cabrés sur leurs pattes et affrontés de chaque côté d'une tour. Kalex bloqua sur le dessin et s'exclama.

- Ce n'est pas possible ! Les armoiries de la citadelle perdue !

Morgana se pencha pour les voir à son tour et la femme écarta sa cape en riant.

- Bien vu jeune homme ! Je vois que je ne me suis pas trompé de clients ! Je me nomme Tafaëlle ! Gardienne de la haute tour de la citadelle perdue. Laissez vos chevaux ici et suivez-moi ! Nous avons peu de temps avant que Fédorande ne comprenne que je vous aie aidé ! En route ! Le temps joue contre nous ! Alors chaque seconde compte !

Sur ce, Tafaëlle passa entre les montures des deux jeunes gens et s'engouffra dans un fourré. Eberlués par cette étrange rencontre Morgana et Kalex ne réagirent pas tout de suite et la laissèrent disparaître. Elle s'en rendit compte rapidement et fit demi-tour. Sa tête émergea entre deux branches d'un buisson.

- Dites-moi ! Il y a un problème ? Vous ne me comprenez pas ce que je viens de dire ? Le vocabulaire a trop évolué depuis cinq cent ans ?

Tafaëlle ne les laissa pas répondre et ajouta.

- Non ! Je sais ! Vous êtes sourds ! Vous lisez sur les lèvres et je n'ai pas assez articulé ! Donc je reprends ! … En route ! ! ! ! Hurla-t-elle.

Kalex secoua la tête.

- Mais nous ne sommes pas sourds !

- J'en suis ravie, mais je m'en moque ! Dépêchons ! Nous devons gagner la citadelle avant la nuit ou alors nous serons des cibles faciles pour Fédorande. Ce que je ne préfère pas devenir.

- Nous allons à la citadelle ! S'étonna Morgana.

- Quelle question ! Evidemment ! Vous connaissez un autre abri dans cette forêt ?

- Mais personne n'est jamais arrivé à la trouver ! Cette citadelle est un mythe ! Une légende !

- Bien sûr ! Ironisa Tafaëlle. Je suis chargée de garder un mythe ! Cette citadelle n'est visible que par les porteurs du médaillon et ses alliés lors du Grand Affrontement. Cela vous parle ?

- Non, je n'ai jamais… commença Morgana.

- Mauvaise réponse ! Vous êtes en plein Grand Affrontement ! Normal ! Vous êtes la cible de Fédorande ! Alors maintenant assez bavardé ! En route ! Je ne tiens pas à tomber sur cette femme de feu si tôt !

Tafaëlle fit mine de se mettre en route puis s'arrêta et se retourna vers les jeunes gens.

- Et ne me refaites pas le coup des piquets plantés sur place !

Sur ce, la guerrière se remit en route et Kalex sauta de cheval avant d'aider sa sœur à descendre. Tout en laissant une distance respectable entre eux et leur étrange guide, ils la suivirent. Morgana murmura à l'oreille de son frère.

- Tu crois que c'est une bonne idée de la suivre ?

- Je n'en ai pas d'autre !

Tafaëlle sourit et leur cria.

- Je vous aie entendu !

OoooO

Au fur et à mesure qu'ils s'engouffraient au cœur de la forêt, Kalex et sa sœur avaient l'impression de changer de pays. Les arbres étaient sombres et tortueux. Le vent jouait avec leurs feuilles et ils eurent plusieurs fois l'impression qu'ils étaient en train de chanter. Un feu follet déboula sur leur droite et fonça droit sur les jeunes gens. Il les évita de justesse et alla se perdre dans les cimes des arbres. Médusé, le frère et la sœur s'immobilisèrent. Le percevant, Tafaëlle s'immobilisa et se retourna vers eux.

- N'ayez aucune crainte. Rien dans cette forêt ne vous veut du mal.

- Mais qu'est ce que c'était ? demanda Morgana

- Quoi donc jeune fille ?

- Cette chose lumineuse ?

- Une chose lumineuse ! Je n'ai rien vu !

- Mais…

- Allons en route !

Coupant court à la conversation, Tafaëlle se retourna et se remit à marcher tout en maugréant pour elle même.

- Les espions de Fédorande deviennent plus rusés ! Hâtons-nous…

Morgana se pencha vers Kalex.

- Pourquoi ai-je les sentiments qu'elle vient de me mentir ?

- Je ne sais ma sœur, mais nous devons la suivre. C'est notre seule chance de connaître le fin mot de toute cette histoire.

En silence, ils entreprirent donc de suivre de nouveau la guerrière. Celle-ci cramponna sa cape et rabattit sa capuche sur la tête pour se dissimuler. Kalex la trouvait vraiment étrange, aussi étrange que cette forêt. Depuis qu'il était enfant il l'avait parcouru dans tous les sens avec ses amis, cherchant la légendaire citadelle perdue, en vain, et pourtant ils avaient consacrés de nombreuses heures à cette quête. Jusqu'à hier il aurait certifié à quiconque qu'il la connaissait comme sa poche, qu'il lui était impossible de se perdre et qu'il pouvait emmener des gens en excursion dans les coins les plus reculés de cette dernière, mais aujourd'hui il devait bien se rendre à l'évidence. Kalex ne savait pas où ils étaient ni dans quelle direction ils se dirigeaient.

