Les Héritiers

Prologue

Evelina et Harald étaient inquiets, la situation se dégradait de plus en plus ; le groupe des dissidents devenait tous les jours plus dangereux. Ils excitaient le peuple contre leurs souverains, et prônait la disparition des domaines. Il y avait déjà eu plusieurs tentatives d'assassinat contre les différents seigneurs, mais elles avaient pu être toutes repoussées. Il n'empêchait que la situation était grave et que Rialaith allait devoir faire quelque chose.

_ Crois-tu qu'ils vont accepter ? demanda Evelina

_ Ils n'auront pas vraiment le choix, c'est le seul moyen de les protéger, répondit Harald

_ Ils sont si jeunes, ce n'est pas juste... fit-elle, amère

Harald regarda sa jeune collègue. Mage d'une remarquable puissance, elle était surtout connue pour sa bonne humeur et son optimisme. Mais il la comprenait. Lui, l'érudit, il avait trop lu de récits de batailles pour vouloir en vivre une. Tous deux venaient juste d'être élus directeurs du Scolariem, la prestigieuse école des Huit domaines. Ce complexe s'occupait de l'éducation des mages, des guérisseurs, des érudits et des ménestrels. Evelina et Harald étaient donc connus et respectés partout et leurs conseils étaient souvent demandés. Mais les temps changeaient, de moins de jeunes venaient au Scolariem et ils étaient inquiets pour l'avenir.

_ La vie n'est pas juste, c'est vrai, mais c'est le seul moyen d'assurer leur sécurité, tu le sais, la raisonna-t-il.

_ Le fait de le savoir ne veut pas dire que je l'approuve, rétorqua-t-elle

Il soupira, fatigué. Les dernières semaines avaient été épuisantes

_ Tu devrais te reposer, fit Evelina, tu es complètement vidé.

_ Toi aussi

_ Oui, mais je ne peux pas rester sans rien faire...

_ Moi non plus, fit-il taquin

_ Oh ! Je n'ai rien dit, de toute façon tu ne m'aurais écoutée.

_ Non... Mais nous ne sommes pas là pour parler de mon état de santé

Elle lui adressa un sourire moqueur. Elle était petite, ressemblait à une sorte d'elfe : un visage pâle, ovale, de grands yeux gris lumineux, des cheveux noirs, longs et épais qu'elle nattait la plupart du temps sauf pour les cérémonies. Il émanait d'elle une impression de vitalité, d'énergie, de confiance. Elle portait le plus souvent ses habits de mages, une robe verte avec son insigne de directrice. Lui était plutôt grand, maigre et osseux, mais son apparence cachait une grande force. Son visage était assez banal, un nez qu'il qualifiait de proéminent, des cheveux châtains, des yeux marron pétillant de malice, cachés derrière une paire de lunette, un visage anguleux dont se dégageait une aura d'honnêteté et de bienveillance. Il portait en permanence l'habit beige des érudits. Il savait tout comme elle qu'une rumeur circulait selon laquelle ils formaient un couple ce qui les faisaient rire, mais au fond de lui, il aurait aimé que ce soit vrai.

Ils atteignirent une grande porte sculptée.

_ Prête à rentrer ?

_ Pas vraiment, mais nous n'avons pas vraiment le choix.

Il lui sourit.

_ Après vous ma chère, fit-il avec une courbette

_ Merci

Et ils rentrèrent dans la salle

La salle du conseil était une grande pièce, très éclairée, et décorée avec soin et goût. Aux murs étaient accrochés des cartes, des tableaux, des paysages pour la plupart, des tapisseries retraçant les grands faits de l'histoire des domaines. Mais ce qui attirait l'oeil, c'était la table : de forme circulaire, elle était de dimensions impressionnantes. Tout autour plusieurs sièges étaient disposés, trois par domaines, et décorés à leurs emblèmes, deux pour les directeurs du Scolariem, un pour les représentants des différentes corporations et enfin quatre pour les invités. Aujourd'hui les seuls présents étaient les seigneurs Finer de Broll, Praï de Thernan, Banhar de Volmar, Hiern d'Ornon, Corald de Kamboroc, Strafin d'Intren, Yamina des Samnirs, enfin la reine, Rialaith d'Erucent, leurs partenaires et enfin les directeurs.

