Lali-oh ! Ecoutez... je savais que j'allais le poster, et je suis désolée que ça se trouve dans les fictions, mais d'un autre sens... je voulais le poster. Sans attendre rien en retour, juste pour pouvoir dire que je l'ai écris, crié sur tous les toits du monde. Je ne reste qu'une âme en plus dans ce monde, une âme avec ses détresses et son histoire. Dans le préface, j'explique mes motivations, mes raisons. Ce que j'attends de cet exercice et j'espère que, pour ceux qui le liront, ça pourra leur parler, les aider, peut-être se dire que ça vaut le coup d'essayer, de voir dans des années leur évolution, ce qu'ils ont perdu, ce qu'ils ont gagné.

Merci.


Préface.

J'avais déjà pensé à écrire, tout au long de ma vie, ce que je traversais. A l'image d'un journal intime que jamais je ne lâcherai. Mais c'était un projet sans doute trop conséquent. Dans le fond, je pense que je me suis lassée d'écrire sur moi, mon histoire personnelle.

Cependant, depuis toujours j'aime écrire, c'est quelque chose que j'ai dans le sang, au plus profond de mon âme. Me dire, du haut de mes 28 ans, que j'écris des mémoires, me fait sourire de manière douce-amère. Au-delà des célébrités qui ont des biographies à tout âge pour exposer leur carrière et tout ce qu'il y a derrière, je ne m'étais pas rendue compte d'à quel point le regard qu'on peut apporter sur soi-même au fil du temps peut différer aussi rapidement.

Parfois, il ne suffit que d'une histoire, une rencontre, une leçon de morale, pour tout remettre en perspective. Et, avec ces notes, j'espère pouvoir un jour me dire à quel point j'ai évolué. Déjà, au bout de ces 28 années, je vais pouvoir m'immerger dans ma forteresse personnelle et constater en partie de cela. Par la suite, je pense que j'attendrais encore de nombreuses années avant de me replonger dedans, lire ces mémoires à nouveau, et en écrire peut-être d'autres.

Comme les séquelles du reste de mon adolescence malgré mon âge. Ou l'entrée dans une ère plus douce et accueillante.

Quoi que je puisse en dire, ou en penser, j'ai l'intime persuasion que ce récit ne peut que m'aider avec moi-même et, en finalité, me faire grandir à nouveau. Prendre du recul sur mon propre regard et grandir.

Au départ, motivée par la NaNoWriMo 2020, je m'étais longtemps demandé ce que je pourrais bien écrire durant ce mois de novembre. Je suis une habituée des fanfictions, et plus rarement d'œuvres personnelles. Bien que j'eus des essais infructueux avant celui-ci, il me semble que c'est la meilleure période pour y penser sereinement et mettre à plat tout ce que j'ai pu traverser.

Désormais, même si ici nous ne sommes qu'à la préface de ces mémoires, je me sens plus entraînée et motivée. Pour ces raisons que j'ai pu dire plus haut, et d'autres encore. C'est un projet intéressant, à tout âge. Pour l'avenir, laisser une trace, et prouver encore une fois que, même si l'on peut avoir des histoires similaires, elles ne sont pas vécues et vues de la même manière. C'est la beauté de l'humain, la beauté de tout ce qui nous entoure.

En dernier lieu, je dirais que je n'aurais jamais su parler de manière aussi libre, libérée et honnête sur moi-même si je n'étais pas, aujourd'hui, assise dans mon canapé, avec la personne qui partage ma vie, deux bougies allumées, et prête à mettre par écrit les grandes étapes de ma vie.


Je ne vais pas refaire tout un paragraphe sur la NaNoWriMo, j'en dis déjà bien assez sur mon profil. Et bien que ce soit davantage pour mon autobiographie, ça reste un recueil de mots avant tout, et j'ai dépassé à ce jour les 13.000 mots. Je n'en suis pas peu fière, même si c'est un rythme moyen, plutôt correct.

Merci d'avoir prit le temps de lire.