En fait, il ne reconnaissait aucun des arbres de la forêt et cela le mettait mal à l'aise. Comment une forêt aussi familière pouvait-elle lui apparaître aussi changée en si peu de temps ? Il flottait dans l'air une atmosphère sombre et glauque. Des maléfices étaient à l'œuvre et il ne pouvait s'empêcher d'être sur ses gardes.

Depuis une heure, il répétait inlassablement à sa sœur qu'il fallait faire confiance à leur guide, mais le problème était que lui même n'avait aucune confiance en cette dernière.

La nuit se mit à tomber au fur et à mesure qu'ils s'enfonçaient dans les entrailles de la forêt. Les ombres tortueuses des arbres formaient des monstres et des bêtes fantastiques sur le sol. Tafaëlle se tourna une nouvelle fois vers eux.

- Plus vite !

Kalex voulut lui objecter qu'il ne voyait pas pourquoi ils devraient encore plus se presser, mais il se contenta d'encourager sa sœur à avancer plus rapidement.

Enfin au bout de plusieurs heures de marches à travers les arbres et les rochers ils arrivèrent au cœur de forêt. Une étrange lueur sembla apparaître entre les arbres. Tafaëlle retrouva le sourire.

- Nous y sommes presque…

Dans son dos, Kalex et Morgana accélérèrent le pas pour ne pas se laisser distancer. Plus ils approchaient et plus la lumière devint vive. Tafaëlle écarta un dernier buisson de la main et ils débouchèrent dans une clairière.

Morgana et Kalex s'immobilisèrent et écarquillèrent les yeux de surprise. De grands piliers fins et sculptés bordaient une large allée pavée. Chacun des piliers étaient surmontés d'une flamme jaune qui éclairait le chemin aux voyageurs et au bout du chemin… Morgana ne savait plus que dire, car devant eux, au bout du chemin, se dressait les murailles blanches d'une antique citadelle. Dépassant de la muraille un grand donjon circulaire à créneau se dressait fièrement. A son sommet un grand bûcher était allumé. On aurait dit un phare de cristal. Les lueurs du bûcher se reflétaient sur le cuivre des piliers qui soutenaient un drapeau aux armoiries identiques à ceux sur la cuirasse de Tafaëlle. Le spectacle était magnifique et grandiose. Morgana et Kalex n'avaient rien vue de si beau dans tout le royaume de Lergrand. Le jeune homme ne pouvait pas détacher ses yeux de la haute tour.

- La citadelle perdue… Seigneur, je l'ai trouvé… enfin… Père, je l'ai trouvé…

Avec un sourire, Tafaëlle se tourna vers les deux jeunes gens.

- Suivez-moi !

Tout en continuant à contempler la beauté de la forteresse, Morgana et Kalex emboîtèrent le pas à leur guide. Ils s'engagèrent sur l'allée et se dirigèrent vers la muraille. Il faisait maintenant nuit noire. Tafaëlle se planta devant le pont-levis et s'empara de la corne qui pendait à sa taille pour souffler à l'intérieur. L'instrument produisit un son cristallin d'une rare pureté. Les murs de la citadelle semblèrent frémir. Dans un craquement de bois, prouvant son ancienneté, le pont-levis s'abaissa et la herse remonta toute seule. Les deux jeunes gens étaient médusés par de tels prodiges. Tafaëlle se retourna une nouvelle fois vers eux.

- Suivez-moi ! A l'abri de ces murs, Fédorande ne pourra jamais vous atteindre !

Pour une fois, Kalex était enclin à croire leur guide. Il fit un signe de la tête à sa sœur et les deux jeunes gens s'engouffrèrent sur le gigantesque pont-levis. Lorsqu'ils eurent mit un pied dans l'enceinte, le mécanisme se remit en marche. Le pont-levis se redressa et la herse tomba bruyamment au sol. Kalex sursauta en espérant qu'il ne venait pas de se jeter inconsciemment dans la bouche de l'ennemi. Tafaëlle les invita une nouvelle fois à la suivre et se dirigea vers le donjon. Elle s'immobilisa au pied et posa un genou à terre tout en faisant une révérence. Morgana prit la main de son frère.

- Que fait-elle ?

- Quelque chose me dit que nous ne serons pas longs à le savoir.

En effet, une fois de plus, Kalex avait raison. La porte du donjon s'ouvrit, laissant échapper une vive lumière à l'intérieur de laquelle se dessina une silhouette haute et majestueuse. Un homme sortit sur le palier. Il portait une longue robe bleu marine et une cape blanche. Il tenait un long bâton tortueux, un bâton de sorcier. Il avait les cheveux et la barbe blanche et taillés plutôt court. Sa haute stature impressionnait. Son visage était grave et harmonieux. De son regard acier, il dévisagea les personnes que lui emmenait son amie.

- Relève-toi Tafaëlle, noble guerrière à l'épée juste et droite !

Sa voix résonna dans toute la citadelle. Elle était puissante et claire. Kalex fit un pas en avant. C'était la citadelle de la légende et lui c'était…

- Hommage à toi grand Oslan, répondit Tafaëlle en se redressant. Voici les jeunes gens de Talmor.

- Merci Tafaëlle ! Approchez mes enfants ! Venez ! Je ne vais quand même pas vous laisser sur le pas de la porte !

Oslan les invita à entrer et les deux jeunes gens le suivirent à l'intérieur du donjon.