_ Ah vous voilà enfin ! Vous nous dites de venir le plus tôt possible et vous arrivez les derniers !

Evelina fit une petite grimace, la séance n'était pas encore commencée que le seigneur Finer élevait déjà la voix.

_ Nous avons été retenus par un messager qui nous a donné une information de la plus haute importance. Mais pourriez-vous nous laisser nous asseoir ?

_ Finer ! Veuillez vous calmer ! Fit Rialaith, de sa voix posée.

Une fois de plus Harald fut rempli d'admiration pour cette femme, qui remplissait à merveille ses fonctions de reine. Finer se rassit de mauvaise grâce, en grommelant entre ses dents.

_ Bien, Je crois que vous nous devez des explications à propos de ce message nous demandant de venir au plus vite.

_ Et, ajouta le seigneur Strafin, aussi nous faire part de vos conclusions.

Toujours aussi perspicace, ce seigneur, comme tous ces prédécesseurs, songea Evelina.

_ Voilà, commença Harald, nous avons reçu un rapport d'un de nos indicateurs, nous prévenant que Gerhard préparait une attaque contre vous. Dans un premier temps nous n'y avons pas accordé plus d'importance que d'habitude, mais depuis nous avons reçu d'autres rapports nous signalant la disparition d'armes, le regroupement des partisans de Gerhard. De plus nous savons aussi qu'il a réussi à enrôler quelques mages en leur promettant gloire et honneurs lors de sa montée au pouvoir. Ses mages ont été rayés de nos ordres, ils ne sont pas puissants, mais peuvent lui donner des informations très utiles.

Strafin nous dévisagea, songeur :

_ Vous nous cachez d'autres faits, fit-il

Harald se tourna vers Evelina, hésitant. Elle soupira.

_ Oui. Vous savez tous je crois que nous espionnions Gerhard à l'aide de la Vision. Depuis ce matin, nous ne voyons plus rien, les zones les plus sensibles nous sont inaccessibles et les mages qui y étaient postés ne nous répondaient plus. Le message qui nous a mis en retard nous apprenait que leurs corps avaient été retrouvés, mutilés. En tout, sept mages sont morts. Ils ont apparemment été torturés puis tués. Sa voix s'était altérée. Je ne vous infligerais pas le spectacle de ces cadavres, mais il semblerait qu'ils aient horriblement souffert.

Les seigneurs avaient pâli.

_ Pouvez-vous être sûrs qu'ils n'ont rien dit ? Demanda Hiern.

_ Oui, en cas de torture nous avons une compulsion qui bloque l'accès de toutes les informations que nous connaissons. Il est impossible de la briser et donc la torture est inutile. C'était donc un acte purement gratuit.

_ Comment être sûr que vous nous dîtes la vérité ? fit Finer

Harald frémit de colère, mais se calma, les voir s'énerver, voilà ce qu'il voulait, ce vieil imbécile, Evelina serrait les dents, outrée.

_ Finer, je vous en prie ! Banhar était indigné.

_ Laissez seigneurs, fit Evelina d'une voix rien moins que menaçante, voilà ce qu'il reste de nos collègues.

Sur ces mots, elle se concentra et fit apparaître une boule d'énergie transparente. Elle la grossit, puis une image se forma et tout le monde put voir les corps (ce qu'il en restait) des sept mages. L'image se rapprocha, chaque détail des tortures endurées visible.

Finer et tous les autres étaient très pâles.

Evelina dispersa la boule.

_ Vous voilà satisfaits ?

Personne ne répondit. Un silence pesant s'installa. Puis Harald reprit la parole :

_ Sur ces corps, on trouva ces mots, il fit passer un papier à Rialaith.

_ « Voilà le destin qui attend tous les ennemis du Seigneur-roi Gerhard », lut-elle.

_ Il s'est attribué le titre de Seigneur-roi, remarqua Corald

_ Oui, renchérit Strafin, ce qui signifie qu'il se pense assez fort pour prendre le pouvoir.

_ C'est ce à quoi nous avions conclu, annonça Harald. Nous savons aussi qu'il a plusieurs espions ici à Merance.

_ Vraiment ? Yamina semblait surprise.

_ Bien sûr, mais ils ne transmettent que les informations que nous voulons, les rassura Evelina

_ Merci de nous avertir, fit Praï

Harald croisa le regard d'Evelina et esquissa un sourire, le seigneur Praï était connu pour sa patience et sa politesse.

_ Il va sans dire que des mesures s'imposent..., commença Rialaith

_ Montons une armée et allons montrer à ce crétin qui nous sommes ! cria Finer

_ Finer ! L'interrompit Yamina, la reine des peuplades nomades des plaines de Samnirs. Comment voulez-vous combattre un ennemi invisible, vous voulez partir en croisade contre des moulins à vent ?

_ Qu'est-ce qu'une femme peut connaître à la guerre ? insinua-t-il

_ Plus qu'un homme qui aurait besoin de perdre plusieurs kilos avant de rentrer dans une armure, répondit la jeune femme.

Cette remarque le laissa muet de colère.

_ Quand notre cher ami aura finit de dire des idioties et des insultes, nous pourrons peut-être réfléchir utilement, déclara Corald, légèrement méprisant.

_ Je pense que nos directeurs ont des idées à nous proposer, fit Strafin, un sourire ironique aux lèvres.

_ En effet. Nous savons bien sûr que vous n'accepterez pas de partir et de rester invisibles, commença l'érudit, ironique.

_ Cette proposition serait tout à fait inutile, acquiesça Rialaith.

_ Donc nous vous proposons de vous adjoindre à chacun de vous deux mages combattants, continua Evelina, si vous n'y voyez aucun inconvénient, ils vous protégeront et pourront le cas échéant vous téléporter en sécurité.

_ Je suis d'accord, annonça Hiern

Tout le monde hocha la tête

_ Ensuite, nous voulons parler de vos héritiers.

Evelina hésitait.

_ Oui ? Praï attendait.

_ Nous voudrions savoir si vous accepteriez de nous les confier, le temps que la situation se calme. Des jeunes enfants sont beaucoup plus vulnérables et peuvent servir d'otages. Nous les dissimulerions et les garderions sous surveillance totale. De plus nous changerions leur apparence grâce à un charme.

Un grand silence suivit ces paroles.

Harald les dévisagea les uns après les autres, ils savaient qu'ils accepteraient dans l'intérêt de leurs enfants. Mais ils ne leur avaient pas tout dit. Ils ne devaient jamais savoir ce que lui et Evelina avaient appris ; même si cela le torturait. Ces enfants ne reverraient jamais leurs parents, et son coeur saignait pour eux. Il ne pouvait rien faire pour empêcher la vision que Leylah avait eue de se réaliser, mais il, avec Evelina, pouvait sauver ses enfants.

Evelina réfléchissait aux paroles de l'ancien directeur. Si elles étaient vraies, ces enfants devaient vivre à tout prix. Par contre jamais leurs parents ne devaient apprendre la vérité, ce que les anciens avaient accompli les révolterait. Elle devrait mettre Harald au courant pour qu'il comprenne l'importance de ces enfants pour l'avenir.

Perdus dans leurs pensées, ils ne firent pas attention à la discussion entre les différents seigneurs. Finalement ils parurent se mettre d'accord. Rialaith toussota et les deux directeurs sursautèrent

_ Nous allons accepter votre offre. Vous mettrez nos héritiers en sécurité le temps que la situation s'améliore. Nous vous faisons confiance, prenez les mesures que vous jugerez bonnes pour eux, nous préférons ne pas le savoir comme cela, si tout venait à mal finir et que nous soyons capturés vivants, nous ne pourrions pas savoir où ils sont cachés.

_ Merci, Majesté, répondirent-ils. Nous resterons avec eux, nous serons, pendant ce temps là, remplacés par Hans et Tania.

_ Bien, conclut Banhar, voilà ce problème de réglé, nous allons maintenant pouvoir mettre au point une stratégie de défense contre Gerhard.

La réunion se poursuivit pendant un long moment, et la nuit était déjà tombée quand ils partirent.

En retournant au Scolariem, Harald et Evelina discutaient.

_ Demain j'enverrais chercher les enfants.

_ Si tôt ! S'exclama Harald

_ Il le faut.

_ Toi, tu ne me dis pas tout, fit-il.

Comme ils arrivaient devant son bureau ; elle lui fit signe d'entrer. Après avoir vérifié si la pièce était sous écoute, elle lui expliqua ce que son prédécesseur lui avait confié :

_ Ivan m'a raconté qu'à l'époque de Nikolaï, il y a huit générations, les mages mirent au point un programme génétique pour développer les pouvoirs spécifiques aux domaines. A chaque génération, ils trouvaient le ou la partenaire qui permettrait le développement. Leur but était de marier tous les domaines entre eux. A chaque génération, l'héritier acquérait un pouvoir latent de plus, il le transmettait ensuite à son descendant et ainsi de suite. Comme il y avait huit domaines, ce plan s'étendait sur huit générations. Ces enfants en sont l'aboutissement, lors de leur adolescence, au lieu de ne développer que le pouvoir propre à leur domaine, ils développeront quatre des huit pouvoirs car ils les posséderont actifs. Leurs enfants posséderont les huit actifs

_ Mais... Comment arrivaient-ils à marier les personnes compatibles, car, si je me souviens bien, à toutes les époques, tous les seigneurs ont fait des mariages d'amour ?

_ Ils les manipulaient pour les amener à s'aimer. Leur amour était sincère, mais leur rencontre, le coup de foudre avait été arrangé.

_ Je comprends pourquoi cela n'a pas été écrit quelque part.

_ Oui, si cela se savait, notre crédibilité en serait atteinte.

_ Il ne reste plus qu'à espérer que tout se passera bien pour eux.

_ C'est tout ce que je souhaite.

_ Savez-vous si nos prédécesseurs avaient prévu les mariages des prochains héritiers ?

_ Oui. La jeune Serina d'Erucent devait épouser Kher de Kamboroc, Irianne de Thernan avait comme promis Daryl d'Ornon, Zhoria des Samnirs était destinée à Themis d'Intren et enfin Vivelia devait se marier avec Ario de Broll. Ces alliances auraient fixé les pouvoirs dans leurs lignées.

_ Attendez, vous voulez dire que les héritiers sont sensés se marier entre eux. Mais cela veut dire qu'ils auraient à administrer deux domaines ?

_ Oui, le second objectif des mages était d'empêcher des guerres entre les domaines en les liant tous entre eux par le mariage. A la huitième génération, il y aurait regroupement des domaines deux par deux. Puis après il y aurait séparation, l'un des enfants devenant chef d'un domaine et un second de l'autre. Mais les pouvoirs seraient définitivement fixés.

_ J'ai compris. Allez vous manipuler ses enfants pour clore le programme ?

_ Non, je ne veux pas être responsable, s'ils doivent se marier se sera d'eux même, mais j'empêcherais les profiteurs de les abuser.

_ Bien, allons mettre en place notre plan, reprit Harald.

Une fois les enfants remis aux mages, ceux-ci leur apposèrent un charme qui modifierait légèrement leur apparence et disparaîtrait au fur et à mesure de leur croissance, suffisamment pour dissimuler leur ascendance. Ils n'auraient plus rien en commun avec les héritiers, sauf leur tatouage, les désignant comme les successeurs de leurs parents à la tête du domaine. Ils furent placés dans différentes familles d'accueil. Ils changèrent aussi leur nom. Une fois ceci terminé, Evelina et Harald modifièrent eux aussi leur silhouette et changèrent d'identité, ils devinrent un couple d'artisans, nouvellement arrivés.

Quelques mois après, Gerhard conduisit une attaque contre les familles régnantes. Il en massacra la majeure partie et prit le pouvoir. Les domaines tombèrent alors dans ce que l'histoire appelle maintenant la Période noire